Advertising
Advertising
23 Octobre

Les nus méconnus d’Erwin Blumenfeld

 

Grand photographe de mode allemand du milieu du XXe siècle, Erwin Blumenfeld était aussi un véritable expérimentateur de l'image, questionnant son support même à travers collages, effets miroirs ou encore négatifs. Jusqu'au 30 novembre, le Chaussee 36 à Berlin consacre une exposition à un volet tout à fait révélateur de cette recherche visuelle dans son œuvre : le nu féminin.

Par Matthieu Jacquet

Erwin Blumenfeld, “Solarized Double Mirror Cubist Nude”, New York (1945). Copyright 2019 THe Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
1/4
Erwin Blumenfeld, “Cubist Nude Seated”, New York (1944). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
2/4
Erwin Blumenfeld, “Nude Under Grid”, New York (1950). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
3/4
Erwin Blumenfeld, “Tedi Thurman Nude”, New York (1947-1948). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
4/4
Erwin Blumenfeld, “Solarized Double Mirror Cubist Nude”, New York (1945). Copyright 2019 THe Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
Erwin Blumenfeld, “Cubist Nude Seated”, New York (1944). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
Erwin Blumenfeld, “Nude Under Grid”, New York (1950). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC
Erwin Blumenfeld, “Tedi Thurman Nude”, New York (1947-1948). Copyright 2019 The Estate of Erwin Blumenfeld. Courtesy Howard Greenberg Gallery, NYC

Vue de l'exposition “Erwin Blumenfeld, Chasing Dreams : Experimental Nudes, 1936-1955” au Chaussee 36, Berlin (2019). Crédit : Eyal Philip Peleg & Chaussee 36

Si Erwin Blumenfeld a la plupart du temps pris le corps pour objet, on retient surtout ses photographies de modèles vêtues de pièces de haute couture ou ses portraits sophistiqués. Pourtant, le corps féminin à l’état pur a aussi attiré toute son attention. Au Chaussee 36, un espace d’exposition berlinois dédié à la photographie, c’est ce volet bien moins connu de sa pratique qui se trouve mis en avant : le nu. Jusqu’au 30 novembre, Chasing Dreams explore à travers une série de clichés en noir et blanc, réalisés entre 1936 et 1955, cette riche thématique visuelle qui anima jadis le photographe.

Vue de l'exposition “Erwin Blumenfeld, Chasing Dreams : Experimental Nudes, 1936-1955” au Chaussee 36, Berlin (2019). Crédit : Eyal Philip Peleg & Chaussee 36

Habillé de résilles impalpables par le soleil qui traverse un grillage, dupliqué en négatif, ou superposé par des jeux de transparence, le corps féminin est révélé par Blumenfeld comme objet plastique modelé uniquement par la lumière. Face à ces images, on pense à Man Ray, Hans Bellmer ou encore Heinrich Heidersberger : un panthéon du milieu du XXe siècle dans lequel Blumenfeld s’établit avec panache, ayant contribué avec ses pairs à poser sur le corps féminin un autre regard.

 

Erwin Blumenfeld, Chasing Dreams : Experimental Nudes, 1936-1955, sous un commissariat d'Alice Le Campion, du 11 octobre au 30 novembre au Chaussee 36, Berlin.

NuméroNews


Advertising