Advertising
554

Rencontre avec Bettina Rheims, photographe de la féminité dans tous ses états exposée à la MEP

 

Numéro a rencontré la célèbre photographe à l’occasion de son exposition à la MEP, à partir du 27 janvier. Depuis ses premiers clichés de strip-teaseuses, la Française n’a cessé de glorifier les femmes, mêlant célébrités et anonymes, religion et érotisme…

554

Numéro : L’ouvrage collector publié en décembre par Taschen mêle des travaux de commande et vos photographies d’auteur. Comment expliquez-vous un mélange des genres si réussi ?

Bettina Rheims : J’ai toujours pensé que mes travaux de commande alimentaient mes travaux d’auteur. A l’époque, ma démarche n’était pas banale. Les commandes publicitaires, les pochettes de disques, fournissent l’occasion de nouvelles rencontres : des célébrités, mais aussi des maquilleurs ou autres collaborateurs avec qui je travaille ensuite pour mes séries personnelles. Les deux mondes communiquent. Beaucoup de mes travaux de commande ont ainsi traversé le miroir.

 

La diversité formelle de vos images interdit de parler d’un style Bettina Rheims. De cet ouvrage émane plutôt une sensibilité personnelle, une vision de la beauté qui conjugue une frontalité crue avec une élégance codée, presque glacée.

Effectivement mon écriture n’est pas linéaire, j’ai épousé tour à tour la couleur baroque et le noir et blanc. Lorsqu’est venu le moment de concevoir cet ouvrage, il a fallu trouver le fil rouge. Ce fil rouge, je crois que c’est mon écoute des femmes. Mes modèles se présentent à moi avec courage, avec leurs forces et leurs faiblesses ; je ne sais pas si c’est parce que je suis une femme moi aussi. Cette relation entre le photographe et son modèle est une danse : au début c’est maladroit, puis au fil du temps les pas s’emboîtent. Moi je parle beaucoup. Les femmes me répondent avec leur corps. Et il y a un moment où ça vient. Le contact se fait. C’est cette quête du moment que j’aime dans la photographie. 

 

Vous traitez avec la même dignité des motifs propres à une époque, tels que l’androgynie des années 90 (via la série Modern Lovers et des photos étonnantes de Kate Moss) et des thématiques majeures telles que la religion. Est-il naturel pour vous d’abolir les hiérarchies ?

Ce livre est un long parcours à travers la vie, la mort… La féminité, l’androgynie, la religion… Le culte de la célébrité, la façon dont un visage devient soudain l’icône d’une époque… J’ai sélectionné 600 tirages, et pour mon exposition à la Maison européenne de la photographie, j’ai dû opérer un choix drastique. C’était difficile. Toutes ces images incarnent un moment fragile. Pour la série Modern Lovers, des garçons et des filles entraient dans le studio, et si je ratais l’infime moment où ces personnes étaient les deux à la fois, garçon et fille, c’était fini. C’est cela la photographie. Il n’y pas de repentir. On ne peut pas repeindre comme on revient sur un tableau.

 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

 

 

Rétrospective Bettina Rheims du 27 janvier au 27 mars, 

à la Maison Européenne de la Photographie de Paris

82, Rue François-Miron, Paris IVe.

 

Bettina Rheims, éd. Taschen.

Kate Before She Became Kate Moss II (décembre 1989), Londres.

Josie I (septembre 1989), Paris.

Le Lait miraculeux de la Vierge (mars 1997), Ville-Évrard.

Les Muses inquiétantes.

Chambre close 10 octobre I (1991), Paris.

Andrej P. III (2011), Paris.

Le prochain Festival d’Hyères aura lieu en octobre
698

Le prochain Festival d’Hyères aura lieu en octobre

Mode Initialement prévu pour avoir lieu du 23 au 27 avril derniers, le Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode d’Hyères a été reporté à l’automne. Après avoir proposé une série de rendez-vous numériques, ses dates officielles ont finalement été annoncées : l’événement se tiendra à la villa Noailles du 15 au 19 octobre prochains. Initialement prévu pour avoir lieu du 23 au 27 avril derniers, le Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode d’Hyères a été reporté à l’automne. Après avoir proposé une série de rendez-vous numériques, ses dates officielles ont finalement été annoncées : l’événement se tiendra à la villa Noailles du 15 au 19 octobre prochains.

Yves Tumor en 11 délires photographiques
997

Yves Tumor en 11 délires photographiques

Musique Les mélodies évanescentes d’Yves Tumor évoquent le spleen d’un Blood Orange – qu’il a accompagné sur une tournée –, l’électro mutante d’un Arca, les détonations hybrides d’une Fever Ray ou encore la fantaisie d’une Björk. L’artiste façonne une musique expérimentale, une soul de science-fiction viscérale qui fait fi des conventions et refuse le schéma classique couplet-refrain. Son compte instagram est à l’image de ses compositions : délirant. Les mélodies évanescentes d’Yves Tumor évoquent le spleen d’un Blood Orange – qu’il a accompagné sur une tournée –, l’électro mutante d’un Arca, les détonations hybrides d’une Fever Ray ou encore la fantaisie d’une Björk. L’artiste façonne une musique expérimentale, une soul de science-fiction viscérale qui fait fi des conventions et refuse le schéma classique couplet-refrain. Son compte instagram est à l’image de ses compositions : délirant.

Advertising
Portfolio: Ren Hang et l’expression du désir
776

Portfolio: Ren Hang et l’expression du désir

Photographie Dramatiquement décédé en 2017, Ren Hang questionnait par le biais de son oeuvre des problématiques humaines majeures. À travers ses prises de vues paradoxalement poétiques et charnelles, juxtaposant les corps dans un jeu qui les apparente à des formes graphiques, il interrogeait notamment les relations qu’entretient l’homme avec le désir, l’identité ou encore la nature. Subversif dans une Chine post Tian’anmen, le photographe provoquait également les moeurs au sein d’un contexte politique répressif et peu enclin à préserver la liberté d’expression. Dramatiquement décédé en 2017, Ren Hang questionnait par le biais de son oeuvre des problématiques humaines majeures. À travers ses prises de vues paradoxalement poétiques et charnelles, juxtaposant les corps dans un jeu qui les apparente à des formes graphiques, il interrogeait notamment les relations qu’entretient l’homme avec le désir, l’identité ou encore la nature. Subversif dans une Chine post Tian’anmen, le photographe provoquait également les moeurs au sein d’un contexte politique répressif et peu enclin à préserver la liberté d’expression.

Les plus belles photos prises par Charlotte Gainsbourg sur Instagram
675

Les plus belles photos prises par Charlotte Gainsbourg sur Instagram

Photographie A l’instar de sa sœur Kate Barry, photographe décédée prématurément à l’âge de 46 ans, la fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin s’essaye à la photo. Actrice et musicienne de talent, Charlotte Gainsbourg confiait à Numéro lors d’un entretien en novembre 2017 préférer la brutalité à la douceur. Et pourtant, ses clichés personnels révèlent une quiétude touchante, capturée au détail d’une main, d’une rue, ou d’un regard surpris. En noir et blanc, au travers de dessins ou de polaroids, la muse d’Anthony Vaccarello à l'origine du magnifique album “Rest” sorti en 2017 dévoile un peu de son quotidien, sa fille Jo, ses balades à New York – où elle a vécu pendant plusieurs années. Découvrez une sélection de ses 11 meilleurs clichés.  A l’instar de sa sœur Kate Barry, photographe décédée prématurément à l’âge de 46 ans, la fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin s’essaye à la photo. Actrice et musicienne de talent, Charlotte Gainsbourg confiait à Numéro lors d’un entretien en novembre 2017 préférer la brutalité à la douceur. Et pourtant, ses clichés personnels révèlent une quiétude touchante, capturée au détail d’une main, d’une rue, ou d’un regard surpris. En noir et blanc, au travers de dessins ou de polaroids, la muse d’Anthony Vaccarello à l'origine du magnifique album “Rest” sorti en 2017 dévoile un peu de son quotidien, sa fille Jo, ses balades à New York – où elle a vécu pendant plusieurs années. Découvrez une sélection de ses 11 meilleurs clichés. 

Les plus grands photographes de nus célébrés par une exposition virtuelle
202

Les plus grands photographes de nus célébrés par une exposition virtuelle

Photographie De Helmut Newton à Inez + Vinoodh en passant par Robert Mapplethorpe, les artistes ont interrogé le corps sous toute ses coutures dès les débuts de la photographie. Débutée le 30 novembre dernier, puis fermée temporairement suite aux mesures de confinement, l'exposition “Body Performance” tenue à la fondation Helmut Newton de Berlin, explorait les travaux de 13 photographes autour de la danse, du mouvement et de l'espace. Depuis peu, elle s'invite sur Internet avec une visite virtuelle et commentée de 45 minutes.  De Helmut Newton à Inez + Vinoodh en passant par Robert Mapplethorpe, les artistes ont interrogé le corps sous toute ses coutures dès les débuts de la photographie. Débutée le 30 novembre dernier, puis fermée temporairement suite aux mesures de confinement, l'exposition “Body Performance” tenue à la fondation Helmut Newton de Berlin, explorait les travaux de 13 photographes autour de la danse, du mouvement et de l'espace. Depuis peu, elle s'invite sur Internet avec une visite virtuelle et commentée de 45 minutes. 

Sølve Sundsbø en 11 vidéos prodigieuses
778

Sølve Sundsbø en 11 vidéos prodigieuses

Photographie Photographe de mode incontournable de ces vingt dernières années, Sølve Sundsbø s’illustre avec des clichés obtenus au moyen de procédés personnels et expérimentaux démontrent toute l’influence de la nature et des technologies avant-gardistes chez l’artiste. Sous son œil virtuose, les images de mode se parent d’une beauté quasi surnaturelle.  Photographe de mode incontournable de ces vingt dernières années, Sølve Sundsbø s’illustre avec des clichés obtenus au moyen de procédés personnels et expérimentaux démontrent toute l’influence de la nature et des technologies avant-gardistes chez l’artiste. Sous son œil virtuose, les images de mode se parent d’une beauté quasi surnaturelle.