Advertising
21 Janvier

Après le football, le Qatar investit le design

 

À l’occasion de l'année culturelle France-Qatar, le salon Maison & Objet présentait du 17 au 21 janvier les créations des designers émergents de la scène qatarie. 

Par La rédaction

1/7
2/7
3/7
4/7
5/7
6/7
7/7
  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

  • Malgré sa petite taille, l’État du Qatar a su grâce à sa production de gaz développer en quelques décennies une grande influence sur l’économie mondiale, mais également sur les industries du sport et de la culture. Ainsi, la ville de Doha – capitale du pays – inaugurait en mars dernier son impressionnant musée national du Qatar, conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel. Afin de célébrer les rapports privilégiés qui unissent cet émirat à la France, les gouvernements des deux États ont mis en place pour 2020 l’année culturelle France-Qatar : pendant un an, concerts, expositions, débats, conférences et même dégustations à Paris et Doha uniront les capitales des deux pays.

     

    Alors que 2020 vient à peine de commencer, les premiers événements ne se font pas attendre. C'est le grand rendez-vous annuel du design et du mobilier en banlieue parisienne, le salon Maison & Objet qui a ouvert le bal. Du 17 au 21 janvier, une dizaine de designers émergents, tous issus de l’université Virginia Commonwealth de Doha, présentaient sur le Parc des expositions de Villepinte l'une des facettes de la création qatarie. 

     

    Ainsi pouvait-on découvrir les tapis de Maryam Al-Homaid, les lampes de table ou de sol de Mohammad Jawad, les grandes cartes à jouer en résine de Hessa Al-Ali, aussi bien que les tables en bois de pin de Sheika Reem Al-Thani et les récipients en terre cuite de Reema Abu Hassan ou de Noora Al-Melhim. Réunies autour de la notion d’identité, ces pièces témoignaient du goût de l’innovation imprégné par la culture de leurs créateurs.

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising