Alors qu'en mai dernier, le réalisateur américain Harmony Korine, à qui l'on doit l'onirique Sping Breakers, immortalisait la pré-collection Gucci automne-hiver dans le livre Gucci by Harmony Korinec'est cette fois-ci au tour du cinéaste, metteur en scène et scénariste grec Yorgos Lanthimos de capturer les vêtements dessinés par Alessandro Michele pour la maison italienne. 

 

Celui à qui l'on doit le film aussi brillant que dérangeant, Canine (prix Un certain regard au Festival de Cannes en 2009) ou encore la fable dystopique The Lobster (2015) s'est inspiré de la poésie du vêtement instaurée par Alessandro Michele depuis son arrivée à la direction artistique de Gucci il y a quatre ans : une vision de la mode qui célèbre les silhouettes post-genre.

 

En résultent des clichés tendres où des corps, tantôt jeunes ou fripés, se touchent et interagissent avec les statues de la villa Albani-Torlonia (à Rome) qui les entourent. Dans Ωοτοκία (Oviparity), Yorgos Lanthimos – qui avait déjà photographié le lookbook de la collection masculine Gucci Croisière 2020 – nous invite à refléchir à la relation entre la beauté éternelle des statues et le caractère éphémère de celle des hommes. Une rencontre émouvante entre deux univers voués à se côtoyer : celui d'un nouveau monument du cinéma contemporain aux oeuvres troublantes et décalées, et celui d'un créateur de mode flamboyant, émissaire d'une esthétique romantique et maximaliste.

 

Le livre Ωοτοκία (Oviparity) est disponible depuis le 18 novembre en édition limitée chez l’éditeur londonien indépendant IDEA, au Gucci Garden de Florence et à la librairie Gucci Wooster Bookstore de New York.