Advertising
808

Qui est Xu Zhen, artiste exposé à la Fondation Louis Vuitton à l’occasion de “Bentu” ?

 

Actuel et changeant, le travail de l’artiste Xu Zhen incarne la richesse créative de la nouvelle scène chinoise exposée à la Fondation Louis Vuitton.

Propos recueillis par Nicolas Trembley

Portrait de l’artiste Xu Zhen devant l’une de ses œuvres, dans son showroom situé à Shanghai, le 10 décembre 2015.

Adrien Bernard/Fondation Louis Vuitton.

 

 

La France a été l’une des premières nations à accueillir des artistes chinois et à les exposer. Une scène artistique qui s’est développée à une vitesse grand V pour finir par s’imposer, dans les années 2000, comme l’une des plus importantes du marché. Où en est-elle aujourd’hui ? C’est la question que la Fondation Louis Vuitton a voulu poser en présentant simultanément l’exposition Bentu (terme qui signifie “la terre natale”), sous-titrée : Des artistes chinois dans la turbulence des mutations, ainsi qu’une sélection d’œuvres de sa collection. La scène chinoise contemporaine se caractérise par un grand éclectisme. À lui tout seul, l’artiste Xu Zhen, né en 1977, incarne cette disparité des styles. À Shanghai, son atelier contient autant de formes différentes que d’œuvres : vidéos qui ressemblent à des spots publicitaires ou à des documentaires, céramiques traditionnelles aux formes mutantes, tableaux abstraits, fresques figuratives, sculptures molles en tissu ou monumentales en béton, qui mixent des références bouddhistes comme des éléments de la frise du Parthénon. On a plutôt l’impression de visiter l’exposition d’un collectif d’artistes, ce qui n’est d’ailleurs pas complètement faux puisque Xu Zhen possède une société, MadeIn Company, qui produit des œuvres pour lui et pour d’autres.

Détail d’une œuvre de l’artiste Xu Zhen dans son showroom situé à Shanghai, le 10 décembre 2015.

Adrien Bernard/Fondation Louis Vuitton.

 

 

Numéro : Quelle est votre formation ?

Xu Zhen : J’ai toujours voulu devenir artiste. Mais je me suis trompé, j’ai fait des études de design et de graphisme, alors je me définis plutôt comme un autodidacte.

 

Mais alors, quelles étaient vos références ?

En Chine, dans les années 90, il n’y avait pas Internet. C’est donc principalement dans des magazines que j’ai découvert les artistes internationaux. J’ai d’abord connu le travail d’artistes stars comme Duchamp, Beuys ou Warhol. Comme bien d’autres artistes chinois, je crois.

 

Vous avez créé la structure MadeIn Company, qui vous a permis d’exposer, ainsi que d’autres artistes, et de fonctionner comme une galerie. À quoi correspond ce projet ?

En chinois, ce nom signifie “sans toit”, cela symbolise l’absence de limites, l’infini. Et il y a évidemment un double sens qui joue avec la notion de production made in China. J’aimerais ouvrir d’autres branches de la compagnie à l’étranger, créer un musée et une fondation. À cause de ces diversifications, j’ai décidé de produire à nouveau sous mon nom, pour plus de clarté.

 

Vidéo, peinture, sculpture, performance… votre travail convoque tous les médiums.

Cette diversité reflète certainement l’évolution de la Chine, sa culture hybride et surtout les mutations extrêmement rapides que traverse le pays. De nouvelles perspectives s’ouvrent dans cette société. À Pékin, les problèmes de pollution, d’écologie et de corruption sont au cœur de l’actualité. Le gouvernement en parle, et ça c’est vraiment nouveau. Il y a une ouverture sur des questions qui étaient taboues.

 

Eternity – The Soldier of Marathon Announcing Victory, a Wounded Galatian, 2014 Par Xu Zhen Production : MadeIn Company. 
Courtesy de l’artiste et MadeIn Company.

 

Certaines de vos sculptures récentes confrontent la culture classique grecque occidentale et l’histoire bouddhiste de la Chine, quel est le sens de cette opposition ?

En Occident, la tradition et l’histoire contemporaine sont liées, l’évolution est linéaire. En Chine, la Révolution culturelle a entraîné une énorme rupture entre la tradition et l’époque contemporaine. La tradition est presque perçue comme un ready-made sans relation avec le monde contemporain. Visuellement, cela donne lieu à un mix inédit que reflète mon travail.

 

Quelles pièces présentez-vous dans l’exposition de la Fondation Louis Vuitton ?

Je vais y présenter une sculpture mixte inspirée de deux statues du Louvre : le Gaulois blessé, qui date de 200 avant J.-C., et le Soldat de Marathon annonçant la victoire, du xixe siècle. Il y a également une vidéo montrant des exercices de tai-chi qui représentent des gestes liés à diverses croyances et religions. Mais je ne serai pas présent pour installer la pièce, car depuis 2005 je ne voyage plus hors de la Chine, cela me permet d’avoir plus de distance vis-à-vis de la réception de l’art chinois en Occident.

 

Vous présentez vos sculptures en série, en accumulant divers exemplaires d’une même œuvre. Pourquoi ce choix ?

Ee effet, en mars dernier, à Shanghai, j’ai présenté toutes les éditions d’une même œuvre. Cinq vidéos, trois installations, etc. C’était un concept, entre art et consommation, et j’ai pensé que cela donnait plus de force à ce travail. Cela me rappelait les armées de Xi’an en terre cuite par exemple.

 

Votre atelier est gigantesque et vous employez beaucoup de monde, quel est votre rapport à l’argent ?

La plupart des artistes gardent tout pour eux, mais moi je réinvestis tout dans la société… Bon, c’est vrai, j’achète de belles voitures, mais c’est seulement pour garder la face… Ça, je dois l’avouer, c’est assez chinois !

 

 

Expositions Bentu – des artistes chinois dans la turbulence des mutations, jusqu’au 2 mai, et La Collection – sélection d’œuvres chinoises, jusqu’au 29 août à la Fondation Louis Vuitton, Paris XVI.

 

New (2014) de Xu Zhen, acier inoxydable peint, 130 x 110 x 402 cm, installation à la Fondation Louis Vuitton.

L’artiste-chamane Kiki Smith ensorcèle la Monnaie de Paris
846

L’artiste-chamane Kiki Smith ensorcèle la Monnaie de Paris

Numéro art Jusqu'au 9 février, la Monnaie de Paris consacre la quasi totalité de ses espaces à l'artiste américaine Kiki Smith, qui y présente sa première rétrospective d'ampleur dans une institution française. Retour sur les lignes fortes de son œuvre à travers ses trois thématiques les plus récurrentes. Jusqu'au 9 février, la Monnaie de Paris consacre la quasi totalité de ses espaces à l'artiste américaine Kiki Smith, qui y présente sa première rétrospective d'ampleur dans une institution française. Retour sur les lignes fortes de son œuvre à travers ses trois thématiques les plus récurrentes.

Faut-il vraiment se réintéresser à Dalí ?
887

Faut-il vraiment se réintéresser à Dalí ?

Art L’ouvrage Dalí – L’Œuvre peint (éd. Taschen) est le résultat de nombreuses années de recherches du photographe Robert Descharnes et de l’historien de l’art Gilles Néret. Ils ont exhumé des toiles signées de l’artiste espagnol, maître du surréalisme, restées inaccessibles durant des années. L’ouvrage Dalí – L’Œuvre peint (éd. Taschen) est le résultat de nombreuses années de recherches du photographe Robert Descharnes et de l’historien de l’art Gilles Néret. Ils ont exhumé des toiles signées de l’artiste espagnol, maître du surréalisme, restées inaccessibles durant des années.

Advertising
L'objet du jour : le tabouret minimaliste de Liaigre
689

L'objet du jour : le tabouret minimaliste de Liaigre

Design À partir du 23 novembre, la maison d'architecture intérieure et de décoration française Liaigre réédite son tabouret “Nagato” en bronze et le propose en 75 exemplaires. L'occasion de redécouvrir cette création iconique et minimaliste de 1986, produite originellement en bois de chêne massif et explicitement inspirée par Brancusi. À partir du 23 novembre, la maison d'architecture intérieure et de décoration française Liaigre réédite son tabouret “Nagato” en bronze et le propose en 75 exemplaires. L'occasion de redécouvrir cette création iconique et minimaliste de 1986, produite originellement en bois de chêne massif et explicitement inspirée par Brancusi.

L'exposition “Other Spaces” nous plonge dans la 4e dimension
467

L'exposition “Other Spaces” nous plonge dans la 4e dimension

Art À une époque où les individus, objets de stimulations perpétuelles, expriment de plus en plus le besoin de s’évader dans un ailleurs, le collectif d’artistes londonien United Visual Artists (UVA) a imaginé un lieu alternatif, qui prend forme au sein de l’exposition intitulée – précisément – Other Spaces. Jusqu’au 8 décembre, cette odyssée immersive et multisensorielle mobilisant aussi bien le toucher que la vue et l’ouïe occupe tout un étage du 180 The Strand, un bâtiment brutaliste polyvalent situé en plein cœur de Londres. Une exposition qui a vu le jour grâce au concours de The Store x The Vinyl Factory et de la Fondation Cartier. À une époque où les individus, objets de stimulations perpétuelles, expriment de plus en plus le besoin de s’évader dans un ailleurs, le collectif d’artistes londonien United Visual Artists (UVA) a imaginé un lieu alternatif, qui prend forme au sein de l’exposition intitulée – précisément – Other Spaces. Jusqu’au 8 décembre, cette odyssée immersive et multisensorielle mobilisant aussi bien le toucher que la vue et l’ouïe occupe tout un étage du 180 The Strand, un bâtiment brutaliste polyvalent situé en plein cœur de Londres. Une exposition qui a vu le jour grâce au concours de The Store x The Vinyl Factory et de la Fondation Cartier.

L'interview : Christian Boltanski, un monument de l'art au Centre Pompidou
887

L'interview : Christian Boltanski, un monument de l'art au Centre Pompidou

Numéro art Beaubourg célèbre du 12 novembre 2019 au 16 mars 2020 l'artiste français qui a développé depuis un demi-siècle sa réflexion sensible sur la mémoire et l’histoire, collective, familiale ou individuelle, le passé et les rites. L'occasion pour Numéro art de republier sa rencontre avec ce monument de l'art Beaubourg célèbre du 12 novembre 2019 au 16 mars 2020 l'artiste français qui a développé depuis un demi-siècle sa réflexion sensible sur la mémoire et l’histoire, collective, familiale ou individuelle, le passé et les rites. L'occasion pour Numéro art de republier sa rencontre avec ce monument de l'art

Paris Photo : 6 photographes à suivre
875

Paris Photo : 6 photographes à suivre

Photographie Quelques semaines après le démontage de la 46e FIAC, le Grand Palais accueille à nouveau en ses lieux une autre foire incontournable : Paris Photo, consacrée à la création photographique d’aujourd’hui, d’hier et de demain. Pour cette 23e édition, 157 galeries sont au rendez-vous, alors que les secteurs Prismes et Curiosa présentent des installations inédites qui questionnent le médium photographique. Focus sur six jeunes photographes exposés dans ces deux espaces. Quelques semaines après le démontage de la 46e FIAC, le Grand Palais accueille à nouveau en ses lieux une autre foire incontournable : Paris Photo, consacrée à la création photographique d’aujourd’hui, d’hier et de demain. Pour cette 23e édition, 157 galeries sont au rendez-vous, alors que les secteurs Prismes et Curiosa présentent des installations inédites qui questionnent le médium photographique. Focus sur six jeunes photographes exposés dans ces deux espaces.



Advertising