Advertising
519

Interview exclusive: Pamela Anderson

 

Fervente protectrice de la cause animale et de la planète aux côtés de Paul Watson, muse pour les créatrices Vivienne Westwood et Amélie Pichard, ex-actrice de la série culte Alerte à Malibu, la playmate Pamela Anderson se confie en exclusivité à Numéro.

Icône de la série culte Alerte à Malibu, Pamela Anderson met aujourd’hui sa célébrité au service de la défense de la planète et des animaux à travers sa fondation. La provocante blonde use de son charme pour approcher les hommes de pouvoir et faire avancer les causes qui lui tiennent à cœur. Elle dévoile également une étonnante collection de chaussures “veggie” réalisée en collaboration avec Amélie Pichard. Rencontre.

 

Pamela Anderson par Vijat Mohindra

Pamela Anderson par Vijat Mohindra

Numéro : On vous a connue playmate, icône en maillot dans Alerte à Malibu, égérie de Vivienne Westwood… Mais depuis le lancement officiel de votre fondation à Cannes en mai 2014, vous avez dévoilé un nouveau visage, celui d’une pasionaria des droits des êtres humains et des animaux. Que s’est-il passé ?

Pamela Anderson : Je veux juste être quelqu’un de bien. Protéger la Terre et prendre du plaisir en le faisant. Tout en étant simplement moi-même. Audacieuse, peut-être un peu naïve. Je protège les animaux depuis mon enfance. Mon père était chasseur. J’ai réussi à le convaincre d’arrêter ! J’ai compris très tôt que l’information, que les mots avaient un pouvoir énorme. Lorsqu’ils viennent du cœur, ils peuvent déplacer des montagnes.

 

Est-ce la raison qui vous a poussée à rencontrer en décembre le ministre russe des Ressources naturelles ? Où à écrire des lettres ouvertes à Vladimir Poutine ou à Barack Obama ?

J’écris tous les jours. J’écris des lettres aux dirigeants politiques, aux activistes du monde entier, à mes amis et à tous ceux que j’aime. Aux gens que j’admire également. L’échange épistolaire est un art oublié, et c’est une forme d’action qu’il ne faut pas négliger. Il faut se battre sur tous les terrains. D’ailleurs, on me répond toujours. Mon voyage en Russie s’est révélé très fructueux. Ainsi, nous travaillons ensemble à la mise en place d’une législation pour la protection des espèces menacées, plus particulièrement pour empêcher leur importation. Les Russes sont des hommes d’action. Je respecte beaucoup cela.

 

Sur le site de votre fondation, vous défendez l’idée qu’il faut recourir sans hésiter à la provocation. Qu’entendez-vous par là ?

La provocation a toujours été la clé de mon succès. Je repousse toujours les limites. Je suis extrêmement combative. Je suis implacable avec l’amour, avec ce que je suis et tous ceux que je connais. Mais je ne suis pas pour autant ambitieuse ou calculatrice. J’écoute – et cela résonne en moi. Je prends tout en compte. Ce dont il est question aujourd’hui, c’est d’une belle histoire d’amour avec la planète et avec tous les êtres vivants qui l’habitent. Les femmes sont particulièrement douées pour l’amour, et j’ai eu la chance d’être élevée par certaines d’entre elles vraiment admirables. Elles m’ont appris à assumer tout ce que j’étais, et à en faire usage pour parvenir à mes fins. De manière toujours bienveillante, humble, passionnée et… surprenante.

La provocation a toujours été la clé de mon succès. Je repousse toujours les limites. Je suis extrêmement combative.

Pamela Anderson pour Amélie Pichard par David LaChapelle

 

La série Alerte à Malibu vous a rendue célèbre dans le monde entier. Était-ce un rêve qui devenait réalité ou en gardez-vous un souvenir plus contrasté ?

Alerte à Malibu a été le meilleur job de ma vie. J’étais sur la plage tous les jours avec mon chien. Je profitais de l’océan. En fait, je faisais ce que j’aurais fait naturellement. Et en plus j’étais payée ! Je n’en revenais pas d’avoir autant de chance.

 

Qu’est-il arrivé à votre maillot de bain rouge iconique ? L’avez-vous vraiment vendu aux enchères pour récolter de l’argent pour votre fondation ?

Je vends absolument tout au profit de ma fondation. J’ai déjà bien assez de choses. Trop d’organisations ont besoin de notre soutien ! Tout le monde devrait faire de même. Vous n’avez qu’à aller sur eBay, le site vous permet de vendre un objet au profit d’une association.

 

Comment vous investissez-vous au sein de votre fondation ?

Cela fait plus de dix ans que je travaille à ma fondation, même si elle n’est véritablement active que depuis deux ans. Et je me dévoue désormais corps et âme à ce qui m’importe le plus ici-bas : la planète, les personnes les plus vulnérables et les animaux. Ma priorité est de trouver les ressources nécessaires pour soutenir les personnes engagées dans des actions de terrain, celles qui sont en première ligne. Je voyage également à travers le monde, sur mes fonds propres, pour rencontrer des interlocuteurs qui seront capables de faire des choix qui influenceront positivement notre futur.

Pamela Anderson pour Amélie Pichard par David LaChapelle

Quelles actions concrètes mettez-vous en œuvre ?

J’ai créé une collection de chaussures “veggie” (pammieslife.com) réalisées à partir de matériaux recyclés. “Veggie” implique que chaque création est 100 % non animale. Ni la mode, ni les divertissements, ni même notre besoin de nous alimenter ne peuvent justifier qu’on fasse du mal aux animaux. Vous pouvez sauver le monde en arrêtant de vous rendre dans les zoos, de manger de la viande ou du poisson ! J’ai également des parts dans une entreprise d’eau de beauté. Nous faisons en sorte d’améliorer les emballages pour qu’ils soient plus eco-friendly. Et, chez Opening Ceremony à Los Angeles, je viens de lancer une nouvelle collection de chaussures – toujours “veggie” – réalisée en collaboration avec Amélie Pichard. Elle sera également disponible chez Tom Greyhound à Paris.

 

Je crois savoir que la créatrice française a su capter votre attention en publiant sur son compte Instagram de nombreuses photos vous rendant hommage.

Personnellement, je n’utilise pas Instagram. J’ai rencontré Amélie grâce à Jeremy, un ami commun. Il est vrai que j’ai été sa muse pour cette collection que nous avons créée ensemble, très inspirée par les années 90. C’est une célébration de notre mode de vie en bord de mer, entre les bateaux et les fêtes !

 

 

 

 

 

www.pamelaandersonfoundation.org

www.ameliepichard.com

 

La collection Pamela Anderson et Amélie Pichard est disponible en avant-première chez Tom Greyhound, 

19, rue Saint-Onge, Paris IIIe.

 

 

Retrouvez cette interview dans son intégralité dans le Numéro Amour de février 2016, disponible en kiosque et sur iPad le 26 janvier

 

 Abonnez-vous au magazine Numéro

 Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes
561

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes

Cinéma Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee. Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee.

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood
589

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood

Cinéma À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée. À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée.

Advertising
Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année
765

Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année

Musique Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral. Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral.

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs
978

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs

Musique À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville. À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville.

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”
873

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”

Cinéma Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier. Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier.

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly
973

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly

Cinéma Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France.  Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France. 



Advertising