02 Janvier

Mexique : voyage artistique en pleine jungle à l'hôtel Azulik

 

Niché dans la jungle de Tulum, dans la région du Yucatán au Mexique, l'hôtel Azulik offre tous les services d'un hôtel de luxe dans un décor végétal et respectueux de l'environnement. L'occasion de vivre un véritable retour à la nature au contact des tribus mayas et de leur culture séculaire. 

Par Léa Zetlaoui

  • À côté des hôtels et palaces ultra luxueux de la région du Yucatán (on pensera en particulier à tous les golfs & resorts tapageurs de Cancún), Azulik détonne. Cet hôtel, entièrement fabriqué à la main par les tribus mayas et construit à partir de matériaux locaux, notamment des lianes et des arbres très flexibles créant des architectures impressionnantes, au-delà de simplement respecter l'environnement, vient s'y fondre. Une véritable expérience de reconnexion avec la nature et les cummunautés locales, assez déroutante au début. À la fin du séjour, on ressort néanmoins empli d'une nouvelle tranquilité, notamment due aux différents soins et massages dispensés par le spa maya qui dispense notamment des rituels liées aux quatre éléments (terre, air, feu, eau), des sound healings (technique consistant à rééquilibrer le corps et l'esprit par des sons). Des cours de yoga sont également proposés.

     

    Imaginé par Eduardo Neira, philanthrope et architecte autodidacte, le resort Azulik cherche ainsi à préserver les rituels et traditions mayas mais également à faire prendre conscience de la beauté et singularité de la région. Ainsi, une galerie d'art, IK Lab, aux formes organiques mêlant béton ciré et de la végétation. Y sont exposés des artistes qui partagent cette vision durable et promeuvent dans leur art une réflexion similaire à celle du fondateur, à l'image du Français Guillaume Leblon, de Katinka Bock et de Gabriel Rico. Une des vocations de la galerie est également de croiser art ancestral, techniques occidentales et nouvelles technologies, un état d'esprit avant-gardiste qui encourage le respect du monde qui nous entoure. Azulik abrite également une boutique. Comme IK Lab, elle promeut l'artisanat, mais cette fois dans les domaines de la mode. Anikena, un label demi-couture, hybride justement ces techniques séculaires avec une vision contemporaine de la mode en utilisant uniquement des matériaux naturels et biologiques, des techniques et processus de teinture écologiques. 

     

    Enfin Azulik dissimule dans la jungle trois restaurants. Le premier, Cenote, propose une cuisine créative d'inspiration locale uniquement composée de produits du potager local. Une immersion culinaire étonnante dans la tradition maya. Situé à la cime des arbres et offrant une vue époustouflante, le restaurant Kin Toh s'adresse davantage aux touristes et propose une cuisine fusion occidentalo-mexicaine. Si l'ambiance bling détonne avec l'hôtel, l'alcôve située au-dessus du vide, à elle seule, vaut le détour. Enfin, le troisième restaurant, Tseen Ja associe saveurs mexicaines et japonaises en croisant les techniques culinaires mayas et nippones. Un restaurant d'un luxe ultime au nombre de places extrêmement limité et à l'accès complexe.

     

    Au mois de décembre, Eduardo Neira a également développé au fin fond de la jungle Uh May, un centre holistique dans la continuité de IK Lab, qui englobe notamment un centre artistique pluridisciplinaire à la beauté stupéfiante qui a par ailleurs exposé les œuvres organiques du Brésilien Ernesto Neto.

NuméroNews