187

Vanessa Seward ou le charme discret de la bourgeoisie

 

Après plusieurs collections capsules aux côtés de Jean Touitou pour la marque A.P.C., Vanessa Seward lançait en mars dernier sa propre griffe avec une première collection délicate et sensuelle, tout en finesse et distinction.

Directrice artistique d’Azzaro de 2003 à 2011, Vanessa Seward dédramatisait le glamour emblématique du flamboyant fondateur de la maison, sans pour autant le galvauder. Plus mesuré, frais et classique tout à la fois, le style Azzaro évoluait, sous sa houlette, en incorporant des pantalons et des vêtements de jour, inattendus dans ce temple de la robe du soir ensorcelante. Avec une délicatesse parfaitement féminine, la douce Argentine imposait là sa signature : une modestie, et une sincérité absolue – les collections étant implicitement inspirées de sa propre allure.

Robe en crêpe de viscose mélangé, chemise en  crêpe de soie et ceinture, VANESSA SEWARD

 

 

Mannequin : Mila Ganame chez Next Management. Maquillage : Megumi Itano chez Calliste. Coiffure : Hélène Bidard chez ArtList. Numérique : Anthony Parisey chez Sheriff.
Production : Walter Schupfer Management. Merci au Studio des Acacias, 30, rue des Acacias, Paris XVIIe, Tél. 01 58 05 49 83, ww.studioacacias.com

 

Suivant la même philosophie, Vanessa Seward proposait, de l’hiver 2012-2013 à l’été 2015, dans le giron de la marque A.P.C. créée par Jean Touitou, une série de collections capsules déclinant cette même élégance intemporelle à travers des pièces faciles à vivre, qui trouvèrent amplement leur public. C’est dans la suite logique de cette fructueuse collaboration que la créatrice lance aujourd’hui sa propre marque, en partenariat avec A.P.C. “Après les défilés de mars 2014, Jean Touitou m’a proposé cette idée, explique-t-elle. J’y pensais déjà à l’époque d’Azzaro. Mais je ne voulais pas me lancer comme un jeune créateur, il fallait que ça marche. J’ai eu la chance de trouver pour cela le parfait partenaire.”

 

Présentée en mars dernier, la première collection de la marque Vanessa Seward décline la jupe longueur genou, les blouses sages et ravissantes, les robes colorées et imprimées, simples et féminines. Cols roulés, jupes-portefeuilles, capes et lavallières instillent une tonalité seventies. Les années 70 vues par Vanessa Seward célèbrent les justes proportions, l’élégance indémodable et solaire d’une Lauren Hutton. “J’aime beaucoup cette période, acquiesce l’intéressée. Des années 70, je retiens certaines allures parfaites, qui pourraient être contemporaines. Je n’aime pas ce qui connote, ce qui classe une femme dans une catégorie. Ni bobo ni rock, je ne suis pas favorable aux looks ready-made, aux panoplies qui déguisent. J’aime qu’une femme raconte sa propre histoire, pas celle qu’une marque a écrite pour elle.”

 

En contant sa propre histoire, Vanessa Seward  compose avec générosité une attitude néo-bourgeoise. Une réserve naturelle nourrie par une culture du vêtement plutôt qu’une culture de la mode : nouer une lavallière ou une écharpe blanche sur un manteau-peignoir noir, porter  les bottes hautes sous la jupe pour harmoniser la silhouette et cacher le genou… la simplicité des pièces révèle le goût

de celle qui les porte. “La question du ‘savoir-porter’ me passionne, poursuit la créatrice. Il faut vraiment savoir doser, composer, équilibrer sa silhouette.” Comme en témoigne le jean “Victoire”, taille haute, coupe cigarette et non skinny,  qui arborait, sur le défilé, les noms des mannequins brodés sur les poches arrière. Une touche de fantaisie qui équilibre cette première collection, et démontre la capacité de Vanessa Seward à sophistiquer subtilement tout ce qu’elle touche, telle une bonne fée penchée sur l’allure des femmes.

 

 

www.vanessaseward.com.

 

 

 

Par Delphine Roche, photo Mélanie & Ramon, réalisation Camille-Joséphine Teisseire

 

Dior s’offre sa première grande rétrospective aux États-Unis
874

Dior s’offre sa première grande rétrospective aux États-Unis

Mode Du 18 novembre au 3 mars 2019, le Denver Art Museum revient sur plus de 70 ans de la maison Dior à l’occasion de l’exposition “Dior, from Paris to the World”. Un hommage vibrant au travail du couturier visionnaire et de ses successeurs, avec plus de 150 robes, accessoires, photographies, croquis originaux et autres pièces d’archives. Du 18 novembre au 3 mars 2019, le Denver Art Museum revient sur plus de 70 ans de la maison Dior à l’occasion de l’exposition “Dior, from Paris to the World”. Un hommage vibrant au travail du couturier visionnaire et de ses successeurs, avec plus de 150 robes, accessoires, photographies, croquis originaux et autres pièces d’archives.

L’objet du jour : la collection toile de Jouy de Dior Maison
1

L’objet du jour : la collection toile de Jouy de Dior Maison

Mode La maison Dior et Maria Grazia Chiuri déclinent sur une série d'objets de décoration le motif toile de Jouy aperçu sur les silhouettes de la collection croisière 2019. La maison Dior et Maria Grazia Chiuri déclinent sur une série d'objets de décoration le motif toile de Jouy aperçu sur les silhouettes de la collection croisière 2019.

Martin Parr saisit l'imagerie de Gucci
850

Martin Parr saisit l'imagerie de Gucci

Culture Le photographe britannique Martin Parr a immortalisé la collection Croisière 2018 de Gucci. Découvrez ce qu’il en a retenu dans WORLD (The Price of Love), un livre en édition limitée.  Le photographe britannique Martin Parr a immortalisé la collection Croisière 2018 de Gucci. Découvrez ce qu’il en a retenu dans WORLD (The Price of Love), un livre en édition limitée. 

La série mode “Mascarade” par Camille Vivier
850

La série mode “Mascarade” par Camille Vivier

Mode Découvrez la série mode "Mascarade" par Camille Vivier avec Alyssa Traoré, Jamily Meurer et Noah Luis Brown. Découvrez la série mode "Mascarade" par Camille Vivier avec Alyssa Traoré, Jamily Meurer et Noah Luis Brown.

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin
850

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin

Mode Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.  Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.