1123

La légende de la musique Gary Williams

 

Portrait photographique de Gary Williams, star américaine installée à Paris où il mène une existence discrète. Légende du monde de la musique, il a travaillé auprès des plus grands artistes : Prince, Billy Idol, Nas, Lauryn Hill…

Gary Williams, star américaine, s’est installé à Paris, où il mène une existence discrète. Légende du monde de la musique, il a travaillé auprès des plus grands artistes : Prince, Babyface, Billy Idol, D’angelo, Raphael Saadiq, Earth Wind & Fire, Luther Vandross, Isley Brothers, Nathalie Cole, Jeff Beck, John Mayor Trio, Nas, Lauryn Hill, Living Colour ou encore Mos Def. 

 

Gary Williams est tombé amoureux de la Ville lumière, où il avait travaillé avec Ayo durant huit années consécutives. Laissant ses racines rock’n’roll à New York et Los Angeles, Williams compose à présent sa propre musique dans son appartement du XVIIIe arrondissement parisien. Inspiré par le charme sans pareil de la capitale, ses sons expérimentaux touchent à des thèmes existentiels. En dehors de ses talents musicaux, Gary Williams est un vrai passionné de mode au style rebelle authentique.

Photo : Cyrille George Jerusalmi.
Stylisme : Stéphanie Vaillant.

Lieu : Marcel, 90, quai de Jemmapes, Paris Xe. 

Directeur de création : Amir Zia.

Productrice exécutive : Jennifer Rosenblum.

Remerciements à Leslie Masson, Raphael Mirante-Péré, Malika Williams, Arnaud (Marcel) et Koulouchy & Andrea.

 

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette
564

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette

Art Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges. Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges.

Leyna Bloom : “Voir une femme trans aimée qui prend du plaisir permet de réduire les tabous.”
867

Leyna Bloom : “Voir une femme trans aimée qui prend du plaisir permet de réduire les tabous.”

Cinéma Elle a crevé l’écran à Cannes, dans son tout premier rôle en tant que comédienne. Mannequin transgenre, Leyna Bloom incarne avec talent et conviction la voix d’une minorité qui restait jusqu’à aujourd’hui encore ostracisée. Icône et porte-parole, la jeune Afro- Américaine revient pour nous sur ses débuts au cinéma, et évoque sans tabou la question brûlante de l’égalité des chances à Hollywood. Elle a crevé l’écran à Cannes, dans son tout premier rôle en tant que comédienne. Mannequin transgenre, Leyna Bloom incarne avec talent et conviction la voix d’une minorité qui restait jusqu’à aujourd’hui encore ostracisée. Icône et porte-parole, la jeune Afro- Américaine revient pour nous sur ses débuts au cinéma, et évoque sans tabou la question brûlante de l’égalité des chances à Hollywood.

Les confessions d’Eddy de Pretto entre virilité, prise d’otage et ring de boxe
887

Les confessions d’Eddy de Pretto entre virilité, prise d’otage et ring de boxe

Musique Auteur-compositeur-interprète, ce jeune chanteur de 26 ans a ému les foules dès son premier EP où il livrait, en toute sincérité, sa difficulté à se construire dans un monde où la virilité se confond souvent avec les clichés machistes. Numéro a évoqué avec lui son début de carrière fulgurant. Auteur-compositeur-interprète, ce jeune chanteur de 26 ans a ému les foules dès son premier EP où il livrait, en toute sincérité, sa difficulté à se construire dans un monde où la virilité se confond souvent avec les clichés machistes. Numéro a évoqué avec lui son début de carrière fulgurant.

Adèle Exarchopoulos : “J’adore les gens capables d’assumer leur monstre et leur lumière”
887

Adèle Exarchopoulos : “J’adore les gens capables d’assumer leur monstre et leur lumière”

Cinéma Dans “Sibyl”, le nouveau film de Justine Triet présenté à Cannes, Adèle Exarchopoulos incarne avec brio une jeune comédienne confrontée à un choix existentiel. Un captivant face-à-face, entre comédie et mélodrame, où l’intensité émotionnelle est à son paroxysme. La jeune actrice et la réalisatrice ont confié à “Numéro” leurs impressions de tournage.     Dans “Sibyl”, le nouveau film de Justine Triet présenté à Cannes, Adèle Exarchopoulos incarne avec brio une jeune comédienne confrontée à un choix existentiel. Un captivant face-à-face, entre comédie et mélodrame, où l’intensité émotionnelle est à son paroxysme. La jeune actrice et la réalisatrice ont confié à “Numéro” leurs impressions de tournage.    

17 questions à Penélope Cruz, la muse d’Almodóvar
887

17 questions à Penélope Cruz, la muse d’Almodóvar

Cinéma Elle rayonne plus que jamais actuellement à l’affiche de “Douleur et Gloire”, le dernier film de son pygmalion, le grand réalisateur Pedro Almodóvar. Actrice passionnée et engagée, Penélope Cruz a aussi prouvé que le développement durable et éthique peut parfaitement aller de pair avec le luxe. Elle signe pour Atelier Swarovski une collection de joaillerie fine parée de pierres précieuses créées en laboratoire. Rencontre. Elle rayonne plus que jamais actuellement à l’affiche de “Douleur et Gloire”, le dernier film de son pygmalion, le grand réalisateur Pedro Almodóvar. Actrice passionnée et engagée, Penélope Cruz a aussi prouvé que le développement durable et éthique peut parfaitement aller de pair avec le luxe. Elle signe pour Atelier Swarovski une collection de joaillerie fine parée de pierres précieuses créées en laboratoire. Rencontre.

“Mektoub My Love : Intermezzo” d'Abdellatif Kechiche : une vision rance des femmes
387

“Mektoub My Love : Intermezzo” d'Abdellatif Kechiche : une vision rance des femmes

Cinéma Mektoub My Love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche restera comme la projection marquante de ce Festival de Cannes 2019. Après le premier volet de la future trilogie (voire plus, si affinités) sorti en salles l’année dernière, le réalisateur poursuit sa recherche d’un chaos hypnotique et musical, qui hurlerait de manière violente sa dépendance à la chair. Mektoub My Love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche restera comme la projection marquante de ce Festival de Cannes 2019. Après le premier volet de la future trilogie (voire plus, si affinités) sorti en salles l’année dernière, le réalisateur poursuit sa recherche d’un chaos hypnotique et musical, qui hurlerait de manière violente sa dépendance à la chair.