443

New York, Atlanta ou Tokyo: les villes, ces héroïnes de série

 

Numéro s'est penché sur les toutes nouvelles séries pour sélectionner trois créations originales qui mettent, chacune à leur façon, une ville à l’honneur.

Atlanta (FX) : la cité du hip-hop

 

Creuset du mouvement des droits civiques et ville de naissance de Martin Luther King, Atlanta est un symbole fort de lutte sociale aux États-Unis. Aujourd'hui, elle est aussi l'épicentre d'une scène hip-hop contestataire et éclectique, d'Abra à Iggy Azealia en passant par le rappeur Young Thug. C'est donc le choix d'une ville à l'identité forte qu'a fait Donald Glover – plus connu sous son nom de scène, Childish Gambino – pour sa toute première réalisation qui nous fait suivre le quotidien de deux cousins, Earnest “Earn” Marks et Alfred “Paper Boi”, cherchant à laisser leur trace sur la scène rap locale, entre galères, déceptions et moments de grâce. S'ensuit une suite de questionnements qui va bien au-delà de leur désir de célébrité, chacun s’interrogeant sur son identité au-delà des clichés systématiques de black rapper/bad guy auxquels on les réduit. Au bout de quatre années à jouer dans Community et des apparitions dans 30 Rock, l’Américain Donald Glover fait ses premiers pas très réussis en tant que réalisateur mais également auteur, acteur et même producteur de sa propre série. Semi-autobiographique, Atlanta s’incrit dans la filiation d’Insecure, elle aussi dédiée au quotidien parfois étrange des jeunes Afro-Américains d’aujourd’hui. La veine comique de Glover est cependant plus subtile et en demi-teinte, avec une note de mélancolie. Parfaitement juste, il signe dix fois trente minutes à la fois touchantes et drolatiques. On en redemande.

 

 

 

 

 

High Maintenance (HBO) : volutes de weed de Brooklyn au Queens

 

Difficile de faire du neuf avec New York, inépuisable source d’inspiration qui a déjà été dépeinte sous toutes les coutures au cinéma. HBO lui doit certains de ses succès les plus retentissants : fantasme d’une ville magique dans Sex & The City, contré dix ans plus tard par l’ironie et le réalisme de Lena Dunham dans Girls. Nettement plus proche de la seconde, High Maintenance s’attarde sur les pérégrinations de The Guy, dealer de marijuana, qui passe ses journées à parcourir la ville à bicyclette pour faire ses livraisons. Un surnom derrière lequel se cache en fait un trentenaire un peu lunaire, qui guide le spectateur à travers une capitale colorée et riche en contrastes. Chaque épisode s'attarde sur l'histoire d'un personnage : ancien alcoolique vivant avec sa fille et son mari, jeune écrivaine ultra-connectée, déménagement difficile d'un habitant du Midwest et son chien dans le Queens... Le pitch politiquement incorrect de cette nouvelle pépite indé nous est livré par Ben Sinclair et Katja Blichfeld, qui l’avaient d’abord développé dans une websérie autoproduite en 2012. Ils dressent un portrait de ville tendre et piquant, qui parvient à éviter les poncifs grâce au regard impartial de The Guy, l’homme providentiel. Avec la drogue comme dernier lien entre les New-Yorkais de Brooklyn à Manhattan, une toile de personnages parfois isolés se révèle, avec son lot de points communs inattendus. Réjouissant.

Midnight Diner - Tokyo Stories (Netflix) : poésie d’un Tokyo nocturne

 

Originellement, Midnight Diner est un manga en quinze volumes de Yarô Abe, qui fut un tel best-seller au Japon qu’il finit par être porté à l’écran. D’abord trois saisons d’une série télévisée, puis deux films sortis en salle en 2015, reprennent le scénario ultra efficace de l’auteur nippon. Un immense succès populaire qui semblait destiné à rester local jusqu’à ce que Netflix décide de produire une nouvelle saison rendue accessible à un public international. Pourtant, ce carton plein peut surprendre compte tenu du minimalisme et de la simplicité de l’histoire originelle : la narration est centrée autour d’une petite gargote du quartier de Shinjuku, en plein Tokyo. Les visiteurs vont et viennent dans cet environnement chaleureux et populaire, ouvert de minuit jusqu’à l’aube, et des liens se tissent progressivement autour des plats cuisinés à la demande et des verres de saké. Le réalisateur Joji Matsuoka parvient à introduire la ville d’une manière très authentique, via un de ces commerces de rue tellement modestes qu’on les remarque à peine de prime abord. Au fil des dix épisodes, l’intrigue se déploie et les relations se tissent délicatement entre les personnages, avec toute la pudeur qui peut les caractériser. Au-delà du plaisir de découvrir Tokyo et son rythme à travers ce format, la magie de la narration opère totalement. 

Marion Ottaviani

Pourquoi HBO règne sur le monde des séries, de “The Wire” à “Game of Thrones” ?
874

Pourquoi HBO règne sur le monde des séries, de “The Wire” à “Game of Thrones” ?

Série Créée dans les années 1970, la chaîne de télévision américaine HBO a révolutionné le monde du petit écran. Les séries à succès “Oz”, “Sex and the City”, “The Wire”, “Westworld”, “Girls” ou “Game of Thrones” ont marqué à jamais l’histoire du petit écran. Retour sur la grande histoire d’un succès planétaire alors que Lena Dunham annonce sa nouvelle série, “Camping”, sur la chaîne.  Créée dans les années 1970, la chaîne de télévision américaine HBO a révolutionné le monde du petit écran. Les séries à succès “Oz”, “Sex and the City”, “The Wire”, “Westworld”, “Girls” ou “Game of Thrones” ont marqué à jamais l’histoire du petit écran. Retour sur la grande histoire d’un succès planétaire alors que Lena Dunham annonce sa nouvelle série, “Camping”, sur la chaîne. 

Un Bill Skarsgård terrifiant dans la nouvelle série de Stephen King et J. J. Abrams “Castle Rock”
843

Un Bill Skarsgård terrifiant dans la nouvelle série de Stephen King et J. J. Abrams “Castle Rock”

Série Plus de deux ans après la série de science-fiction “22.11.63”, Stephen King et J. J. Abrams s'associent de nouveau à la production de “Castle Rock”, un thriller psychologique très attendu par les fans du romancier américain, véritable maître de l'horreur. Plus de deux ans après la série de science-fiction “22.11.63”, Stephen King et J. J. Abrams s'associent de nouveau à la production de “Castle Rock”, un thriller psychologique très attendu par les fans du romancier américain, véritable maître de l'horreur.

Amy Adams s’immisce dans des affaires macabres dans la nouvelle série “Sharp Objects”
858

Amy Adams s’immisce dans des affaires macabres dans la nouvelle série “Sharp Objects”

Série Peu après “Big Little Lies”, Jean-Marc Vallée dévoile sa nouvelle série “Sharp Objects”, une adaptation à la télévision du roman éponyme de Gillian Flynn dont l’héroïne sera interprétée par nulle autre que la séduisante Amy Adams. Peu après “Big Little Lies”, Jean-Marc Vallée dévoile sa nouvelle série “Sharp Objects”, une adaptation à la télévision du roman éponyme de Gillian Flynn dont l’héroïne sera interprétée par nulle autre que la séduisante Amy Adams.

“Pose”, la série qui nous invite sur les dancefloors queer du New York des années 80
887

“Pose”, la série qui nous invite sur les dancefloors queer du New York des années 80

Série Enthousiasmante nouvelle série produite par Ryan Murphy, "Pose" nous plonge dans le New-York des années 80, au cœur des nuits folles de la communauté queer et de la ball culture. Le New York des dancefloors où les fêtards déchaînés adeptes du voguing s'affrontaient toute la nuit à coups de looks déments et de chorégraphies sophistiquées. Enthousiasmante nouvelle série produite par Ryan Murphy, "Pose" nous plonge dans le New-York des années 80, au cœur des nuits folles de la communauté queer et de la ball culture. Le New York des dancefloors où les fêtards déchaînés adeptes du voguing s'affrontaient toute la nuit à coups de looks déments et de chorégraphies sophistiquées.

Ce qu’il faut savoir sur la nouvelle série “Killing Eve”
708

Ce qu’il faut savoir sur la nouvelle série “Killing Eve”

Série Cette série est sans conteste la révélation du printemps. Pleine de férocité et d’humour, elle renouvelle avec brio le genre de l’espionnage en y remplaçant les agents secrets masculins par des héroïnes féminines, aussi brutales qu’imprévisibles. Cette série est sans conteste la révélation du printemps. Pleine de férocité et d’humour, elle renouvelle avec brio le genre de l’espionnage en y remplaçant les agents secrets masculins par des héroïnes féminines, aussi brutales qu’imprévisibles.