La féminité, la grâce et la beauté sont ses mots d'ordre. La photographe française et ancienne mannequin Sarah Moon est mise à l'honneur cette semaine, lors de la fashion week milanaise. Célèbre pour avoir signé, entre autres, vingt ans de campagnes publicitaires mémorables pour Cacharel, mais aussi pour Comme des Garçons, Chanel ou encore Dior, elle s'est hissée au rang des plus grands photographes de mode. Nombreux sont ses clichés qui ont sublimé les pages de prestigieux magazines de mode comme Vogue ou encore celles de Numéro avec de multiples séries mode. Croisant les inspirations comme le cinéma, la peinture et la sculpture expressionnistes, elle a su montrer la femme sous un angle particulier grâce à la complicité qu'elle entretenait avec ses modèles. Lauréate d'une myriade de prix (trois Lion d'or à Cannes, Grand Prix de la photographie de Paris…), Sarah Moon s'est construit un vocabulaire visuel sans équivoque façonnant des images aussi mystérieuses qu'oniriques.

 

Armani/Silos, le musée d'art du label Giorgio Armani, dévoile From one season to another, une exposition rassemblant environ 170 photographies en couleur ou noir et blanc, prises sur une période de 40 ans, depuis les années 70 jusqu'à aujourd'hui. Organisée par l'artiste elle-même, elle met l'accent sur ses emblématiques photos de mode ainsi que sur des oeuvres moins connues dont des photos d'animaux, de fleurs et de bâtiments industriels. Dans le cadre de cette exposition, une série de photos ayant pour thème la danse, inspirée par Oscar Schlemmer et datant de la fin des années 90, sera pour la première fois présentée dans son intégralité. La galerie Carla Sozzani de la Fondazione Sozzani présente, quant à elle, Time at work, une autre exhibition de près de 90 clichés emblématiques de Sarah Moon, de 1995 à nos jours, accompagnés d'un court-métrage et d'un documentaire, tous deux réalisés par l'artiste.

Filmé à New York, There Is Something About Lillian (2001) est un portrait-documentaire qui rend hommage à Lillian Bassman, l'une des pionnières de la photographie de mode. En 1948, Bassman a contribué au lancement du magazine Harper's Bazaar, sous la direction d'Alexey Brodovitch. À travers une mosaïque de témoignages recueillis auprès de ses proches, Sarah Moon présente le monde artistique de Lillian Bassman. Son court-métrage Contacts (1995) se présente, quant à lui, comme un journal intime détaillant les différentes façons de travailler de l'artiste. Conçu à partir d'une idée de William Klein, le projet était initialement destiné à être diffusée à la télévision.

 

 

Les deux expositions, From One Season to Another et Time at Work sont visibles jusqu'au 6 janvier.