244


Commandez-le
Numéro
07

L'interview mode de Rina Sawayama, pop star avant-gardiste et engagée

MODE

L'auteure-compositrice-interprète, actrice et mannequin nippo-britannique Rina Sawayama, qui vient d'être nommée nouvelle ambassadrice luxe de la plateforme Zalando, se confie à Numéro sur son rapport à la mode, son amour pour Lady Gaga et la version deluxe de son deuxième album aussi émouvant que dansant, Hold the Girl. 

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

  • Rina Sawayama par Carlijn Jacobs pour Zalando.

1/19

Jusqu'où ira l'auteure-compositrice-interprète nippo-britannique Rina Sawayama ? À seulement 33 ans, l'artiste qui vient de sortir une nouvelle version de son sublime deuxième album dansant et émouvant Hold the Girl (en décembre 2023), poursuit son ascension dans la musique, le cinéma et la mode. 

 

Diplômée en sciences politiques et surnommée "la nouvelle Lady Gaga", Rina Sawayama multiplie les aventures éblouissantes et audacieuses, d'une performance musclée dans l'excellent film John Wick : Chapitre 4 (2023) - aux côtés de Keanu Reeves - à des collaborations enlevées (Elton John, Lady Gaga, Charli XCX).

 

Rina Sawayama, ex-mannequin, pop star magnétique et actrice

 

Celle qui mélange le nu metal, la country ou encore le R'n'B dans sa pop engagée (elle pourfend le racisme et revendique sa bisexualité) et thérapeutique (elle y évoque une relation toxique avec un homme plus vieux et ses rapports compliqués avec sa mère) vient d'être nommée nouvelle ambassadrice luxe de Zalando. Elle pose pour une superbe série de clichés réalisés par la photographe de mode installée à Paris Carlijn Jacobs (en collaboration avec la styliste Georgia Pendlebury) pour la nouvelle campagne de la plateforme. 

 

Tour à tour romantique en robe fleurie et chapeau XXL ou sexy et punk en top résille noir, Rina Sawayama y dévoile toutes ses facettes, incarnant une féminité toujours puissante et jamais boring. À cette occasion, on a rencontré la future icône de la pop à Londres, la ville où elle vit et qui lui ressemble.

Rina Sawayama - This Hell (2022).

L'interview mode de la chanteuse Rina Sawayama, qui sort une version deluxe de l'album Hold the Girl

 

Numéro : Vous avez été mannequin avant de devenir pop star. Quelle est votre relation avec la mode ?

Rina Sawayama : Elle évolue constamment parce que je pense qu'il est très important d'essayer de se souvenir de son style personnel en dehors du travail. Parfois, on l'oublie, parce qu'on passe beaucoup de temps à essayer des vêtements différents. Une grande partie de ce que je porte est lié au travail, que ce soit sur scène, sur les tournages de clips ou de films ou pour des shootings. Mais parfois, je dois me rappeler de me demander : "D'accord, qu'est-ce que je porterais dans ma vie quotidienne ?" Et je pense que ce sont souvent deux choses différentes. J'aime y aller franchement et avoir des personnalités différentes dans mon travail, mais quand je ne travaille pas ou si je vois mes amis ou ma famille, j'aime beaucoup le style minimaliste classique.

 

On a du mal à vous imaginer avec un style minimaliste...

Honnêtement, si je pars quelque part en vacances, peut-être à cause des différents changements de looks en tournée, je peux littéralement prendre avec moi un seul pantalon. Mais, évidemment, plusieurs sous-vêtements (rires). Si quelqu’un venait me voir pour me dire, à ce moment-là : "Vous ne pouvez porter qu’un jean et ce pull, je répondrais : Ok, cool." J'aime les moments où j'ai le sentiment d'avoir un uniforme. Parfois c'est bien de pouvoir compter sur la pièce en elle-même et non la façon dont on la porte. Si je fais la Fashion Week ou un shooting, j'ai l'impression que je dois mettre beaucoup d'énergie pour que le look fonctionne. Et puis à d'autres moments, je veux juste me sentir à l'aise et avoir la sensation de quelque chose de familier sur ma peau. Alors parfois, cet uniforme, c'est un jean et un tee-shirt. Mais de septembre à mars, ce sont surtout des sous-vêtements thermiques. C'est la seule chose qui touche ma peau quand j'ai froid. Je porte des vêtements chauffants et généralement par-dessus, des vêtements très normaux.

 

Avez-vous une icône de mode ?
Cela change toujours. Je ne pense pas avoir une seule icône de mode. J'ai l'impression de traverser plusieurs phases, eras, qui ne dépendent pas des tendances. Mais je pense qu'en ce qui concerne mon style sur les pochettes de disque, en concert ou dans les clips, je ne m'habillerais pas comme je le fais sans Lady Gaga. Elle a toujours mis l'accent sur le fait de ne pas se conformer à des normes, que ce soit celles d'un look classique ou de l'injonction à être sexy. Elle ne ressemble à personne d'autre. Je me souviens combien cela m'a marquée quand j'étais adolescente et que je l'ai découverte. Je me suis dit : "Oh, mon Dieu, je n'ai pas besoin d'être cette fille girl next door ou au contraire très sexy." Lady Gaga est très sensuelle, mais elle est inhabituelle, amusante et unique. Je ne pense pas que je serais aussi expérimentale sans elle. 

 

Et vous avez été beaucoup comparée à Lady Gaga...
Oui, quel honneur ! C'est fou. Je ne mérite pas la comparaison. Mais elle est merveilleuse. Je l'ai rencontrée et elle est vraiment très gentille.

Rina Sawayama - Frankenstein (2022).

"Quand j'ai acheté mon premier sac Prada, il était tellement cher que j'avais des sueurs froides avant de payer." Rina Sawayama

 

Quelle est la pièce que vous avez portée en public qui vous est la plus chère ?
Tous les looks que j'ai confectionné ou fait confectionner pour la scène sont incroyables, car il ne faut pas seulement les faire durer pour le spectacle, il faut les faire durer tout au long des tournées. Et il faut aussi que les pièces s'enlèvent très facilement backstage. Je mets même un chrono pour me changer sans prendre trop de temps en coulisses avant de retourner sur scène. Je pense que mon vêtement fétiche est un corset blanc vintage Dolce & Gabbana qui figure dans le premier look de ma dernière tournée. Nous l'avons déchiré à l'arrière pour pouvoir y ajouter une matière extensible. Il y a aussi un trou découpé dans le dos pour mon pack micro. C'est un blasphème de toucher à une telle pièce d'archive, je sais, mais comme je change plusieurs fois de tenues entre les chansons, je dois pouvoir me déshabiller très rapidement. Les autres pièces de ce look viennent en fait d'un magasin de costumes. Donc c'est comme si je sortais d'un film d'époque. Parfois, même si c'est un look très simple, la mécanique derrière me paraît très fascinante.
 

Qu'est-ce que le public ignore sur les changements de tenues en concert ?
J'arbore une pièce en latex signée Atsuko Kudo réalisée sur mesure, ce qui veut dire que pour qu'on arrive à finalement la voir (car elle n'est pas facile à retirer), je dois porter les vêtements les uns sur les autres. Parfois, je porte trois couches de vêtements avec du latex dessous pendant tout mon concert. Donc, au moment où on en arrive au latex, je transpire tellement(rires). Et dans les festivals d’été, il fait si chaud que je transpirais beaucoup. Je pense que j'ai perdu beaucoup de poids à cause de cela. J'espère que ça ne se voit pas en tout que je suis en nage sur les photos et les vidéos des concerts...

 

Quelle est la première pièce de luxe que vous avez achetée avec votre argent ?
C'était mon tout premier sac à main de créateur qui vient de chez Prada. Il ressemble à l'emoji de sac à main, et je l'ai toujours. Je l'adore. Je l'ai acheté dans un centre commercial en banlieue de Los Angeles. Je devais avoir 23 ou 24 ans. J'y suis allée avec des amis, façon road trip car c'était à environ une heure de Los Angeles. C'était tellement cher que j'avais des sueurs froides avant de payer (rires).

Rina Sawayama - Imagining (feat. Amaarae) (2023).

"Dans l'avion, il y avait environ cinq personnes autour de moi qui regardaient John Wick. Certains d’entre eux m'ont dévisagée. Personne n'a osé me demander si c'était moi qui jouait dedans." Rina Sawayama

 

Vous avez sorti une version deluxe de votre second album, Hold the Girl (Bonus Edition), en décembre 2023...
J'ai envie que les albums que je sors soient très fluides. Il faut qu'il raconte une histoire du début à la fin. Donc pour moi, ce qui compte, ce n'est pas le nombre de collaborations que je peux avoir dans mon disque. En fait, mes albums n’ont jamais contenu de collaboration. Ce sont toujours les bonus tracks qui en dévoilent. Ces morceaux me donnent l’opportunité de travailler avec des gens que j'aime depuis longtemps. C'est le cas d'Amaaraee, la chanteuse géniale qui figure sur ma chanson Imagining. J'étais fan de sa musique et de son album incroyable et elle a fait un excellent travail avec ce remix. Le deuxième titre bonus de cette version d'Hold the Girl est Flavour of the Month, une chanson que j'adore qui est inspirée par le groupe pop rock Garbage. Leur style musical revient vraiment à la mode !

 

Vous avez joué dans John Wick : Chapitre 4 (2023). Pourriez-vous jouer davantage de films à l'avenir ?
Oh mon Dieu, j'adorerais faire plus de films ! Je pense que c'est l'une des choses les plus intéressantes dans le fait d'être une artiste est que j'ai la chance d'écrire ma propre musique et que je peux réaliser mes propres vidéos. Je peux vraiment prendre les devants de manière créative. Mais parfois, c'est vraiment agréable de concrétiser la vision de quelqu'un d'autre et de faire partie d'une grande équipe. Avec John Wick, c'était des centaines de personnes sur le plateau. Souvent, sur les shootings de mode, on va sur le plateau et on recroise des personnes avec lesquelles on a déjà travaillé. Mais sur John Wick, c'était différent. Quand l'on tourne un film, on voit les mêmes 100 personnes tous les jours, et j’adore ce genre de collaboration.  

 

Quelle est la chose la plus folle qui vous est arrivée avec ce film ?

Avec ce long-métrage, j'ai tellement appris sur le métier d'acteur. J'ai eu une chance incroyable qu'un tel film soit mon tout premier. Ce qui est étrange, c'est que je vois encore des gens qui le regardent dans l'avion, alors que je suis à côté. Je me demande alors : "Est-ce qu'ils le savent que c'est moi qui joue dedans ? Est-ce qu'ils vont me reconnaître ?" En fait, à un moment donné, lors de ma dernière tournée, dans l'avion, il y avait environ cinq personnes autour de moi qui regardaient John Wick : Chapitre 4. Et puis, quand nous sommes descendus de l’avion, certains d’entre eux m'ont dévisagée bizarrement. Personne n'a osé me demander si c'était moi qui jouait dedans. C'était assez drôle comme expérience.

Rina Sawayama - Hold The Girl (2022).

Vous êtes la nouvelle ambassadrice luxe de Zalando. Comment s'est passé le shooting de la campagne réalisée par Carlijn Jacobs?
L'équipe, presque entièrement féminine, était incroyable. Et honnêtement, j'ai aimé tout ce que j'ai porté lors de ce shooting, ce qui est assez rare, je dirais (rires). Je n'arrive pas toujours à adorer tous les vêtements que je porte pour des campagnes ou des shootings mode, alors c'était génial. J'aime particulièrement le total look que je porte de chez GCDS. J’ai défilé pour ce label il y a des années. Je suis une grande fan de ce qu'ils font.

 

Sur ce shooting, on voit différentes facettes de vous et de votre style extravagant...

Oui, j'ai plusieurs visages et ce shooting montre différentes humeurs. Mais je pense qu’à travers toutes les photos, c'est une forme de pouvoir qui transparaît. L'idée était de mettre en lumière ce sentiment de puissance qui vient quand on porte certaines tenues. Certains looks sont très classiques par rapport à mon style public habituel mais à chaque fois, il y a un détail qui fait l'originalité.


Hold the Girl (Bonus Edition) (2023) de Rina Sawayama, disponible.