Advertising
808

Qui est Xu Zhen, artiste exposé à la Fondation Louis Vuitton à l’occasion de “Bentu” ?

 

Actuel et changeant, le travail de l’artiste Xu Zhen incarne la richesse créative de la nouvelle scène chinoise exposée à la Fondation Louis Vuitton.

Propos recueillis par Nicolas Trembley

Portrait de l’artiste Xu Zhen devant l’une de ses œuvres, dans son showroom situé à Shanghai, le 10 décembre 2015.

Adrien Bernard/Fondation Louis Vuitton.

 

 

La France a été l’une des premières nations à accueillir des artistes chinois et à les exposer. Une scène artistique qui s’est développée à une vitesse grand V pour finir par s’imposer, dans les années 2000, comme l’une des plus importantes du marché. Où en est-elle aujourd’hui ? C’est la question que la Fondation Louis Vuitton a voulu poser en présentant simultanément l’exposition Bentu (terme qui signifie “la terre natale”), sous-titrée : Des artistes chinois dans la turbulence des mutations, ainsi qu’une sélection d’œuvres de sa collection. La scène chinoise contemporaine se caractérise par un grand éclectisme. À lui tout seul, l’artiste Xu Zhen, né en 1977, incarne cette disparité des styles. À Shanghai, son atelier contient autant de formes différentes que d’œuvres : vidéos qui ressemblent à des spots publicitaires ou à des documentaires, céramiques traditionnelles aux formes mutantes, tableaux abstraits, fresques figuratives, sculptures molles en tissu ou monumentales en béton, qui mixent des références bouddhistes comme des éléments de la frise du Parthénon. On a plutôt l’impression de visiter l’exposition d’un collectif d’artistes, ce qui n’est d’ailleurs pas complètement faux puisque Xu Zhen possède une société, MadeIn Company, qui produit des œuvres pour lui et pour d’autres.

Détail d’une œuvre de l’artiste Xu Zhen dans son showroom situé à Shanghai, le 10 décembre 2015.

Adrien Bernard/Fondation Louis Vuitton.

 

 

Numéro : Quelle est votre formation ?

Xu Zhen : J’ai toujours voulu devenir artiste. Mais je me suis trompé, j’ai fait des études de design et de graphisme, alors je me définis plutôt comme un autodidacte.

 

Mais alors, quelles étaient vos références ?

En Chine, dans les années 90, il n’y avait pas Internet. C’est donc principalement dans des magazines que j’ai découvert les artistes internationaux. J’ai d’abord connu le travail d’artistes stars comme Duchamp, Beuys ou Warhol. Comme bien d’autres artistes chinois, je crois.

 

Vous avez créé la structure MadeIn Company, qui vous a permis d’exposer, ainsi que d’autres artistes, et de fonctionner comme une galerie. À quoi correspond ce projet ?

En chinois, ce nom signifie “sans toit”, cela symbolise l’absence de limites, l’infini. Et il y a évidemment un double sens qui joue avec la notion de production made in China. J’aimerais ouvrir d’autres branches de la compagnie à l’étranger, créer un musée et une fondation. À cause de ces diversifications, j’ai décidé de produire à nouveau sous mon nom, pour plus de clarté.

 

Vidéo, peinture, sculpture, performance… votre travail convoque tous les médiums.

Cette diversité reflète certainement l’évolution de la Chine, sa culture hybride et surtout les mutations extrêmement rapides que traverse le pays. De nouvelles perspectives s’ouvrent dans cette société. À Pékin, les problèmes de pollution, d’écologie et de corruption sont au cœur de l’actualité. Le gouvernement en parle, et ça c’est vraiment nouveau. Il y a une ouverture sur des questions qui étaient taboues.

 

Eternity – The Soldier of Marathon Announcing Victory, a Wounded Galatian, 2014 Par Xu Zhen Production : MadeIn Company. 
Courtesy de l’artiste et MadeIn Company.

 

Certaines de vos sculptures récentes confrontent la culture classique grecque occidentale et l’histoire bouddhiste de la Chine, quel est le sens de cette opposition ?

En Occident, la tradition et l’histoire contemporaine sont liées, l’évolution est linéaire. En Chine, la Révolution culturelle a entraîné une énorme rupture entre la tradition et l’époque contemporaine. La tradition est presque perçue comme un ready-made sans relation avec le monde contemporain. Visuellement, cela donne lieu à un mix inédit que reflète mon travail.

 

Quelles pièces présentez-vous dans l’exposition de la Fondation Louis Vuitton ?

Je vais y présenter une sculpture mixte inspirée de deux statues du Louvre : le Gaulois blessé, qui date de 200 avant J.-C., et le Soldat de Marathon annonçant la victoire, du xixe siècle. Il y a également une vidéo montrant des exercices de tai-chi qui représentent des gestes liés à diverses croyances et religions. Mais je ne serai pas présent pour installer la pièce, car depuis 2005 je ne voyage plus hors de la Chine, cela me permet d’avoir plus de distance vis-à-vis de la réception de l’art chinois en Occident.

 

Vous présentez vos sculptures en série, en accumulant divers exemplaires d’une même œuvre. Pourquoi ce choix ?

Ee effet, en mars dernier, à Shanghai, j’ai présenté toutes les éditions d’une même œuvre. Cinq vidéos, trois installations, etc. C’était un concept, entre art et consommation, et j’ai pensé que cela donnait plus de force à ce travail. Cela me rappelait les armées de Xi’an en terre cuite par exemple.

 

Votre atelier est gigantesque et vous employez beaucoup de monde, quel est votre rapport à l’argent ?

La plupart des artistes gardent tout pour eux, mais moi je réinvestis tout dans la société… Bon, c’est vrai, j’achète de belles voitures, mais c’est seulement pour garder la face… Ça, je dois l’avouer, c’est assez chinois !

 

 

Expositions Bentu – des artistes chinois dans la turbulence des mutations, jusqu’au 2 mai, et La Collection – sélection d’œuvres chinoises, jusqu’au 29 août à la Fondation Louis Vuitton, Paris XVI.

 

New (2014) de Xu Zhen, acier inoxydable peint, 130 x 110 x 402 cm, installation à la Fondation Louis Vuitton.

Mais qui a volé les WC en or de Maurizio Cattelan ?
657

Mais qui a volé les WC en or de Maurizio Cattelan ?

Art Présentée au palais de Blenheim en Angleterre à l'occasion d'une exposition unique sur le travail de l'artiste italien Maurizio Cattelan, l’œuvre “America”, WC en or massif, a été dérobée deux jours après le lancement de l'exposition.     Présentée au palais de Blenheim en Angleterre à l'occasion d'une exposition unique sur le travail de l'artiste italien Maurizio Cattelan, l’œuvre “America”, WC en or massif, a été dérobée deux jours après le lancement de l'exposition.    

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie
849

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie

Art Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux. Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux.

Advertising
Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain
867

Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain

Art Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques. Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques.

La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain
586

La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain

Photographie Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée. Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée.

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?
890

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?

Art Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite. Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite.

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré
930

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré

Art Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté. Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté.



Advertising