8


Commandez-le
Numéro
21

Alexander McQueen s’inspire de l’œuvre de William Blake pour sa collection homme printemps-été 2022

Fashion Week

Pour sa collection homme printemps-été 2022, la directrice artistique d’Alexander McQueen, Sarah Burton, s’est inspirée des illustrations de William Blake pour la Divine Comédie de Dante, qu’elle a imprimé sur des tailleurs, manteaux et débardeurs.

Paolo Roversi

1/17

Après avoir dévoilé une collection dédiée au graffiti à travers des affiches géantes placardées dans le métro, Alexander McQueen présente désormais sa collection homme printemps-été 2022. La directrice artistique de la maison, Sarah Burton, connue pour son tailoring impeccable et son savoir-faire hors-pair, s’affranchit une fois de plus de son style habituel et présente des pièces plus contemporaines, aux influences à la fois punk, streetwear et genderless. Pour cette collection, la créatrice s’est inspirée du poète, peintre et graveur anglais William Blake (1757-1827), et plus particulièrement de ses illustrations pour la Divine Comédie, poème écrit au XIVe siècle par Dante Alighieri, relatant son voyage surnaturel à travers l'Enfer, le Purgatoire et le Paradis. 

 

Différents dessins ont alors été réinterprétés et imprimés sur des tailleurs, manteaux et débardeurs, parfois colorés ou en noir sur blanc. La collection s’oriente également autour des fermetures éclair, que l’on retrouve sur des costumes et des vestes, comme des ornements à l’allure punk. Aussi, certaines silhouettes arborent des volants surdimensionnés, qui donnent un aspect plus aérien et léger aux looks. Enfin, une robe longue en chiffon fait partie intégrante de cette collection masculine, reprenant une illustration de William Blake et se terminant sur un dégradé de bleu asymétrique. Quant à la palette chromatique (noir, blanc, bleu clair et rose pâle), elle fait référence à la collection printemps-été 1997 de la maison imaginée par Lee Alexander McQueen, nommée "La Poupée", qui s’inspirait elle-aussi du travail d'un artiste, celui du surréaliste Hans Bellmer.