Advertising
17 Janvier

Le défilé Rochas collection automne-hiver 2020-2021

 

Pour son premier défilé homme après de nombreuses présentations, la maison Rochas invitait dans le somptueux hôtel de Béhague, au cœur du décor néo-byzantin de sa salle de théâtre.

Par Matthieu Jacquet

1/37
2/37
3/37
4/37
5/37
6/37
7/37
8/37
9/37
10/37
11/37
12/37
13/37
14/37
15/37
16/37
17/37
18/37
19/37
20/37
21/37
22/37
23/37
24/37
25/37
26/37
27/37
28/37
29/37
30/37
31/37
32/37
33/37
34/37
35/37
36/37
37/37
  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

  • Sous les voûtes de la scène, deux musiciens y faisaient résonner au piano les premières notes d’un air du compositeur autrichien György Ligeti, utilisé dans le film Eyes Wide Shutde Stanley Kubrick. La couleur est annoncée : le créateur Federico Curradi nous invite dans la traversée nocturne et débridée d’un homme au cœur d’une ville d’Italie. Tels des oiseaux de nuit, les mannequins commencent alors à déambuler entre les colonnes en marbre pour présenter les pièces de cette nouvelle collection. 

     

    Comme un reflet du ciel sombre éclairé par la lune, le bleu marine domine largement les silhouettes : costumes deux pièces, gilets, manteaux, pantalons, blousons et même écharpes et foulards déclinent cette couleur profonde, nuancée par les effets des draps de laine mats et de tissu satinés. Leur ton froid se voit réchauffée par des pièces en velours saumon, bordeaux et brun clairs. Portés ouverts et blousés avec quelques sacs en bandoulière, les chemises en soie et cardigans en laine dépassent des vestes de costume et confèrent aux mannequins une allure nonchalante.

     

    Semblable à une pluie étincelante venant illuminer cette obscurité, des gouttes dorées parsèment quelques vestes et manteaux, tandis que de fins pendentifs en or ornent les torses des mannequins et de discrètes chaînes dépassent de leurs poches. Leurs vestiaires se voient par ailleurs complétés par d’élégantes bottes en cuir noir à lourdes boucles dorées. “L’homme Rochas est nocturne et légèrement décadent, mais pas sombre”, déclare Federico Curradi lui-même. “Il brille, subtilement, de l’intérieur”.

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising