9


Commandez-le
Numéro
16

Il était temps : Ryan Murphy réhabilite Monica Lewinsky dans une série féministe et remuante

Série

Le troisième volet de la série American Crime Story créée par Ryan Murphy met en scène l’histoire sulfureuse de Monica Lewinsky en braquant la lumière sur l'humanité et la simplicité d'une des stagiaires les plus célèbres au monde. Une manière de réhabiliter, après #MeToo, une femme que la terre entière a jugé bon de slut-shamer violemment à la fin des années 90.

Beanie Feldstein dans American Crime Story @ FX

Ryan Murphy a le don pour dénicher des scandales et des drames flamboyants qui tiennent le spectateur en haleine. Pour sa série American Crime Story, il s’est déjà attaqué au procès controversé d’O.J Simpson, à l’'assassinat particulièrement gore de Gianni Versace et prévoit pour la prochaine saison du show de se concentrer sur les propriétaires peu scrupuleux du Studio 54.

 

Mais pour le troisième volet de cette série palpitante qui dépeint les côtés sombres de l’Amérique, il a trouvé un sujet qui mêle un grand nombre de ses obsessions (le sexe, le pouvoir et la politique). Un sujet dans lequel se joue bien plus que la liaison interdite entre un homme et une femme plus jeune. À travers la procédure de destitution lancée en 1998 à l'encontre du Président Bill Clinton causée par l'affaire Monica Lewinsky, c’est le sort médiatique et public réservé aux femmes qui dépassent les limites du politiquement correct qui est crûment mis en lumière.

Pour Impeachment : American Crime Story, Ryan Murphy a fait appel à Monica Lewinsky, coproductrice de cette saison 3, afin de mieux retranscrire sa vérité. La série, dont seulement deux épisodes sur dix ont pour l’instant été diffusés, se concentre ainsi sur sa version du scandale sexuel qui a failli causer la destitution de Bill Clinton. On se rend compte, à travers des scènes proches d'une émission d'investigation, à quel point la stagiaire à la Maison Blanche d'une vingtaine d'années était peu préparée à affronter une telle tornade. L'actrice Beanie Feldstein (Booksmart, Lady Bird), qui n'est autre que la sœur de Jonah Hill, est bluffante de ressemblance avec Monica Lewinsky. Avec sa fraîcheur et sa justesse, elle apporte de la fragilité et de l’humanité à celle qu’on a souvent décrite comme une arriviste.  

 

Impitoyables, les images qui brouillent les pistes en fiction et documentaire donnent à réfléchir sur les jugements inquisiteurs auxquels sont soumises les femmes quand elles n'agissent pas comme la société le voudrait. Dans les années 90, des émissions télé ont blagué sur la fellation la plus célèbre du monde, des tabloïds ont disséqué la moindre rumeur sur la vie d'une femme en début de carrière et les remarques aussi sexistes que grossophobes ont fusé de toute part. On pense, devant les détails de cette affaire précédant l'ère #MeToo, au traitement réservé à Britney Spears, présumée folle et sexualisée à outrance pendant la même décennie. Tout le monde se souvient de la robe bleue de Monica mais Impeachment a le mérite de nous rappeler qui se cachait derrière la marque au fer rouge : une jeune fille joviale et attachante qui rêvait d’être psychologue dans le domaine crimino-légal.

 

American Crime Story : Impeachment (2021) créée par Ryan Murphy, Larry Karaszewski et Scott Alexander, disponible depuis le 7 septembre sur FX et à l’automne sur Canal+.