Advertising
130

La tour Eiffel prise d'assaut par les chevaux de Paola Pivi

 

L'artiste d'origine italienne présente jusqu'au 1er août à la Galerie Perrotin, à Paris, des clichés hallucinants de chevaux prenant possession des espaces de la tour Eiffel.

Pour Paola Pivi, l'art est avant tout un grand terrain de jeu. Elle y élabore des performances qui sont autant d'expérimentations surprenantes. On se souvient de son léopard marchant sur 3 000 tasses de cappuccino ou encore de ses alligators émergeant de la crème fouettée. En effectuant ces déplacements incongrus, l'artiste fait surgir le rêve et l'onirisme dans le réel. Car chaque photographie capture une réalité qui a bien eu lieu, sans montage ni usage intempestif de Photoshop.

 

Approchée par Virginie Coupérie-Eiffel, fondatrice de la compétition équestre Longines Paris Eiffel Jumping, l'artiste d'origine milanaise s'est vu proposer non seulement l'accès aux chevaux mais surtout à la Tour Eiffel (s'appeler Eiffel a des avantages). Numéro a rencontré l'artiste et lui a demandé comment la commande d'un visuel pour une compétition équestre s'était transformée en projet artistique.

Paola Pivi, Yee-Haw, 2015, photogaphie digitale montée sur dibond et diasec, 219 x 180 cm. Photographie par Hugo Glendinning. Courtesy Galerie Perrotin.

Paola Pivi, Yee-Haw (horse), 2015, photogaphie digitale montée sur dibond et diasec, 180 x 270 cm. Photographie par Hugo Glendinning. Courtesy Galerie Perrotin.

Numéro : Comment est né ce projet fou d'amener des chevaux sur la tour Eiffel ?

 

Paola Pivi : L'invitation de Virginie Coupérie-Eiffel était une occasion à ne pas manquer. J'avais déjà travaillé avec des animaux, comme lorsque j'avais photographié des zèbres au cœur de montagnes enneigées. Mais ces précédents projets n'avaient pas la dimension historique et symbolique de celui-ci. Le zèbre était un zèbre, les montagnes, de simples montagnes. Ici, la tour Eiffel renvoie à une histoire humaine, à l'idée de progrès technique. C'est également l'un des monuments les plus visités au monde. D'un autre côté, le cheval renvoie à la puissance de la nature. Deux mondes se confrontent, physiquement, mais aussi symboliquement.

Paola Pivi, Yee-Haw (si imbizzarriscono), 2015, photogaphie digitale montée sur dibond et diasec, 245 x 180 cm. Photographie par Hugo Glendinning. Courtesy Galerie Perrotin

Numéro : Les photos forment autant de scènes fantastiques et irréelles. Aviez-vous  déjà en tête ce résultat avant d'initier le projet ?

 

Paola Pivi : Absolument pas. D'ailleurs je souhaite toujours préserver l'aspect "réel" de mes photographies. J'ai passé deux jours dans la neige pour photographier les zèbres, et deux matinées à Paris pour les chevaux. J'ai en général une idée très précise du résultat que je veux obtenir. Ici, au contraire, ce qui m'intéressait était simplement de voir ce qu'il se passe lorsque l'on installe quatre chevaux au sein de la tour Eiffel. C'est une performance, une expérience, à laquelle je me contente d'apporter les ingrédients avant d'en observer le résultat… même si évidemment nous avons effectué des choix précis de prises de vue et sélectionné la couleur des chevaux en accord avec les teintes du monument.

Paola Pivi, Yee-Haw (sleeping), 2015, photogaphie digitale montée sur dibond et diasec, 180 x 270 cm. Photographie par Hugo Glendinning. Courtesy Galerie Perrotin.

Numéro : Qu'est ce qui vous a le plus surpris au cours de cette performance ?

 

Paola Pivi : Je n'avais jamais réellement travaillé avec des monuments. Je me suis rendu compte que les constructions humaines me fascinent. Elles apportent de nombreux niveaux de lecture à une performance ou à une image : historique, social, économique, culturel... J'ai surtout redécouvert la beauté de la tour Eiffel qu'on a trop souvent tendance à réduire à une pure attraction touristique. Nous avons tenté d'en tirer le plus grand parti dans les compositions réalisées avec le photographe Hugo Glendinning. Je perçois dans ces photos un aspect très futuriste, même si les éléments qui la composent viennent d'un autre siècle.

 

Numéro : Comme si notre civilisation avait disparu et qu'il n'en restait que les monuments, des vestiges désormais habités par la nature et les animaux ?

 

Paola Pivi : Exactement, comme un film de science-fiction...

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

Paola Pivi, Yee-Haw, jusqu'au 1er août, Galerie Perrotin, 76, rue de Turenne, 75003 Paris, www.perrotin.com

 

Longines Paris Eiffel Jumping, du 3 au 5 juillet, Champ de Mars, Paris, pariseiffeljumping.com

Paola Pivi, Yee-Haw (paris), 2015, photogaphie digitale montée sur dibond et diasec, 180 x 553 cm (en 2 panneaux). Photographie par Hugo Glendinning. Courtesy Galerie Perrotin.

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay
856

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay

Cinéma Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective. Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective.

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke
786

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke

Numéro art Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre

Advertising
Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit
678

Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit

Culture Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”. Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”.

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier
856

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier

Art Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative. Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative.

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?
789

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?

Art Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes. Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes.

Performance : Delphine Roche fait danser le sport
856

Performance : Delphine Roche fait danser le sport

Art Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France. Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France.



Advertising