811

Les étoiles de l’Opéra de Paris par James Bort

 

Sous la direction de Benjamin Millepied, de superbes photos, rassemblées dans un ouvrage et une exposition, célèbrent la magie des costumes de l’Opéra.

Stéphane Bullion par James Bort.

 

Parmi les chorégraphes contemporains, Benjamin Millepied est sans doute l’un des plus sensibles au vêtement : marié à Natalie Portman, actrice A-List et égérie de Dior, le directeur de la danse de l’Opéra de Paris a également créé sa propre ligne de mode afin de financer sa compagnie LADP (Los Angeles Dance Company). Mais, sur la scène de  l’Opéra, le vêtement ne répond aucunement aux caprices de l’air du temps : le costume n’y fait pas le moine, mais sert l’histoire et l’esthétique du ballet.  

 

Dans sa dernière création La nuit s’achève, présentée en février dernier sur la scène du palais Garnier, le plus américain des chorégraphes français donnait encore une fois la pleine mesure de son sens du costume, et, plus généralement, de son sens du rythme : celui qui transforme le corps en partition musicale, mais aussi celui qui séduit l’œil. Devant un décor abstrait tout en dégradés subtils de pourpre et de carmin, évoluaient six danseurs également parés de délicates harmonies. Signés de l’ancien directeur artistique de Berluti, Alessandro Sartori, les costumes soulignaient le grand talent de Benjamin Millepied à créer l’harmonie des sens, à croiser musique, danse, vêtement et décor pour qu’ils forment une seule et même matière, infiniment sensible et sensuelle. 

Marie-Agnès Gilot par James Bort.

 

Un bel ouvrage donne aujourd’hui une nouvelle preuve de ce que l’ère Benjamin Millepied aura apporté de pure beauté : répondant à son invitation, le photographe James Bort a saisi la magie des costumes de l’Opéra, shootant pendant trois jours, au cours de l’année 2015, 18 danseurs étoiles vêtus pour l’occasion de celui de leur choix. “Je voulais voir seulement le costume sur eux, sans maquillage ni accessoire, sans coiffure. Mon souhait était de faire ressentir cet instant de l'avant ou de l'après, de l'oubli, l’instant unique que le danseur vit, seul, face à son miroir”, explique le photographe. Sur un fond typique de studio photographique, James Bort saisit les danseurs en plein mouvement ou, au contraire, parfaitement relâchés. Un subtil jeu de modelé appuie l’intemporalité de ces portraits en noir et blanc, ainsi que la mélancolie inhérente à la photographie de danse, qui ne fait après tout que célébrer ses propres limites, son incapacité à restituer justement le mouvement. Comme la danse mise en œuvre par Benjamin Millepied, ces images découvrent au cœur de la puissance du corps une vulnérabilité, un sentiment qui donne tout son sens à cet art.

 

Étoiles de James Bort, avec une préface de Benjamin Millepied.

Éditions du Cherche-Midi.

Exposition jusqu’au 24 avril à l’Opéra Bastille.

 

Par Delphine Roche

Dorothée Gilbert par James Bort.

 

Mathias Heymann par James Bort.

La photographe Harley Weir repense le nu masculin
954

La photographe Harley Weir repense le nu masculin

Photographie Avec son nouveau livre “FATHER” paru aux éditions IDEA, la photographe anglaise Harley Weir présente sa vision de la masculinité à travers des portraits et des nus d’une grande sensibilité. Avec son nouveau livre “FATHER” paru aux éditions IDEA, la photographe anglaise Harley Weir présente sa vision de la masculinité à travers des portraits et des nus d’une grande sensibilité.

Festival Circulation(s) 2019 : qui sont les photographes de demain?
869

Festival Circulation(s) 2019 : qui sont les photographes de demain?

Photographie Jusqu’au 30 juin prochain, le festival Circulation(s) met en avant la jeune photographie européenne au Centquatre-Paris. Découvrez notre sélection de huit artistes à suivre. Jusqu’au 30 juin prochain, le festival Circulation(s) met en avant la jeune photographie européenne au Centquatre-Paris. Découvrez notre sélection de huit artistes à suivre.

600 photos de sacs à main par Juergen Teller: l'exposition monstre d'un artiste obsessionnel
760

600 photos de sacs à main par Juergen Teller: l'exposition monstre d'un artiste obsessionnel

Photographie Jusqu’au 19 mai, le musée Villa Pignatelli de Naples consacre une exposition conséquente au célèbre travail du photographe allemand Juergen Teller. Son fil rouge : le sac à main, de marque ou de contrefaçon, décortiqué à travers plusieurs centaines d’images de l’artiste. Jusqu’au 19 mai, le musée Villa Pignatelli de Naples consacre une exposition conséquente au célèbre travail du photographe allemand Juergen Teller. Son fil rouge : le sac à main, de marque ou de contrefaçon, décortiqué à travers plusieurs centaines d’images de l’artiste.

Daidō Moriyama : Tokyo sombre et nus sulfureux
998

Daidō Moriyama : Tokyo sombre et nus sulfureux

Photographie Irving Penn, Richard Avedon, Malick Sidibé, Nan Goldin… Depuis 1980 le prix international de la Fondation Hasselblad récompense un photographe ayant accompli un travail remarquable. Cette année : le Japonais Daidō Moriyama. Irving Penn, Richard Avedon, Malick Sidibé, Nan Goldin… Depuis 1980 le prix international de la Fondation Hasselblad récompense un photographe ayant accompli un travail remarquable. Cette année : le Japonais Daidō Moriyama.

Kenta Cobayashi, photographe de l’ère Black Mirror
965

Kenta Cobayashi, photographe de l’ère Black Mirror

Photographie Le Japonais Kenta Cobayashi ne documente pas la réalité mais préfère la manipuler. Entre science-fiction et intelligence artificielle, ses clichés futuristes explorent un monde digital et arborent fièrement les stigmates de la retouche. Le Japonais Kenta Cobayashi ne documente pas la réalité mais préfère la manipuler. Entre science-fiction et intelligence artificielle, ses clichés futuristes explorent un monde digital et arborent fièrement les stigmates de la retouche.

Les stars de la photographie de mode en vente chez Christie’s
889

Les stars de la photographie de mode en vente chez Christie’s

Photographie Le 19 juin, la célèbre maison de vente Christie’s met aux enchères différentes photographies de mode du XXe siècle appartenant au collectionneur new-yorkais Leon Constantiner. On y retrouve des maîtres du genre tels que Richard Avedon, Irving Penn, Herb Ritts, Helmut Newton ou Peter Lindbergh. Le 19 juin, la célèbre maison de vente Christie’s met aux enchères différentes photographies de mode du XXe siècle appartenant au collectionneur new-yorkais Leon Constantiner. On y retrouve des maîtres du genre tels que Richard Avedon, Irving Penn, Herb Ritts, Helmut Newton ou Peter Lindbergh.