16 Septembre

Txema Yeste, du photoreportage aux campagnes de mode

 

Jusqu’au 2 novembre à la galerie new-yorkaise Staley-Wise, le photographe espagnol Txema Yeste, fidèle collaborateur de Numéro, présente pour la première fois “Crossroads”, un ensemble de ses plus beaux clichés de mode.

Par La rédaction

“Sunrise” © Txema Yeste
1/15
Jing Wen, © Txema Yeste
2/15
“Wave in Jamaica” © Txema Yeste
3/15
“Fuerteventura” © Txema Yeste
4/15
“Golden Mask, Tenerife” pour Numéro © Txema Yeste
5/15
“Solar Dance” pour Numéro © Txema Yeste
6/15
“Heat” pour Numéro © Txema Yeste
7/15
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
8/15
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
9/15
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
10/15
“Sea Shells” pour Numéro © Txema Yeste
11/15
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
12/15
“Water Body” pour Numéro © Txema Yeste
13/15
“The Fruit” pour Numéro © Txema Yeste
14/15
“Shanelle Before Sunset” © Txema Yeste
15/15
“Sunrise” © Txema Yeste
Jing Wen, © Txema Yeste
“Wave in Jamaica” © Txema Yeste
“Fuerteventura” © Txema Yeste
“Golden Mask, Tenerife” pour Numéro © Txema Yeste
“Solar Dance” pour Numéro © Txema Yeste
“Heat” pour Numéro © Txema Yeste
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
“Sea Shells” pour Numéro © Txema Yeste
Série mode “Water” pour Numéro © Txema Yeste
“Water Body” pour Numéro © Txema Yeste
“The Fruit” pour Numéro © Txema Yeste
“Shanelle Before Sunset” © Txema Yeste
  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

  • Des clichés argentiques en noir et blanc aux impressions ultra colorées, Txema Yeste passe sans ciller d’une ambiance tendre et poétique à des polychromes puissants et sophistiqués. Dans son exposition Crossroads, le Barcelonais dévoile un large panel de photographies de mode – dont la plupart ont été réalisées pour Numéro – qui caractérisent son univers imprégné de l’imagerie espagnole.

     

    Omniprésence du rouge sang, sublimes touches de doré, couleurs saturées et contrastes saisissants : Txema Yeste a su, en vingt ans, laisser une empreinte unique dans la photographie de mode. Pour Numéro, mais aussi Vogue et Harper’s Bazaar, l’Espagnol s’approprie les paysages, les fait siens et brouille la frontière entre photographie de mode et portraits sublimes de corps en mouvement. Formé au photojournalisme, Txema Yeste passe de publications dans des magazines nationaux tels que The Observer, El Pais ou The Sunday Times à de magnifiques clichés pour les plus grandes maisons de couture : Chanel, Armani, Lancôme et Saint Laurent ont fait appel à lui pour leurs campagnes. À la galerie Staley-Wise, à New York, Txema Yeste dévoile ses plus belles photographies au détour d'une exposition inédite : Crossroads atteste d’une reconversion plus que réussie.

     

    Crossroads, du 12 septembre au 2 novembre à la galerie Staley-Wise à New York. 

NuméroNews