Numero

218


Commandez-le
Numéro

Les derniers secrets de la légende Nina Simone

Musique

Le 3 Avril sera réédité “Fodder On My Wings”, l'un des disques les plus intimistes de l'icône de jazz Nina Simone. Enregistré en 1982, après avoir emménagé à Paris, le disque reflète l'une des périodes les moins connues de l'artiste. L'occasion de se pencher sur les derniers secrets qui entoure le mythe.

 

1. Une vie d'activiste qui a commencé tôt

 

Pianiste émérite qui a débuté enfant en jouant Bach et chanteuse à la voix bouleversante, l'icône jazz n'a pourtant trouvé un sens à sa vie que lorsqu’elle a commencé à se battre pour le mouvement des droits civiques. Sur son album Nina Simone In Concert sorti en 1964, elle évoque l'inégalité raciale qui meurtrit les États-Unis avec la chanson Mississippi Goddam intervenant après un attentat dans une église d'Alabama ayant tué quatre enfants noirs. Mais Eunice Kathleen Waymon (de son vrai nom), née en 1933 à Tryon en Caroline du Nord, n'a pas attendu la gloire pour se battre contre les injustices. A 12 ans seulement, elle refuser de jouer du piano dans une bibliothèque lors de son premier récital public. La raison ? Ses parents étaient sommés de se tenir au fond de la salle pour ne pas incommoder les blancs. Elle exigea qu'ils puissent se tenir au premier rang avant de se produire. Un acte de bravoure dans le sud de l'Amérique de l'époque pour celle qui soutenait la révolution par la violence. Nina Simone a rencontré Malcolm X et Martin Luther King et sorti en 1958 l'hymne du mouvement “black power” : To Be Young, Gifted and Black.

“Ain't Got No, I Got Life” – Nina Simone

2. Une escapade parisienne tumultueuse

 

La chanteuse a toujours eu un penchant pour la France. Elle a d’ailleurs emprunté le prénom de Simone Signoret, fascinée par l’actrice. En janvier 1982, alors que sa carrière est à l'arrêt, la pianiste enregistre, aux studios Davout à Paris, l'album intimiste et sombre Fodder on My Wings après une proposition du label Carrère. Elle vit dans la capitale française entre 1981 et 1983, résidant à la Villa Montsouris, en face du parc du même nom. Elle se produit ces années-là dans des petites salles du Quartier Latin, de l'Île Saint-Louis et Palais des Glaces rue du faubourg du Temple devant des publics clairsemés. Certains soirs, elle joue du piano mais refuse de chanter. D'autres, elle s'arrête de jouer quand les spectateurs parlent. Mais les quelques âmes présentent se souviennent de prestations à l'intensité rare.

Nina Simone – “Fodder In Her Wings”

3. Une vie violente

 

Toute sa carrière, la diva n'en a fait qu'à sa tête, se fâchant avec les hommes, le fisc, l'Etat ou les maisons de disques. Réputée pour ses caprices, elle était dans les années 70 en froid avec beaucoup de monde, ce qui la pousse à quitter les États-Unis en 1970 pour la Barbade. Elle quitte aussi son mari manager (un ex flic) qui la bat. Victime de violence, elle sera une mère absente et instable pour sa fille, Lisa, militaire dans l'US Air Force avant de devenir chanteuse. Nina Simone a été diagnostiquée comme souffrant d'un trouble bipolaire dans les années 80 et devait alors prendre du Trilafon, un puissant médicament à l'effet tranquillisant pour gérer ses hauts et ses bas. Son comportement pouvait changer d'une minute à l'autre et la conduire à jeter des objets ou à se mettre dans des colères noires. Son tempérament en forme de montagnes russes terrorisait ses proches et les spectateurs qu'elle gratifiait d'un regard inquiétant avant de délivrer des concerts passionnels.

Nina Simone – “I Put A Spell On You”

4. Des addictions destructrices

 

Les troubles de l'humeur difficiles de Nina Simone ont été accentuées par la prise de drogues en tout genre et d'alcool. Dans le documentaire 20,000 Days on Earth, Nick Cave et Warren Ellis se remémorent de leur rencontre étrange avec l'une des héroïnes, lors d'un festival à Londres, en 1999. Ils se souviennent de l'attitude badass de la star qui déposait son chewing-gum sur son piano, avant d'entamer son live. A la fin, elle réclamait du « champagne, de la cocaïne et des saucisses ». Une exigence d'écorchée vive qui rapelle les tendances autodestructrices de sa plus proche héritière vocale : Amy Winehouse.

Nina Simone – “Wild Is The Wind” (Live In New York 1964)

5. Des problèmes avec la justice

 

En 1995, Nina Simone est poursuivie par la justice pour avoir blessé un adolescent de 15 ans avec un pistolet à grenaille parce qu'il était trop bruyant. Le jeune garçon passait la journée dans la villa des parents d'un ami, à Bouc-Bel-Air, entre Aix et Marseille, maison située à côté de celle de l'artiste depuis quatre ans. La justice fut clémente avec la pianiste en raison de sa santé mentale. Nina Simone est morte le 21 avril 2003 à 70 ans dans le Sud de la France, à Carry-Le-Rouet, dans une maison qu'elle adorait, ayant alors trouvé ici un semblant de paix. Ses cendres ont été dispersées, comme elle le souhaitait, dans plusieurs pays africains. 

 

 

Fodder On My Wings, réédité le 3 avril en CD et en vinyle chez Verve/Universal.

 

Lire aussi

    Netflix retrace l'histoire de la première millionnaire aux États-Unis

    La nouvelle mini-série Netflix “Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker” retrace l’ascension sociale spectaculaire de Madam C. J. Walker, une self-made woman née au lendemain de l'abolition de l’esclavage aux États-Unis et pionnière de la cosmétique. Un biopic touchant qui retrace la vie de la première femme américaine millionnaire. 

    En 1867, Sarah Breedlove nait près de la ville de Delta en Louisiane. Rien ne prédestinait cette fille d’esclaves à se lancer dans la vente de cosmétiques et à devenir ainsi la première femme millionnaire aux États-Unis. Netflix présente son histoire dans Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker, une série adaptée de la vie de Madam C. J. Walker racontée par son arrière-arrière-petite-fille, la journaliste américaine A’Lelia Bundles, dans la biographie On Her Own Ground: The Life and Times of Madam C. J. Walker, publiée en 2001. Et c'est l’oscarisée Octavia Spencer, connue entre autres pour le rôle Minny Jackson dans La Couleur des Sentiments (2011) ou celui de la mathématicienne Dorothy Vaughan dans Les Figures de l’ombre(2016) qui se glisse dans la peau de C. J. Walker pour ce biopic en quatre épisodes.

     

    Ce que je préfére dans mon rôle de Madam C. J., c’est que je joue le rôle de Madam C. J., déclare Octovia Spencer dans le documentaire de présentation de la série réalisé par Netflix. Une série en huit épisodes qui suit les pas de cette jeune femme afro-américaine dans son ascension fulgurante vers le succès. Membre d’une fratrie de six enfants, dont les aînés sont réduits à l’esclavage jusqu’à sa naissance cinq ans après la proclamation d’émancipation (1963), Sarah Breedlove de son vrai nom, se retrouve orpheline à l’âge de sept ans. Travaillant comme domestique, elle va, contre toute attente et par force de travail et de détermination, créer sa propre marque de cosmétiques spécialisés dans les soins pour cheveux afro, elle-même souffrant de problèmes capillaires sévères. Avec son entreprise  qu'elle baptise Madam C. J. Walker Manufacturing Company – du nom de son mari publiciste Charles Joseph Walker – elle sillonne les États-Unis pour vendre ses produits et bâtir son empire qui s’élèvera à des millions de dollars et fera de Madam C. J. Walker la première businesswoman américaine de l’histoire des États-Unis. 

     

    Avec Self Made, les producteurs ont choisi de mettre en lumière le destin incroyable de cette femme, pionnière de l’industrie de la beauté aux États-Unis. Un marché encore peu développé à la fin du XIXe siècle et que Madam C. J. Walker a su s’approprier et faire fructifier en redonnant de la valeur à une beauté afro dévaluée depuis des siècles. Bien que la série reprenne le traditionnel poncif du triomphe des faibles sur les puissants, le discours est nuancé et souligne les difficultés traversées par l’héroïne, comme le colorisme interne à la communauté noire, les standards de beauté américains, l’importance de soutenir les entreprises naissantes des Afro-Américains… Madam C. J. Walker laisse derrière elle un héritage inspirant, l’histoire intemporelle d’une femme iconique résiliente, puissante et indépendante avant l’heure. 

    Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker (2020) disponible sur la plateforme Netflix.

  • 31
    Musique

    Victor Solf : “Je suis le fils illégitime de Nina Simone et Kanye West”

  • 26
    Musique

    Run The Jewels, le retour des rappeurs old school

loading loading