222


Commandez-le
Numéro
13

John Waters, réalisateur culte, s'incruste dans une série à succès

Série

L'icône du cinéma indépendant queer américain rejoint le casting de la quatrième saison de la géniale série “Marvelous Mrs. Maisel”, actuellement en tournage à New York.

Rachel Brosnahan dans “The Marvelous Mrs Maisel”

On connaît la série Marvelous Mrs. Maisel, récompensée de trois Golden Globes (deux en 2018 et un en 2019), pour son humour décapant, aux frontières de Woody Allen et des railleries habituelles des Britanniques. En effet, depuis la diffusion en 2017 sur Amazon Prime de sa première saison, le show qui met en scène une jeune femme, Midge, qui plaque sa vie de femme au foyer pour devenir comédienne a su séduire un panel de spectateurs très large, comprenant amoureux de blagues incisives, aficionados de séries sur les années 60 et personnes avides d'histoires d'émancipation féminines. C'est sans doute pour ces trois raisons que le réalisateur John Waters a accepté de rejoindre le casting la quatrième saison de Marvelous Mrs. Maisel.

 

Cinéaste culte, il est surtout connu pour avoir filmé les marges dans les années 70. Ainsi, il a révélé au public les talents de la drag queen Divine, faisant d'elle son égérie, puisqu'elle a joué dans six de ses films, dont Pink Flamingos (1972) et Hairspray (1988). Véritable icône de l'underground new-yorkais, John Waters a aussi su, dès les débuts de sa carrière, s'entourer de figures baroques, telles que que Cookie Mueller, que le cinéaste décrit – dans la préface des mémoires de cette dernière, Comme une version arty de la réunion de couture, parues en 2017 – comme “une écrivaine, une mère, une hors-la-loi, une actrice, une créatrice de mode, une go-go danceuse, une pythie de la scène artistique et, par-dessus tout, une déesse”. Grâce à lui, elle est devenue actrice. Et grâce aux rôles qu'il lui a confié, elle s'est mue en figure de la contre-culture américaine, émancipée de toutes les injonctions faites aux femmes à l'époque – buvant, se droguant et vivant à droite à gauche. 

 

Ainsi, il semble normal et même évident que le pape du cinéma trash ait accepté un rôle dans Marvelous Mrs. Maisel, une série aux accents féministes qui fait la part belle aux femmes qui ont, à la fin des années 50, fait le pari risqué de se lancer dans le stand-up. Inspiré de quelques artistes féminines de l'époque, dont Jean Carroll, Phyllis Diller, Joan Rivers, Jackie Moms Mabley, ou encore Elaine May, la série créée par Amy Sherman-Palladino (Gilmore Girls) offre au réalisateur une nouvelle occasion de s'illustrer en tant qu'acteur au petit écran, après qu'il soit apparu dans Feud (2017), de Ryan Murphy. Si on ne connaît pas encore le rôle qui lui sera attribué, il semblerait que John Waters fasse ici une simple apparition en tant que guest-star… et c'est bien dommage.

 

Marvelous Mrs. Maisel, une série créée par Amy Sherman-Palladino, saison 4 prévue pour 2021.

Divine dans “Pink Flamingos” (1972) de John Waters