811

Les étoiles de l’Opéra de Paris par James Bort

 

Sous la direction de Benjamin Millepied, de superbes photos, rassemblées dans un ouvrage et une exposition, célèbrent la magie des costumes de l’Opéra.

Stéphane Bullion par James Bort.

 

Parmi les chorégraphes contemporains, Benjamin Millepied est sans doute l’un des plus sensibles au vêtement : marié à Natalie Portman, actrice A-List et égérie de Dior, le directeur de la danse de l’Opéra de Paris a également créé sa propre ligne de mode afin de financer sa compagnie LADP (Los Angeles Dance Company). Mais, sur la scène de  l’Opéra, le vêtement ne répond aucunement aux caprices de l’air du temps : le costume n’y fait pas le moine, mais sert l’histoire et l’esthétique du ballet.  

 

Dans sa dernière création La nuit s’achève, présentée en février dernier sur la scène du palais Garnier, le plus américain des chorégraphes français donnait encore une fois la pleine mesure de son sens du costume, et, plus généralement, de son sens du rythme : celui qui transforme le corps en partition musicale, mais aussi celui qui séduit l’œil. Devant un décor abstrait tout en dégradés subtils de pourpre et de carmin, évoluaient six danseurs également parés de délicates harmonies. Signés de l’ancien directeur artistique de Berluti, Alessandro Sartori, les costumes soulignaient le grand talent de Benjamin Millepied à créer l’harmonie des sens, à croiser musique, danse, vêtement et décor pour qu’ils forment une seule et même matière, infiniment sensible et sensuelle. 

Marie-Agnès Gilot par James Bort.

 

Un bel ouvrage donne aujourd’hui une nouvelle preuve de ce que l’ère Benjamin Millepied aura apporté de pure beauté : répondant à son invitation, le photographe James Bort a saisi la magie des costumes de l’Opéra, shootant pendant trois jours, au cours de l’année 2015, 18 danseurs étoiles vêtus pour l’occasion de celui de leur choix. “Je voulais voir seulement le costume sur eux, sans maquillage ni accessoire, sans coiffure. Mon souhait était de faire ressentir cet instant de l'avant ou de l'après, de l'oubli, l’instant unique que le danseur vit, seul, face à son miroir”, explique le photographe. Sur un fond typique de studio photographique, James Bort saisit les danseurs en plein mouvement ou, au contraire, parfaitement relâchés. Un subtil jeu de modelé appuie l’intemporalité de ces portraits en noir et blanc, ainsi que la mélancolie inhérente à la photographie de danse, qui ne fait après tout que célébrer ses propres limites, son incapacité à restituer justement le mouvement. Comme la danse mise en œuvre par Benjamin Millepied, ces images découvrent au cœur de la puissance du corps une vulnérabilité, un sentiment qui donne tout son sens à cet art.

 

Étoiles de James Bort, avec une préface de Benjamin Millepied.

Éditions du Cherche-Midi.

Exposition jusqu’au 24 avril à l’Opéra Bastille.

 

Par Delphine Roche

Dorothée Gilbert par James Bort.

 

Mathias Heymann par James Bort.

Le festival Circulation(s) dévoile sa sélection de photographes européens
850

Le festival Circulation(s) dévoile sa sélection de photographes européens

Photographie Le festival de la jeune photographie européenne annonce sa sélection. Pour la neuvième année consécutive, Circulation(s) fait émerger de nouveaux talents en réunissant 37 artistes au Centquatre-Paris, du 20 avril au 30 juin prochain. Le festival de la jeune photographie européenne annonce sa sélection. Pour la neuvième année consécutive, Circulation(s) fait émerger de nouveaux talents en réunissant 37 artistes au Centquatre-Paris, du 20 avril au 30 juin prochain.

Le grand retour de James Baldwin, le romancier provocateur
871

Le grand retour de James Baldwin, le romancier provocateur

Photographie La maison d’édition Taschen réédite La prochaine fois, le feu, roman de James Baldwin paru en 1963. Le photojournaliste new-yorkais Steve Schapiro illustre le texte de son compatriote américain avec une centaine de clichés, un remarquable témoignage de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis. La maison d’édition Taschen réédite La prochaine fois, le feu, roman de James Baldwin paru en 1963. Le photojournaliste new-yorkais Steve Schapiro illustre le texte de son compatriote américain avec une centaine de clichés, un remarquable témoignage de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis.

L'exposition photo "Fabula” de Charles Fréger à l'Armani Silos
884

L'exposition photo "Fabula” de Charles Fréger à l'Armani Silos

Photographie Depuis près de vingt ans, Charles Fréger s’intéresse aux codes vestimentaires d’individus qui composent différentes communautés. Depuis près de vingt ans, Charles Fréger s’intéresse aux codes vestimentaires d’individus qui composent différentes communautés.

Luigi Ghirri : une star de la photographie italienne au Jeu de Paume
876

Luigi Ghirri : une star de la photographie italienne au Jeu de Paume

Photographie À l’instar d’un William Eggleston et d’un Stephen Shore, il a participé à l’invention de la photographie contemporaine. Ses clichés en couleurs ont saisi l’Italie des années 70, la société de consommation, l’évolution des paysages et l’essor du tourisme. Une exposition au Jeu de Paume lui rend hommage. À l’instar d’un William Eggleston et d’un Stephen Shore, il a participé à l’invention de la photographie contemporaine. Ses clichés en couleurs ont saisi l’Italie des années 70, la société de consommation, l’évolution des paysages et l’essor du tourisme. Une exposition au Jeu de Paume lui rend hommage.

Les lauréats de la Bourse du talent, de Brooklyn aux quartiers Nord de Marseille
871

Les lauréats de la Bourse du talent, de Brooklyn aux quartiers Nord de Marseille

Photographie Du Brooklyn volcanique à Kigali – capitale du Rwanda – les lauréats de la Bourse du Talent présentent leurs travaux inspirés par la notion de racine. Jusqu'au 3 mars, la Bibliothèque nationale de France expose les clichés de ces jeunes photographes. Du Brooklyn volcanique à Kigali – capitale du Rwanda – les lauréats de la Bourse du Talent présentent leurs travaux inspirés par la notion de racine. Jusqu'au 3 mars, la Bibliothèque nationale de France expose les clichés de ces jeunes photographes.

Qui est Mohamed Bourouissa, l’artiste qui a réalisé la première campagne de Virgil Abloh pour Louis Vuitton ?
875

Qui est Mohamed Bourouissa, l’artiste qui a réalisé la première campagne de Virgil Abloh pour Louis Vuitton ?

Art Exposé au Musée d’Art Moderne de Paris en 2018 et nommé au Prix Marcel Duchamp dans la foulée, Mohamed Bourouissa a accepté pour la première fois de réaliser une campagne pour une grande maison, relevant l’invitation de Virgil Abloh, directeur artistique de l’homme chez Louis Vuitton. The Painter’s Studio (L’Atelier du Peintre) revisite en photo la célèbre toile de Gustave Courbet réalisée en 1855. Exposé au Musée d’Art Moderne de Paris en 2018 et nommé au Prix Marcel Duchamp dans la foulée, Mohamed Bourouissa a accepté pour la première fois de réaliser une campagne pour une grande maison, relevant l’invitation de Virgil Abloh, directeur artistique de l’homme chez Louis Vuitton. The Painter’s Studio (L’Atelier du Peintre) revisite en photo la célèbre toile de Gustave Courbet réalisée en 1855.