26 Juillet

Qui est Channel Tres, rappeur prodige de la house music ?

 

Un rap léché, sublimé par une voix suave et un groove électro entraînant, le cocktail Channel Tres semble avoir tous les ingrédients nécessaires pour la parfaite success-story. Après avoir composé pour Kehlani et collaboré avec Shamir, il s'extirpe de la régie et s'aventure sur le devant de la scène. Il présente un premier EP sous le label Godmode.

Par Antoine Ruiz

Channel Tres © Yazz Alali.

Il y a trois mois, le monde a découvert le jeune Channel Tres dans son clip Controller. Sa dégaine hipster tout droit sortie d'une friperie vintage complète son air quelque peu arrogant. Channel Tres a pris la ville pour terrain de jeu, il y impose un style “extemporané [qui se crée à l’instant même] et hors du dôme”, détonnant ainsi sans retenue avec la griffe des rappeurs prodiges Post Malone, Young Thug ou encore Saba. Sa singularité ? Un groove électro léché qui avoisine le son des ‘warehouses’ de Chicago ou de Detroit et se juxtapose à la hargne d'un rap inhérent à la côte Ouest. Après avoir composé et produit pour Khelani ou collaboré avec Shamir, il quitte la régie et s'aventure en studio, un premier EP éponyme de cinq titres à la clé, signé sous le label Godmode (qui a abrité notamment Yaeji et Shamir).

Le clip de Channel Tres, “Controller”.

Originaire du quartier de Compton à Los Angeles, il grandit sous l'égide de la musique, de la rue et de l'église. Et lorsqu'on lui demande comment il a débarqué dans l'industrie musicale, Channel Tres affirme qu’il a accedé à ce milieu “par l'impulsion de [son] entourage proche, [sa] famille et [ses] amis.” Plus jeune, il se laisse bercer par la virtuosité soul de Marvin Gaye, Sam Cooke ou Issac Hayes et le gospel de Fred Hammond. Mais son inspiration, il la puise définitivement dans l'héritage street de sa ville natale californienne, dans l'histoire afro-américaine et dans l'esthétique qui en émane.

© Mark Peaced.

Jet Black, son ode huppée à la communauté noire sublimée par une instru aussi féroce qu'hypnotique et modulée par des rythmes minimalistes s'inspire des prémisses de l'électronique industrielle. Réalisé par Anthony Sylvester, la vidéo capture Compton sous un angle alambiqué, où les salons de coiffure sont aussi des églises et les magasins de vins et spiritueux des raves en dehors des heures d'ouverture. Ce deuxième titre corrobore la patte de Channel Tres, un artiste qui atteste de son aspect contemporain grâce à une philosophie musicale très simple : “faire danser les gens”.

 

 

Le premier EP de Channel Tres, Channel Tres, sera disponible dès le 27 juillet.

Le clip de Channel Tres, “Jet Black”.

NuméroNews