231


Commandez-le
Numéro
18 Charli XCX

Charli XCX évite-t-elle le crash avec son nouvel album ?

Musique

La pop star britannique ambitieuse et anticonformiste sort son cinquième album ce vendredi 18 mars, épaulée par des artistes audacieuses comme Caroline Polachek et Christine and the Queens. Intitulé Crash, le disque qui se veut plus mainstream et sucré qu'à l'accoutumée est-il aussi catastrophique que le laisse présager son titre ?

Charli XCX est une artiste difficile à saisir et à définir. Elle semble toujours avoir une platform shoe dans la pop mainstream et bubblegum, tandis que l’autre s’aventure dans le monde en perpétuelle déconstruction de l’hyperpop. L'auteure-compositrice-interprète britannique de 29 ans a en effet composé des titres aux airs de tubes pour Rihanna, Gwen Stefani et Sky Ferreira et collaboré avec Carly Rae Jepsen, Iggy Azalea et Tove Lo. Mais elle a aussi invité sur ses albums des artistes aux univers plus expérimentaux tels que Brooke Candy, Cupcakke ou Mykki Blanco. Autre caution avant-gardiste ? Le producteur et boss du label PC Music, A.G. Cook, est le directeur artistique de la chanteuse.

 

Cette ambivalence, qui fait grandement partie du charme de l’artiste, on ne la retrouve que partiellement sur le cinquième disque de Charli XCX, Crash, qui sort ce vendredi 18 mars. Parmi ses douze nouveaux morceaux, la pop star privilégie les tubes de pop sucrée et grand public à la Katy Perry plutôt que les audaces sonores inspirées par la regrettée SOPHIE (avec qui Charli XCX a collaboré et à qui ce disque est dédicacé). Presque tous les titres présents sur le disque pourraient faire office de tubes de l’été taillés les clubs à ciel ouvert.

Que ce soit Good Ones, qui ressuscite l’âme synthétique d’Eurythmics, New Shapes (chanté avec Christine and the Queens et Caroline Polachek) ou encore Beg For You (avec Rina Sawayama), tous possèdent des refrains assez entêtants pour ne plus quitter notre esprit une fois la touche stop enclenchée. S’entourant de producteurs et d’artistes passionnants (tels que Oneohtrix Point Never), la Britannique séduit par son art de la mélodie efficace et son falsetto (voix de fausset) qui évoque celle de Gwen Stefani. Et ses paroles sur ses histoires d’amour décevantes voire toxiques devraient toucher un grand nombre de cœurs esseulés ou meurtris. 

 

À la manière de Dua Lipa dans Future Nostalgia (2020) et de The Weeknd sur Dawn FM (2022), elle convoque aussi le passé pour faire muter sa pop vers un registre rétro-futuriste convaincant. On entend ainsi les influences de Cameo, de New Order, d’une synthwave échappées des 80’s dans cet album exubérant ainsi que des samples de house (l’inusable Show Me Love de Robin S est échantillonné sur Used to Know Me) et d’eurodance (Beg for You recycle le tube Cry for You de September). Si on déplore le manque de subversion de l'ensemble - ce qui est dommage pour une artiste qui puise dans Cronenberg pour sa nouvelle esthétique - la chanteuse de Boom Clap (2014) parvient tout de même à délivrer une partition électropop chatoyante qui fait du bien par ces temps troublés. 

 

Crash (2022) de Charli XCX, disponible sur toutes les plateformes. En concert au Trianon à Paris le 25 mai prochain.