17 Avril

Martin Parr : leçon d’humour british à la National Portrait Gallery

 

Jusqu’au 27 mai 2019, la National Portrait Gallery consacre une exposition à Martin Parr : “Only Human”. À sa façon, le photographe dévoile une série d’œuvres qui interrogent l’identité britannique.

Par Yasmine Lahrichi

Martin Parr, Harbhajan Singh, Willenhall Market, Walsall, the Black Country, 2011. © Martin Parr / Magnum Photos.

Dans une rue pavée, un grillage gris sali. Un homme d’un âge avancé y est adossé. Sa barbe blanche, ses vêtements noirs et son turban répondent aux couleurs maussades de l'allée. Devant lui, en vedette, au centre de l'image : un sac de plastique luisant imprimé du drapeau britannique. Si cette photographie de Martin Parr date de 2011, elle donne immédiatement le ton de l'exposition. Dans une nation britannique déchirée depuis 2016 par la question du Brexit et les incessants reports de vote, la National Portrait Gallery à Londres propose, jusqu’au 27 mai prochain, l'exposition “Only Human” qui questionne, non sans humour, à travers le regard du photographe Martin Parr, l'identité de la nation britannique. 

Martin Parr, Vivienne Westwood, designer, 2012. © Martin Parr/Magnum Photos/Rocket Gallery.

Martin Parr, The Perry Family – daughter Florence, Philippa and Grayson, 2012. © Martin Parr/Magnum Photos/Rocket Gallery.

Dès que l’on franchit le seuil de la National Portrait Gallery, l’artiste nous met à l’épreuve : il nous propose de “partir” ou de “rester”, usant des termes mêmes employés lors du référendum. Du nationalisme effréné symbolisé par la nuque tatouée sur laquelle est inscrite “English and Proud” (2013) au style vestimentaire camp made in britain où se mêlent veste imprimée tartan et collants colorés, Parr nous livre un portrait de son pays dans tous ses contrastes et son éclectisme, mettant en scène à la fois des portraits de personnalités emblématiques telles que Vivienne Westwood et de personnes inconnues. 

Martin Parr, Bad Fallingbostel army base, 2013. © Martin Parr / Magnum Photos.

Il n’est pas hasardeux que pour une telle exposition, la National Portrait Gallery ait choisi d’inviter Martin Parr. En effet, depuis les années 80, ses photographies documentaires reflètent les défaillances d’une société européenne décadente. Caractérisées par leurs couleurs saturées, leur aspect brossé et cadrées au millimètre près, ses oeuvres tapageuses qui donnent à voir des scènes typiques de notre mode de vie à l'occidental – et en particulier liées au tourisme et consommation de masse – sont à la fois des oxymores et des satires de celle-ci pour mieux les dévoiler au regard du monde.

 

 

Only Human de Martin Parr, jusqu’au 27 mai, National Portrait Gallery, Londres.

Martin Parr, Sorrento, 2014. © Martin Parr / Magnum Photos.

NuméroNews