811

Les étoiles de l’Opéra de Paris par James Bort

 

Sous la direction de Benjamin Millepied, de superbes photos, rassemblées dans un ouvrage et une exposition, célèbrent la magie des costumes de l’Opéra.

Stéphane Bullion par James Bort.

 

Parmi les chorégraphes contemporains, Benjamin Millepied est sans doute l’un des plus sensibles au vêtement : marié à Natalie Portman, actrice A-List et égérie de Dior, le directeur de la danse de l’Opéra de Paris a également créé sa propre ligne de mode afin de financer sa compagnie LADP (Los Angeles Dance Company). Mais, sur la scène de  l’Opéra, le vêtement ne répond aucunement aux caprices de l’air du temps : le costume n’y fait pas le moine, mais sert l’histoire et l’esthétique du ballet.  

 

Dans sa dernière création La nuit s’achève, présentée en février dernier sur la scène du palais Garnier, le plus américain des chorégraphes français donnait encore une fois la pleine mesure de son sens du costume, et, plus généralement, de son sens du rythme : celui qui transforme le corps en partition musicale, mais aussi celui qui séduit l’œil. Devant un décor abstrait tout en dégradés subtils de pourpre et de carmin, évoluaient six danseurs également parés de délicates harmonies. Signés de l’ancien directeur artistique de Berluti, Alessandro Sartori, les costumes soulignaient le grand talent de Benjamin Millepied à créer l’harmonie des sens, à croiser musique, danse, vêtement et décor pour qu’ils forment une seule et même matière, infiniment sensible et sensuelle. 

Marie-Agnès Gilot par James Bort.

 

Un bel ouvrage donne aujourd’hui une nouvelle preuve de ce que l’ère Benjamin Millepied aura apporté de pure beauté : répondant à son invitation, le photographe James Bort a saisi la magie des costumes de l’Opéra, shootant pendant trois jours, au cours de l’année 2015, 18 danseurs étoiles vêtus pour l’occasion de celui de leur choix. “Je voulais voir seulement le costume sur eux, sans maquillage ni accessoire, sans coiffure. Mon souhait était de faire ressentir cet instant de l'avant ou de l'après, de l'oubli, l’instant unique que le danseur vit, seul, face à son miroir”, explique le photographe. Sur un fond typique de studio photographique, James Bort saisit les danseurs en plein mouvement ou, au contraire, parfaitement relâchés. Un subtil jeu de modelé appuie l’intemporalité de ces portraits en noir et blanc, ainsi que la mélancolie inhérente à la photographie de danse, qui ne fait après tout que célébrer ses propres limites, son incapacité à restituer justement le mouvement. Comme la danse mise en œuvre par Benjamin Millepied, ces images découvrent au cœur de la puissance du corps une vulnérabilité, un sentiment qui donne tout son sens à cet art.

 

Étoiles de James Bort, avec une préface de Benjamin Millepied.

Éditions du Cherche-Midi.

Exposition jusqu’au 24 avril à l’Opéra Bastille.

 

Par Delphine Roche

Dorothée Gilbert par James Bort.

 

Mathias Heymann par James Bort.

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle. 

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies
678

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies

Photographie Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante. Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante.

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes
874

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes

Photographie Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre. Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre.