350

“Bottega Veneta – Art of Collaboration”

 

Bel ouvrage paru aux éditions Rizzoli, “Bottega Veneta – Art of Collaboration” rassemble les campagnes iconiques de la maison Bottega Veneta, fruit de collaborations entre le directeur artistique Tomas Maier et des artistes triés sur le volet.

Il y a peu, Tomas Maier prenait position pour appeler à préserver l’architecture moderniste japonaise. Étonnant de la part d’un designer de mode, ce souci exprimé publiquement rappelait à ceux qui l’auraient oublié à quel point ce créateur allemand discret, qui préfère mettre en lumière son travail plutôt que sa personne, est animé par un amour sincère de l’art, de l’architecture, du cinéma et de la photographie. 

Collection : Spring Summer 2011 Campaign, Photographe: Alex Prager, Karolina Kurkova, Santiago Montero

Tout au long de sa carrière qui l’a mené de la maison Hermès à Bottega Veneta, autre splendide institution du chic intemporel, sa vaste culture personnelle dans ces disciplines a constitué la colonne vertébrale du style et des inspirations du directeur artistique. Lorsqu’il prend les rênes de Bottega Veneta en 2002, Tomas Maier imagine immédiatement de faire appel, pour les campagnes de la maison, à des artistes qui le passionnent plutôt qu’à la poignée de grands photographes de mode que s’arrachent les marques, au risque d’y perdre toute singularité visuelle. En l’espace de treize années, les collaborations de Tomas Maier avec des artistes triés sur le volet ont constitué une iconographie fascinante, dont témoigne aujourd’hui le livre “Bottega Veneta – Art of Collaboration”. 

 

 

En révélant les origines de cette passion, la préface de l’ouvrage (signée de Tim Blanks) souligne également son authenticité. Alors qu’il vit à Paris, en 1977, Tomas Maier écume les marchés aux puces et les ventes de l’hôtel Drouot pour commencer à construire une collection de photographies qui se développera par la suite via le circuit des galeries. Le regard du créateur sur l’image est personnel, instruit, éclairé par la connaissance pointue de l’œuvre de maîtres tels que Irving Penn. Ce qui l’amène à des choix d’artistes audacieux : le Sud-Africain Pieter Hugo signe par exemple la campagne de la saison printemps-été 2014. Ces images où les mannequins posent dans des décors naturels (forêt ou fleurs), sont typiques du style documentaire et distancié des portraits de Pieter Hugo, où les modèles font corps avec leur environnement au lieu de le dominer, selon les conventions classiques du portrait où la figure prime le fond. Pour la saison printemps-été 2011, Tomas Maier collabore avec l’artiste californienne Alex Prager, qui signe des images fortement inspirées des “Oiseaux” d’Hitchcock. Au fil des années, des figures cultes telles que Nan Goldin, Robert Longo, ainsi que des artistes moins connus du grand public tels que Robert Polidori ou Jack Pierson, prêtent leur œil unique aux campagnes de la maison. Et lorsque l’immense Peter Lindbergh signe des images pour la saison printemps-été 2013, il crée, bien au-delà d’un simple exercice de commande, une véritable mise en scène cinématographique nimbée de mystère et de glamour, comme il en a le secret. Dans cette collection d’images, l’empreinte de Tomas Maier est omniprésente : dans la liberté dont font preuve les artistes, se lit la qualité du dialogue qu’ils nouent avec le directeur artistique.

 

 

 

“Bottega Veneta – Art of Collaboration”, de Tomas Maier, Rizzoli New York, 2015.

 

Par Delphine Roche

L'esprit de Saint Laurent capturé par le photographe Daido Moriyama
978

L'esprit de Saint Laurent capturé par le photographe Daido Moriyama

Mode Anthony Vaccarello, directeur artistique de la maison Saint Laurent, lance un nouveau projet artistique intitulé Self, programme d’exposition à l’occasion de la foire Paris Photo. Il a donné carte blanche au photographe japonais Daido Moriyama dont les 77 images sont à découvrir dans les jardins du Palais Royal du 9 au 11 novembre 2018. Anthony Vaccarello, directeur artistique de la maison Saint Laurent, lance un nouveau projet artistique intitulé Self, programme d’exposition à l’occasion de la foire Paris Photo. Il a donné carte blanche au photographe japonais Daido Moriyama dont les 77 images sont à découvrir dans les jardins du Palais Royal du 9 au 11 novembre 2018.

5 incontournables de Paris Photo 2018 :  sexe, underground et poésie
978

5 incontournables de Paris Photo 2018 : sexe, underground et poésie

Photographie Jusqu’au 11 novembre, la foire Paris Photo investit le Grand Palais pour sa 22e édition. 167 galeries sont réunies sous la nef et un nouveau secteur, Curiosa, célèbre la photographie érotique. Focus sur les incontournables de Paris Photo 2018. Jusqu’au 11 novembre, la foire Paris Photo investit le Grand Palais pour sa 22e édition. 167 galeries sont réunies sous la nef et un nouveau secteur, Curiosa, célèbre la photographie érotique. Focus sur les incontournables de Paris Photo 2018.

Cocktail en l'honneur d'Ari Marcopoulos à la galerie Frank Elbaz ce jeudi 8 novembre à 18h
879

Cocktail en l'honneur d'Ari Marcopoulos à la galerie Frank Elbaz ce jeudi 8 novembre à 18h

Photographie Le magazine célèbre le légendaire photographe avec un cocktail et une signature à 18h, en collaboration avec sa galerie et Etudes Studio. Rendez-vous galerie Frank Elbaz au 66, rue de Turenne à Paris. Ari Marcopoulos a réalisé une série exclusive pour le dernier Numéro art, actuellement en kiosque.  Le magazine célèbre le légendaire photographe avec un cocktail et une signature à 18h, en collaboration avec sa galerie et Etudes Studio. Rendez-vous galerie Frank Elbaz au 66, rue de Turenne à Paris. Ari Marcopoulos a réalisé une série exclusive pour le dernier Numéro art, actuellement en kiosque. 

La légende de la photo Ari Marcopoulos signe une série exclusive pour Numéro art
875

La légende de la photo Ari Marcopoulos signe une série exclusive pour Numéro art

Photographie Grand chroniqueur de son temps, du quotidien comme du spectaculaire, de la culture skate à ses amis artistes, Ari Marcopoulos a passé l’été en Grèce où il a réalisé pour Numéro art une série inédite intitulée "Ainsi soit-il". Il est l’un des invités de cette nouvelle édition de Paris Photo. Retrouvez l'intégralité de la série dans le Numéro art #3, actuellement en kiosque et sur le e-shop Grand chroniqueur de son temps, du quotidien comme du spectaculaire, de la culture skate à ses amis artistes, Ari Marcopoulos a passé l’été en Grèce où il a réalisé pour Numéro art une série inédite intitulée "Ainsi soit-il". Il est l’un des invités de cette nouvelle édition de Paris Photo. Retrouvez l'intégralité de la série dans le Numéro art #3, actuellement en kiosque et sur le e-shop

Les paysages saisissants de Hiroshi Sugimoto en vente chez Christie’s
884

Les paysages saisissants de Hiroshi Sugimoto en vente chez Christie’s

Photographie Dans le cadre de Paris Photo, la maison de vente aux enchères Christie’s organise différents événements autour de la photographie. Point d’orgue de la manifestation : la vente monographique du 8 novembre dédiée au photographe japonais Hiroshi Sugimoto. Dans le cadre de Paris Photo, la maison de vente aux enchères Christie’s organise différents événements autour de la photographie. Point d’orgue de la manifestation : la vente monographique du 8 novembre dédiée au photographe japonais Hiroshi Sugimoto.

Rencontre avec Gregory Crewdson, photographe de l’angoisse et de la solitude
978

Rencontre avec Gregory Crewdson, photographe de l’angoisse et de la solitude

Photographie Sa logique de production est celle du cinéma : des équipes de quarante personnes, des mois de préparation et de repérages... Réminiscences des films de David Lynch, les images ultra composées de Gregory Crewdson, baignées dans des clairs-obscurs mystérieux, saisissent des scènes de vie américaine ordinaire habitées par des personnages aux prises avec eux-mêmes, dans des moments de solitude où pointe l’angoisse. Alors qu’il se lance dans une toute nouvelle série, l’artiste se confie à Numéro Homme. Sa logique de production est celle du cinéma : des équipes de quarante personnes, des mois de préparation et de repérages... Réminiscences des films de David Lynch, les images ultra composées de Gregory Crewdson, baignées dans des clairs-obscurs mystérieux, saisissent des scènes de vie américaine ordinaire habitées par des personnages aux prises avec eux-mêmes, dans des moments de solitude où pointe l’angoisse. Alors qu’il se lance dans une toute nouvelle série, l’artiste se confie à Numéro Homme.