“Savez-vous qu’il est plus simple au Maroc de trouer les murs d’une maison, que de faire entrer un âne dans son salon?”, s’interroge quant à lui le photographe Hicham Benohoud présenté par Loft Art Gallery Casablanca, comme une forme d'introduction à sa démarche artistique, qui questionne les limites du raisonnable. Avec sa série “Landscaping”, l'artiste incontournable de la photographie contemporaine marocaine s'improvise architecte des paysages désertiques du Sahara. L'humour, le surréalisme et l'auto-dérision sont des éléments récurrents chez Hachim Benohoud, qui explore les notions d'individualité et d'identité collective, à travers des mises en scène sensibles, parfois ambiguës. 

 

Si le public marocain voit dans ses œuvres de la légèreté et de l'humour, le public étranger y décèle davantage de violence et de critique, selon Jacques Antoine Gannat, chargé de développement pour la Loft Art Galery Casablanca. Formé aux arts-plastiques, habitué des autoportraits et à l'introspection, Hicham Benohoud puise son inspiration dans les tensions générées par les rapports de forces très marqués au Maroc, entre ce qui est permis et ce qui ne l'est pas. Très côté sur la scène internationale, Hicham Benohoud fuit les vernissages et préfère ne pas trop regarder ce qui se fait ailleurs.