Advertising
Advertising
30 Mars

La galerie Kamel Mennour dévoile les secrets de ses plus grands artistes

 

Suite à sa fermeture provisoire, la galerie Kamel Mennour propose chaque semaine à son public de revisiter l'œuvre de l'un de ses artistes à travers la mise en ligne d'un contenu exclusif – publications, vidéos, articles, archives... Pour commencer, celle-ci se concentre sur le Français François Morellet, représentant majeur de l'abstraction géométrique auquel la galerie parisienne consacrait une exposition d'ampleur depuis le 23 janvier dernier. 

Par Matthieu Jacquet

François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm. Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
1/9
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm. Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
2/9
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm. Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
3/9
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm. Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
4/9
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
5/9
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
6/9
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
7/9
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
8/9
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
9/9
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm.  Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020  © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm.  Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020  © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm.  Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020  © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
François Morellet, “Beaming π A.N. 1 = 7°” (2002-2003). Alucobond noir, 310 x 410 x 150 cm.  Vue de l’exposition « Beaming π A.N. 1 = 7° », kamel mennour (28 avenue Matignon), Paris 75008, 2020  © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
Vue de l’exposition « Les Jeux de la logique et du hasard », kamel mennour (47 rue SaintAndrédesArts), Paris 75006, 2020 © ADAGP François Morellet Photo. archives kamel mennour. Courtesy Studio Morellet and kamel mennour, Paris/London
  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

  • Le 10 mai 2016, la France perdait l’un de ses plus grands artistes : François Morellet, disparu alors à l’âge de 90 ans. Éminent représentant de l’abstraction géométrique et membre fondateur du Groupe de recherche d’art visuel (GRAV), cet artiste sut pendant des décennies matérialiser aussi bien la sculpture, la peinture que l’installation son esthétique minimaliste. À ce titre, il fut particulièrement reconnu pour ses toiles à la structure mathématique et ses sculptures en néons, jouant volontiers sur les lignes, les contrastes et la lumière. 

     

    Près de quatre ans après son décès, la galerie Kamel Mennour a choisi de mettre l’artiste à l’honneur à travers une exposition déployée dans deux de ses espaces d’exposition. Ainsi, depuis le 23 janvier dernier, pendant que le premier présentait une sélection de ses peintures et néons sur bois, le second accueillait avenue Matignon une sculpture monumentale en Alucobond noir occupant presque la totalité de la pièce. Malheureusement, à l’instar de toutes les galeries françaises, la galerie Kamel Mennour fut contrainte de fermer ses portes au public le 14 mars dernier, afin d’éviter la propagation de la pandémie de Covid-19.

     

    Afin de combler la durée écourtée de l’exposition, la galerie parisienne propose toutefois des manières alternatives de (re)découvrir l’œuvre passionnante de François Morellet. En plus de pouvoir faire défiler les vues de l’exposition, il est désormais possible en s’inscrivant à la newsletter de la galerie d’accéder à un contenu spécifique au sujet de l’artiste. Pour commencer, celle-ci propose depuis la semaine dernière une sélection de catalogues et monographies disponibles en exclusivité, des vidéos d’archives et entretiens avec François Morellet à regarder sur Youtube ou via la plateforme de l’INA, ou encore les notes préparatoires à son œuvre rédigées par l’écrivain américain Daniel Levin Becker – un vaste ensemble qui permettra d’entrer dans l’œuvre du plasticien français tout en entendant sa voix. Par la suite, le principe sera renouvelé chaque semaine avec d’autres artistes exposés par la galerie, tels que Martial Raysse, Marie Bovo, Daniel Buren ou encore Ann Veronica Janssens.

     

    Retrouvez le contenu de la galerie Kamel Mennour ici.

François Morellet - C’est n’importe quoi ?

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews