225


Commandez-le
Numéro
29

Brasserie Dubillot, le restaurant parisien installé sur les vestiges d'un bordel

Food

Située en plein cœur de Paris, entre les quartiers du Sentier et de Strasbourg-Saint-Denis, la Brasserie Dubillot, spécialisée dans la cuisine au charbon de bois, réussit le pari (risqué) de réconcilier grands gourmands et férus de dégustations de bons vins en terrasse.

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Guillaume Belvèze

  • © Nodietclub

1/10

Dans le paysage des brasseries parisiennes, on commençait à saturer d'offres toujours identiques. Il y a les institutions de la Rive gauche, comme Lipp ou La Closerie des Lilas, aux ambiances parfois trop guindées pour pouvoir avoir apprécier son steak-frites en toute simplicité. Puis les fameux Bouillon, qui ont envahi la capitale depuis quelques années, permettant de manger pour peu cher mais souvent dans des salles bondées sans avoir accès à une terrasse. Mais désormais, et c'est une grande nouvelle pour les amoureux de cuisine française traditionnelle, un lieu d’un autre genre vient éclaircir l'horizon.

 

Ouverte en juillet 2021 au 222 rue Saint-Denis par le groupe Nouvelle Garde – qui possède déjà la Brasserie Bellanger –, la Brasserie Dubillot réussit le pari (risqué) de réconcilier grands gourmands et habitués des dégustations de bon vin en terrasse. Dans un espace extérieur assez grand pour qu'il s'y dégage une ambiance électrisante (mais pas trop : on ne se retrouve pas noyé sous le brouhaha ambiant), on peut donc déguster sous de grands parasols les spécialités de la maison : des viandes et poissons cuits au charbon de bois. Car si la Brasserie Dubillot demeure un lieu typique où l'on peut manger des oeufs mayonnaise pour la modique somme de 2€ ou des poireaux vinaigrettes (6€), elle offre aussi la possibilité de goûter à des viandes d'exception, de la côte de boeuf de Salers, à l'épaule d'agneau confite toute une nuit puis rôtie à la braise, ainsi qu'à des vins particuliers. Il y en a pour tous les goûts – et tous les portefeuilles : des vins naturels légers en bouche (mention spéciale pour Les Marmots par Olivier Pichon à 29€) ou des grands crus Saint-Émilion.

 

Côté dessert, on est toujours conquis. Que l'on ait un faible pour les Paris-Brest ou les tartes au citron meringuées, ils sont tous faits maisons, à l'instar du reste du menu, et sont extrêmement savoureux et peu onéreux. On finit par faire un tour du propriétaire, se faisant happer par le spectacle des cuisines ouvertes de ce lieux extrêmement chaleureux, qui serait, selon la rumeur, installé sur les vestiges d'un célèbre bordel.

 

Brasserie Dubillot

222, rue Saint Denis 

Paris II

www.nouvellegardegroupe.com