Numero

La vente du siècle chez Christie’s : les trésors de la famille Rockefeller

Art & Design

Et si la vente du siècle se déroulait chez Christie's ? Le 8 mai, la maison mettra aux enchères la collection privée de l’illustre famille Rockefeller. Mobilier, céramiques et toiles de maître... Pendant près de 150 ans, les esthètes ont rassemblé de véritables trésors estimés à plus de 700 millions d’euros...

Peggy et David Rockefeller. © Rockefeller Archive Center

New York sera en effervescence en mai. L’illustre famille Rockefeller, qui a fait fortune dans le pétrole au début du XXe siècle avant d’établir un empire financier, met en vente ses innombrables trésors chez Christie’s : plus de 2000 objets dont 9 chefs-d’œuvre de l’art moderne, impressionniste et post-impressionniste. La Fillette à la corbeille fleurie (1905) de Picasso, pièce phare de la période rose du peintre, croise La table du musicien de Juan Gris, mais aussi les tableaux de Monet, Seurat, Gauguin, Manet, Corot ou Delacroix. Du mobilier européen aux céramiques chinoises, la collection dantesque de Peggy et David Rockefeller, estimée à 700 millions de dollars, est en passe d’établir un nouveau record. Loin devant les 484 millions issus de la liquidation des trésors d’Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé en 2009. Christie’s se dirige vers la nouvelle vente du siècle. Conformément au dessein philanthropique de la lignée, les profits tirés de cette vente seront versés à des organismes caritatifs.

 

Tournée internationale. En préambule aux enchères du printemps, de multiples expositions se succèderont dans les grandes métropoles : Londres (du 21 février au 8 mars), Paris (du 16 au 21 mars) Pékin (du 6 au 7 avril), Shanghai (du 10 au 11 avril), Los Angeles (du 6 au 12 avril) puis New York. Si David Rockefeller fut un grand mécène des musées new-yorkais et longtemps président du MoMa, la tournée internationale des œuvres a pourtant débuté à Hong Kong en novembre dernier. Un hommage au premier acte de bienfaisance de John. D. Rockefeller à la Chine en 1863.

 

Vente aux enchères directe et en ligne, du 8 au 11 mai, Christie's New York.

Lire aussi

    Ce qu’il faut savoir sur l’œuvre de Léonard de Vinci vendue 380 millions d’euros aux enchères

    Lors d'une vente aux enchères chez Christie's New York, le tableau Salvator Mundi de l'illustre De Vinci a été adjugé 381,8 millions d'euros (450,3 millions de dollars). En 19 minutes, l’œuvre a explosé tous les records. 

    Salvator Mundi, Leonard de Vinci, peinture à l’huile sur un panneau en noyer (65 cm sur 45 cm)

    L’acheteur est inconnu, les responsables de Christie’s ont refusé de dévoiler son identité. Pourtant, ce dernier a explosé tous les records en se procurant l‘œuvre du génie Léonard de Vinci : Salvator Mundi, le sauveur du monde, un portrait de Jésus-Christ, premier tableau de Léonard de Vinci découvert depuis 1909. Exceptionnelle, la vente aux enchère new-yorkaise de Christie’s se démarquait tant par les lots qu’elle proposait que par les records qu’elle a surclassé. En 19 minutes, alors que les enchères démarraient à 70 millions de dollars, il n’a pas fallu moins de 53 échelons pour que le Salvador Mundi soit adjugé 450, 3 millions de dollars avec commissions, frais et taxes soit 381,8 millions d’euros. À 190 millions de dollars, cinq enchérisseurs (quatre au téléphone et un dans la salle) poursuivaient leur course. Le tableau recèle cependant quelques surprises.

     

     

    Je ne reconnais pas, dans l’intégralité de cette œuvre, la présence de la main de Léonard de Vinci” 

     

     

    Rare, car elle a été peinte entre 1506 et 1513, cette peinture à l’huile sur un panneau en noyer mesure 65 cm sur 45 cm. Propriété du roi d’Angleterre Charles Ier, l’œuvre est ensuite vendue et passe de main en main. En 1958, un Américain s’en fait propriétaire auprès de Sotheby’s, principal concurrent de Christie’s, pour l’équivalent de 107 euros (l’œuvre est considérée alors comme une copie). Restauré puis authentifié, le tableau intègre une exposition à la National Gallery de Londres (2011) avant d’atterrir entre les mains du marchand d’art suisse Yves Bouvier lors d’une nouvelle vente de Sotheby’s puis de de Dmitri Rybolovlev, milliardaire russe président du club de football de l’AS Monaco, qui débourse 127,5 millions de dollars. Attribuée à Léonard de Vinci, l’œuvre Salvator Mundi représente le Christ portant un orbe dans sa main gauche, globe utilisé comme insigne royal pour le sacre des monarques d’Europe. De sa main droite, levée, il donne sa bénédiction. Malgré l’authentification du tableau, plusieurs spécialistes émettent des réserves quant à la part du peintre italien dans la conception de l’œuvre, qui pourrait provenir d’un des ateliers du maestro de la Renaissance. Ainsi, l’historien de l’art Jacques Franck confiait à nos confrères de France Info : “Je ne reconnais pas, dans l’intégralité de cette œuvre, la présence de la main de Léonard de Vinci […] Ce qui cloche, c’est le majeur dans la main droite du Christ. Sa représentation est fausse dans l’anatomie et dans la perspective. Ça, c’est rédhibitoire pour Léonard, qui est un fin perspecteur et un grand anatomiste.”

     

    Vendue 152 millions d’euros en 2015, l’huile sur toile de Pablo Picasso Les Femmes d’Alger (1955) atteignait le record mondial de prix versé pour un tableau dans une vente aux enchères. Il était donc évident que Christie’s s’affolerait face à l’engouement qu’a suscité l’œuvre de De Vinci, qui surpasse largement le Massacre des Innocents de Rubens qui – de son côté – avait atteint près de 85 millions d'euros (100 millions de dollars) en 2002.

  • 20
    Art & Design

    Du manga au streetwear, Murakami rencontre Virgil Abloh à la Gagosian Gallery

  • 23
    Art & Design

    Hicham Berrada, artiste ou savant fou ?

loading loading