10


Commandez-le
Numéro
17 Machine Gun Kelly

Qui est Machine Gun Kelly, le rappeur rock vu à la Fashion Week de Milan qui a séduit Megan Fox ?

Musique

Inconnu en France, Machine Gun Kelly est un phénomène aux États-Unis. Le rockeur et rappeur au style audacieux vient de se fiancer avec l'actrice Megan Fox, de défiler pour Dolce & Gabbana et de lancer sa marque de vernis non genrée. Portrait d'un artiste qui incarne à lui seul la montée en puissance d'une esthétique pop-punk très années 2000.

Machine Gun Kelly fait partie de ces artistes à être surtout prophètes en leur pays. En France, on ne croise son nom dans les médias que parce qu'il est le nouveau fiancé de l'actrice-bimbo Megan Fox. Les deux stars font souvent parler d'elles pour leurs pratiques rock'n'roll rappelant le couple formé par Angelina Jolie et Billy Bob Thornton dans les années 2000 ainsi que la romance sauvage entre Pamela Anderson et Tommy Lee. Ils ont déjà foulé le tapis rouge avec leurs ongles reliés par une chaîne et fêter leurs fiançailles le 11 janvier dernier en buvant leur sang respectif. Mais avant de défrayer la chronique, MGK ou Colson Baker (de son vrai nom), 31 ans, avait déjà une longue carrière derrière lui.

 

Le chanteur et musicien (batterie, guitare, synthé) originaire de Cleveland, dans l'Ohio, s'est illustré par son flow rapide défendu sur des mixtapes énergiques et des albums efficaces naviguant entre rap et rock. Influencé par Ludacris, Eminem et DMX, MGK a commencé à rapper à 14 ans avant de se rendre à l'Apollo Theater de New York pour démontrer ses talents vocaux et exorciser sa rage. Il y deviendra le premier rappeur blanc à remporter une battle dans cette salle mythique avant d'impressionner avec d'autres freestyles, notamment pour la chaîne MTV. Adoubé par P. Diddy, il a collaboré avec Wiz Khalifa, Cassie, Yungblud, Trippie Red ou encore son idole, le regretté DMX. En 2018, il crée même le buzz en répondant en chanson à Eminem, qui l'avait insulté.

Également acteur, Machine Gun Kelly est apparu dans une quinzaine de films dont Bird Box (2018) et The Dirt (2019) dans lequel il joue le rôle de Tommy Lee. Mais sa notoriété vient surtout du personnage qu'il développe en dehors des écrans et de la scène. Père d'une adolescente qu'il a eue très tôt, il a souffert d’une addiction à l'héroïne qu'il a documentée en musique et s'est retrouvé SDF en 2010. Il a aussi fait une tentative de suicide et suivi une thérapie. Se peindre la langue en noir ou porter un blouson en cuir n'est donc pas juste une attitude chez MGK. Son esthétique pop-punk traduit un parcours en dents-de-scie (il travaillait pour un magasin Chipotle tout en commençant à rapper) et une personnalité aussi libre que rebelle.

 

Consommant du cannabis pendant des interviews et fréquentant une actrice porno (Rachel Starr), Machine Gun Kelly ne semble pas avoir de limites et dégage une aura de bad boy authentique qui séduit de plus en plus. Comme Travis Barker, qui a conquis Kourtney Kardashian et avec qui MGK a collaboré et l'acteur et nouveau petit-ami de Kim Kardashian, Pete Davidson, il affiche un look étudié fait de tatouages, de vernis à ongles et de vêtements rock troués rappelant le style emo des années 2000. Une mouvance musicale exaltant les émotions extrêmes qui a aussi récemment influencé Willow Smith et Oliva Rodrigo.

Cette verve punk édulcorée – gothique, fun et peu dangereuse – qui mélange épingles à nourrices et paroles cathartiques ou politiques s'impose peu à peu comme un concurrent sérieux du rap, jusqu'ici indétrônable. L'ascension de Machine Gun Kelly symbolise parfaitement l'engouement croissant pour cette imagerie tendance. La mode et la beauté s'arrachent désormais le jeune homme à la silhouette longiligne et aux cheveux décolorés. Il a dynamité en tant que mannequin et chanteur le défilé Dolce & Gabbana qui s'est déroulé à Milan le 15 janvier dernier. Et en décembre 2021, il faisait sensation en lançant sa marque, UN/DN LQR, proposant des vernis pour non genrés très ancrés dans l'air du temps.

 

Son crédo ? Vénérer le Dieu de l'amour à travers ses créations aux packagings ultra design. Beaucoup d’hommes de la mythologie étaient des guerriers, explique-t-il au magazine Allure, des soldats ou des dieux qui avaient utilisé leur force, et puis il y avait Cupidon, qui était poétique et beau.” Malgré son pseudo belliqueux et ses looks sombres, Machine Gun Kelly, qui collectionne les œuvres d'art – il a récemment commandé pour 20 000 dollars un livre signé par Picasso dans une librairie grecque -, n'aspirerait qu'à l'amour et au sublime. Un parti-pris qui convient très bien à cette période troublée par la pandémie qui ne demande qu'à être adoucie par de nouveaux éphèbes à la masculinité plus vibrante et bien moins toxique que celle du passé.