974

Monumenta 2016 : qui est Huang Yong Ping, dont l’installation monumentale a envahi le Grand Palais ?

 

Quatre choses à savoir sur l’artiste chinois invité de Monumenta 2016 au Grand Palais.

Par Clara Bianca

Crédits images : Empires par Huang Yong Ping

MONUMENTA 2016

© ADAGP, Paris 2016.

Courtesy de l’artiste et Kamel Mennour, Paris

Photo Didier Plowy pour la RMN-GP

1. Un dadaïste oriental

 

Né en 1954 à Xiamen, ville en province du Fujian au sud de la Chine, Huang Yong Ping est une figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 80. Fondateur du mouvement Xiamen Dada, groupe artistique inspiré par la relation entre le dada européen et le bouddhisme Chan, il organise plusieurs expositions controversées (pour la plupart annulées) dans une Chine sous tension. 

2. Un “magicien de la terre”

 

Ping s’exile en France après la répression de la place Tiananmen (résultat de manifestations d'étudiants, intellectuels et ouvriers chinois souhaitant dénoncer la corruption au sein du gouvernement) en 1989 et investit pour la première fois à Paris l’espace du centre Pompidou pour l’exposition “Les Magiciens de la Terre”.

3. Un destructeur

 

Parmi ses œuvres et happenings les plus connus figurent les restes des ouvrages Histoire de la peinture moderne et Histoire de la peinture chinoise exhibés après leur passage à la machine à laver, ou encore Burning Works, performance réalisée sur la place du nouveau Xiamen Art Museum, où tous les éléments exposés furent détruits par le feu sous l’impulsion de l’artiste.

4. Un artiste de la démesure

 

C’est donc au tour d’Huang Yong Ping, à la suite d’Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren et Ilya et Emilia Kabakov, de participer au rendez-vous incomparable qu’est MONUMENTA. “Chaque artiste présenté doit relever le défi de critiquer le spectaculaire au moyen du spectaculaire”, rappelle Audrey Azoulay. “Empires” est une installation composée de huit blocs de conteneurs — nombre porte-bonheur dans la culture chinoise — ainsi que d’un immense squelette de serpent de 250 mètres de long en aluminium. L’agencement de l’exposition, qui assiège l’espace de 13 000 m2 sous la nef, s’est étalé sur onze jours, durant lesquels 60 personnes ont travaillé 24 heures sur 24. Chantier artistique démesuré, “Empires” est une véritable prouesse technique. Les 350 conteneurs, qui forment des murs de 18 mètres de haut, proviennent des quatre coins du monde. L’œuvre globale pèse plus de mille tonnes — raison majeure pour laquelle le projet fut le résultat de difficultés dans sa réalisation : le sol du Grand Palais est particulièrement fragile. 

 

 

MONUMENTA 2016, Empires de Huang Yong Ping, Grand Palais, 3, avenue du Général-Eisenhower, Paris 8e. Jusqu'au 18 juin 2016.

 

Huang Yong Ping est représenté par la galerie Kamel Mennour à Paris.

Ce que les chefs-d’œuvre du MoMa à Paris disent de notre époque
789

Ce que les chefs-d’œuvre du MoMa à Paris disent de notre époque

Art La Fondation Louis Vuitton expose plus de 200 œuvres issues du prestigieux Museum of Modern art de New York, jusqu’au 5 mars. Mais qu’est-ce que leur sélection révèle de notre époque ? La Fondation Louis Vuitton expose plus de 200 œuvres issues du prestigieux Museum of Modern art de New York, jusqu’au 5 mars. Mais qu’est-ce que leur sélection révèle de notre époque ?

Rencontre avec William Forsythe, le chorégraphe qui fait danser l'art contemporain
255

Rencontre avec William Forsythe, le chorégraphe qui fait danser l'art contemporain

Art Chorégraphe d’importance majeure, William Forsythe s’exprime également en dehors des scènes de théâtre : ses Objets chorégraphiques proposaient au spectateur cet automne à Paris d’expérimenter une dimension différente de son œuvre.   Chorégraphe d’importance majeure, William Forsythe s’exprime également en dehors des scènes de théâtre : ses Objets chorégraphiques proposaient au spectateur cet automne à Paris d’expérimenter une dimension différente de son œuvre.  

L’artiste illusionniste Leandro Erlich métamorphose Le Bon Marché
664

L’artiste illusionniste Leandro Erlich métamorphose Le Bon Marché

Art Numéro s’est rendu en avant-première au montage de l’installation de l’artiste Leandro Erlich, sous la verrière du magasin emblématique du VIIe arrondissement parisien. Avec l’exposition Sous le ciel, l’illusionniste s’empare du Bon Marché jusqu’au 18 février.  Numéro s’est rendu en avant-première au montage de l’installation de l’artiste Leandro Erlich, sous la verrière du magasin emblématique du VIIe arrondissement parisien. Avec l’exposition Sous le ciel, l’illusionniste s’empare du Bon Marché jusqu’au 18 février. 

Comment visiter un musée sans quitter son appartement ?
889

Comment visiter un musée sans quitter son appartement ?

Art Pouvoir profiter de milliers d’œuvres et pourquoi pas tout un musée depuis chez soi, voici le concept d'Isiko, le projet d’application de dix étudiants français de l'école d'informatique parisienne Epitech. De Paris à Manhattan, Isiko propose de visiter les musées du monde entier sans sortir de son appartement. Pouvoir profiter de milliers d’œuvres et pourquoi pas tout un musée depuis chez soi, voici le concept d'Isiko, le projet d’application de dix étudiants français de l'école d'informatique parisienne Epitech. De Paris à Manhattan, Isiko propose de visiter les musées du monde entier sans sortir de son appartement.

Entre humour et gravité, Sophie Calle réenchante le musée de la Chasse
852

Entre humour et gravité, Sophie Calle réenchante le musée de la Chasse

Art À travers des œuvres intimes et autobiographiques, Sophie Calle signe, jusqu’au 11 février, une exposition au musée de la Chasse et de la Nature, qui efface les frontières entre l’art et la vie. À travers des œuvres intimes et autobiographiques, Sophie Calle signe, jusqu’au 11 février, une exposition au musée de la Chasse et de la Nature, qui efface les frontières entre l’art et la vie.

Les clichés d’Albert Renger-Patzsch : le réel comme vous ne l’avez jamais vu
159

Les clichés d’Albert Renger-Patzsch : le réel comme vous ne l’avez jamais vu

Art Serpents, fleurs, forêts ou architectures et objets industriels... Plus de 150 photographies de l’artiste allemand culte Albert Renger-Patzsch sont exposées jusqu’au 21 janvier au Jeu de Paume.  Serpents, fleurs, forêts ou architectures et objets industriels... Plus de 150 photographies de l’artiste allemand culte Albert Renger-Patzsch sont exposées jusqu’au 21 janvier au Jeu de Paume.