Loin de la jeune prostituée candide de Pretty Woman, Julia Roberts prend ses distances avec le cinéma et s'essaye de nouveau au format du petit écran. Quinze ans après son rôle secondaire dans Freedom: A History of Us, l'actrice décroche son tout premier rôle de série avec Homecoming. Réalisé par Sam Esmail, cinéaste américano-égyptien auquel on doit Mr. Robot (dont la dernière saison démarrera cet automne), le projet suit les péripéties d'une assistance sociale employée par un établissement d'accueil qui vient en aide aux militaires qui souhaitent réintégrer la vie civile. Sa mission ? Leur apporter des conseils pour mieux appréhender les traumatismes vécus lors de leurs diverses missions. Un jour, elle décide de tout plaquer pour commencer une nouvelle vie auprès de sa mère et travailler comme serveuse dans un bar de sa ville natale. Mais tout bascule lorsqu'un auditeur du ministère de la Défense américaine vient à sa rencontre et l'interroge. Peu à peu, elle prend conscience d’une certaine manipulation gouvernementale qui, en secret, mène d’étranges expérimentations... 

 

À mi-chemin entre la série policière et le thriller psychologique, Homecoming a été encensé au Festival International du Film de Toronto en début de mois. Au casting, on retrouve Sissy Spacek, qui a fait ses preuves dans la nouvelle série produite par Stephen King et J. J. Abrams, Castle Rock, mais aussi Bobby Cannavale (Vinyl), Stephan James (Race), Shea Whigham (Boardwalk Empire) ou encore Jeremy Allen White (Shameless).

 

 

Homecoming démarrera le 2 novembre, sur Amazon Prime Video.