Numero

Pour “Terminal”, Margot Robbie se transforme en femme fatale

Cinéma

L’actrice australienne Margot Robbie, récemment nommée aux Oscars pour son rôle dans Moi, Tanya, endosse le rôle d’une serveuse exaltée par la noirceur et la violence, dans le nouveau thriller dramatique Terminal de Vaughn Stein, connu pour avoir réalisé World War Z et Sherlock Holmes.

Bande annonce du film Terminal

L’iconique interprète du personnage de Harley Quinn dans Suicide Squad figurera aux côtés de Simon Pegg, Max Irons, Dexter Fletcher et Mike Myers dans le film Terminal, en salle aux Etats-Unis le 11 mai prochain. Bien qu’énigmatique, la nouvelle bande annonce dévoile une véritable femme fatale qui mène une double vie. Son chemin croise celui de deux tueurs à gages professionnels, en pacte avec un homme mystérieux pour relever une mission à haut risque mais aux bénéfices incontestables.

 

Visiblement fondé sur une histoire de revanche enchevêtrée, l’ensemble du film se déroule dans une sombre métropole anonyme uniquement illuminée par une tripotée de néons. Une ambiance qui rappelle celle de Sin City et Blade Runner. Il ne reste plus qu’à attendre une date officielle pour une sortie dans les salles françaises.

Lire aussi

    Pourquoi 2018 est l’année de Margot Robbie ?

    Dans Moi Tonya de Craig Gillespie, Margot Robbie enfile les patins à glace de l’ancienne star Tonya Harding, jusqu'à sa descente aux enfers. Alors qu’elle vise en mars l’Oscar de la meilleure actrice, retour sur le parcours de l'étoile montante d’Hollywood. 

    Margot Robbie dans “Le Loup de Wall Street”.

    En 2013, l’actrice australienne Margot Robbie gomme son accent pour incarner la glamour et caractérielle Naomi Belfort, épouse de Jordan Belfort, le fameux Loup de Wall Street incarné par Leonardo DiCaprio dans le film de Martin Scorsese. Sa carrière explose. La blonde sulfureuse enchaîne les rôles : apprentie criminelle dans Diversion (2015) aux côtés de Will Smith, Jane dans Tarzan (2016) — rôle qu'elle rafle à Emma Stone et Jessica Chastain — puis Harley Quinn, super-méchante déjantée dans Suicide Squad (2016). De l’actrice à l’égérie, il n’y a qu’un pas : en 2016, Calvin Klein Parfums la sollicite et l’inscrit par la même occasion dans la lignée des personnalités les plus en vogue du moment. 

    Sebastian Stan et Margot Robbie dans “Moi, Tonya”.

    Cette année, Margot Robbie est en bonne voie pour décrocher l’Oscar de la meilleure actrice. Son rôle dans Moi, Tonya de Craig Gillespie n’a laissé personne indifférent. Elle y incarne la patineuse artistique américaine Tonya Harding, mondialement célèbre pour avoir été la première américaine à réussir la figure très risquée du triple axel : un saut suivi de trois tours et demi en l’air. Dès l'âge de 4 ans, cette jeune fille issue d’un milieu pauvre enfile des patins à glace, absorbée par le monde des strass et des paillettes. Tonya Harding grandit sous les coups de sa mère qui la force à se surpasser sur la glace. Elle apparaît d’ailleurs comme une plouc dans les médias, inévitablement comparée à sa concurrente directe Nancy Kerrigan. Soupçonnée d’avoir participée à l’agression de sa rivale, Tonya Harding connaît rapidement une descente aux enfers...

     

    L’histoire est dramatique, le film, vif et cinglant. Margot Robbie incarne avec intensité cette patineuse qui s’est battue pour briller sur la glace malgré l'adversité. Évoluant dans un milieu modeste, violent physiquement et verbalement, elle est considérée avec mépris et vue comme comme une "prolo" par les professionnels du patinage, hostiles à son succès. Pour se glisser dans la peau de son personnage, l’actrice s’est entraînée pendant quatre mois avec la chorégraphe Sarah Kawahara pour réaliser les scènes de patinage. Celles des Jeux Olympiques ont en revanche nécessité des doublures, quant à la figure du triple axel, un effet spécial a été employé car la figure était bien trop complexe même pour des sportives de haut niveau. Margot Robbie a donc mis tout son cœur et son corps dans ce projet, puisqu’elle s’est investie jusque dans la production du film, dont elle fait partie. Brute et émouvante, son interprétation a le mérite de rétablir la vérité sur l’affaire Nancy Kerrigan, bien plus complexe qu’on a pu le penser, et de révéler l'injuste destin d'une battante : Tonya Harding. 

  • 16
    Cinéma

    En quel personnage Tom Hardy s’est-il transformé pour son nouveau film ?

  • 23
    Cinéma

    Interview culte : dans le lit de Charlotte Le Bon

loading loading