14


Commandez-le
Numéro
26 hotel oscar londres

L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres

CULTURE

Entre le roman d’Agatha Christie et le Cabinet de curiosités, le luxueux hôtel Oscar, en plein centre de Londres, promet un voyage inattendu à travers le temps. Hommage au dramaturge Oscar Wilde, l’établissement plaît surtout aux esthètes à la recherche d’un anti-Dubaï…

  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres
  • L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres L'oscar : hôtel 5 étoiles merveilleux en plein cœur de Londres

L'oscar London.

1/8

1. L’esprit dandy d’Oscar Wilde dans le quartier de Bloomsbury

 

L’un des portraits les plus célèbres d’Oscar Wilde est peut-être celui que réalise le lithographe américain Napoleon Sarony vers 1882. Sa photographie fera d'ailleurs l’objet de la première décision américaine de copyright en matière photographique, en d’autres termes, un droit exclusif que détient un auteur ou son représentant d'exploiter une œuvre. Sur l’image sépia, un Oscar Wilde de 28 ans prend une pose nonchalante tandis que ses deux yeux convergent vers l’objectif. L’incarnation du dandy chic du XVIIIe siècle, personnage excentrique et impertinent cherchant (toujours) à se montrer spirituel. À sa disparition, en 1900, le bourgeois irlandais laissera derrière lui des poèmes, des pièces de théâtre, des romans – Le Portrait de Dorian Gray (1891) demeurant son plus célèbre – et plusieurs essais dont La Vérité des masques sur Shakespeare, preuve, s’il en est, de l’admiration indéfectible qu’il vouait à son prédécesseur… Mais l’âme d’Oscar Wilde erre encore, à l’extrême sud de Camden, dans le quartier londonien de Bloomsbury capitale littéraire hantée par les esprits de Charles Dickens ou Virginia Woolf. Surtout sur Southampton Row où, transformée en enseigne distinguée, “Oscar” est devenu une demeure très prisée…

Le restaurant de l'oscar, à Londres. Le restaurant de l'oscar, à Londres.
Le restaurant de l'oscar, à Londres.

2. Un joyau d'architecture en plein cœur de Londres

 

Ici, c’est quitte ou double. L’Oscar est à la fois sombre et luxuriant, il attire une clientèle d’esthète à la recherche d’une pause dans le temps. C’est clairement l’anti-Dubaï…” L’Oscar vous invite… puis vous avale. Ici, des oiseaux translucides et inanimés s'envolent et rencontrent, sur leur chemin, des papillons immobiles. Partout, dans les pièces plongées dans la pénombre, des tableaux anachroniques, du mobilier aux tons ambre et grenat, des photographies sépia et des ocelles multicolores, ces taches cerclée, cerné par une zone de couleur différente que l’on retrouve sur les plumes des paons et les ailes des papillons… Cet univers digne d’un roman policier d’Agatha Christie est signé Jacques Garcia, architecte d’intérieur, décorateur français et grand collectionneur de mobilier du XVIIIe siècle. On lui doit aussi la décoration de La Réserve, hôtel du VIIIe arrondissement de Paris figurant dans la liste des plus beaux établissements de luxe de la capitale. À Londres, on revendique clairement cet hommage à Oscar Wilde: les miroirs reflètent les sièges de velours, les coussins brodés et le bibliothèques à n’en plus finir. Et ce décor de cinéma a évidemment attiré des artistes : la star du rap Stormzy saute sur l’occasion pour y tourner un clip tandis que Phoebe Waller-Bridge y tourne quelques scènes de sa série Killing Eve. “C’est un hôtel unique, en plein centre de Londres. Il attire les passionnés d’art, de mode et de culture. Et ce charme ancien apporte une véritable touche de… glamour”, précise notre hôte. “Toutefois, même si nous sommes très fiers de cet épiderme, nous cherchons surtout à mettre en valeur nos services.” Actuellement, le restaurant de l’hôtel revisite des spécialités gastronomiques internationales – pour le plus grand plaisir de sa clientèle américaine –, on citera pêle-mêle un Fish and chips à déguster sur le pouce, un emblématique burger américain, des spaghettis au homard ou une splendide sole meunière… L’entrepreneur français Michel Reybier (hospitality) envisage l’ouverture de dix chambres supplémentaires et l’inauguration, dans l’un des plus beaux espaces de L’Oscar, d’un restaurant gastronomique aux inspirations japonaises et péruviennes. À quelques pas du British Museum et du Royal Opera House, L’Oscar se dresse fier, théâtral et “typiquement non anglais”. Un établissement luxueux aménagé dans un joyau de l’architecture baroque bâti il y a 110 ans : l’ancien siège d'une église baptiste.

 

Hôtel L'oscar, 2-6 Southampton Row, London WC1B 4AA, Royaume-Uni