Avec sa dernière série Back and Forth Disco, Farah Al Qasimi parcourt cette fois-ci New York, sa ville d’adoption, à la recherche de scènes où s’affirment des communautés immigrées – que cela passe par leurs vêtements, leur décoration, leurs professions ou leurs passe-temps. Réalisées en 2019, les 17 photographies de ce projet montrent comment des quartiers entiers d’une ville occidentale multiculturelle peuvent être redéfinis par des populations originaires du Moyen-Orient ou d’Orient, désireuses de recréer autour d’elle les codes qui leur sont familiers. 

 

Presque ethnographique, la démarche de Farah Al Qasimi se charge encore davantage de sens lorsqu’elle est corroborée par le parti pris d’exposition du Public Art Fund. Afin de mettre en avant le travail de la photographe, cet organisme indépendant dédié à l’art contemporain a choisi d’amener l’exposition dans la ville plutôt qu’amener la ville dans l’exposition. À l’occasion d’un nouveau partenariat avec le groupe français de publicité urbaine JCDecaux, les images de Farah Al Qasimi ont donc été imprimées en grand format pour être parsemées sur une centaine d’arrêts de bus, répartis dans près de vingt quartiers de la Grosse Pomme. S’immisçant dans l’imagerie quotidienne, sur des supports et dans des cadres habituellement réservés à l’image publicitaire, la série Back and Forth Disco met ainsi les passants, touristes et résidents de New York face à leurs concitoyens. Une captivante mise en abyme qui choisit la rue comme piédestal.

 

Farah Al Qasimi : Back and Forth Disco, jusqu’au 17 mai 2020 à New York avec le Public Art Fund.