8


Commandez-le
Numéro
17

Banks ressurgit en sorcière sanguinolente dans un sabbat enflammé

Musique

Deux ans après son troisième album III, la chanteuse américaine Banks revient avec un nouveau titre accompagné d'un clip, The Devil. Sur un air sombre et langoureux, dans la continuité de sa pop ténébreuse aux accents R'n'B, l'artiste s'incarne en sorcière fatale et démoniaque, faisant captives des proies masculines.

BANKS - The Devil

Depuis ses débuts en 2013, l’aventure musicale de Banks semble être celle d’une véritable affirmation de soi. D’abord dévorée par les doutes et brisée par des romances déchues dans son premier album Goddess, l’auteure-compositrice-interprète américaine a au fil des années et des morceaux pris possession d’elle-même et embrassé son pouvoir magnétique : dans Fuck With Myself, véritable ode à l’amour propre, elle chantait son indépendance face à un homme indécis, tandis que dans Gimme, premier single de son troisième opus III, Jillian Banks – de son vrai nom – exhortait son destinataire à lui apporter ce qu’elle souhaitait et méritait.

 

Révélée par sa pop sombre et sensuelle aux accents R’n’B, Banks revient deux ans après son dernier album, plus fougueuse que jamais. Dans le clip de son nouveau titre The Devil, l’artiste s’incarne en prêtresse démoniaque : moulée dans une longue robe rouge ajourée, la trentenaire parcourt un club à la recherche d’une proie masculine qu’elle attire dans ses filets. Alors qu’elle emmène un jeune homme en voiture et commence à lui révéler ses pouvoirs maléfiques, la chanteuse retrouve ses acolytes sorcières autour d’un feu nocturne pour entamer une cérémonie inquiétante aux airs de sabbat.

 

“I'm the devil and I speed with the pedal on the gas (“Je suis le diable et j’accélère avec le pied sur la pédale”), susurre la trentenaire en fond sonore. Sur une basse entraînante où quelques cris menaçants se font parfois entendre, Banks plonge l'auditeur dans un morceau enlevé et ténébreux, vibrant au rythme de sa voix langoureuse. “The Devil parle d’être plus forte que les démons qui nous hantent, explique dans sa newsletter la chanteuse, pour qui le confinement a été l’occasion d'explorer les tréfonds d’elle-même. D’une renaissance et d’une transformation dans les forces de la nature que nous sommes supposés être depuis notre arrivée au monde.” Un premier aperçu d’un nouveau projet dans lequel l’artiste dévoile un nouveau visage : celui d’une femme fatale, envoûtante et… dangereuse.