06 Février

Comment deux cheerleaders ont révolutionné l’histoire du Super Bowl ?

 

Sous les yeux de plus de cent millions de téléspectateurs, Quinton Peron et Napoleon Jinnies ont marqué l’histoire. Ils sont les premiers hommes à danser dans une équipe de cheerleaders de la NFL (National Football League). Lors du 53e Super Bowl – finale de la saison – ils soutenaient les Los Angeles Rams. Malheureusement, le show a enregistré sa pire audience depuis 2009.

Par Ophélie Manya

Les meilleurs moments du match Patriots vs. Rams du Super Bowl 2019

Dimanche 3 février 2019, Quinton Peron et Napoleon Jinnies étaient les deux seules bonnes raisons de ne pas s’endormir pour visionner le Super Bowl – décalage horaire oblige. Les jeunes danseurs ont marqué l’histoire de la finale du championnat de football américain, non pas grâce à leurs déhanchés impeccables, mais parce qu’ils sont les premiers “pom-pom boys” à ouvrir l’évènement sportif annuel qui opposait cette année les Los Angeles Rams aux New England Patriots. Et la véritable révolution est avant tout chorégraphique. Dans le cheerleading – célèbre danse acrobatique visant à encourager une équipe – les hommes tiennent généralement le rôle de “base”, soutenant les femmes pendant les portés. Pour la première fois, Quinton Peron et Napoleon Jinnies ont effectué exactement les mêmes mouvements que les pom-pom girls.

 

Un rêve devenu réalité

 

Leur histoire commence en 2018. Napoleon et Quinton bousculent les standards de la National Football League en rejoignant pour la première fois les rangs des cheerleaders affiliés aux Los Angeles Rams. L’un est danseur et maquilleur autodidacte, l’autre est danseur et chorégraphe. Les deux Californiens, amis, réalisent main dans la main "un conte de fée" comme le confiait Quinton Peron sur le plateau de l’émission américaine Good Morning America diffusée le 24 janvier dernier. Le jeune homme a également avoué que son envie de devenir cheerleader est née alors qu’il assistait à un match de basketball des Los Angeles Lakers: "J'étais à un match des Lakers l’été dernier et je regardais les Laker Girls, révèle Quinton, et je me demandais pourquoi je ne pourrai pas être avec elles ? Après tout, j'ai bien chorégraphié pour des filles qui dansent dans des équipes professionnelles et j'ai moi-même déjà dansé avec des filles dans diverses équipes professionnelles. Alors je me suis dit 'pourquoi pas moi' ?"

 

Napoleon Jinnies, Quinton Peron et une de leur coéquipière sur le plateau de Good Morning America

Vers la masculinisation des sports perçus comme “exclusivement féminin” ?   

 

Selon le magazine Time, 90% du cheerleading américain est composé de femmes. C’est avec elles que la discipline est devenue spectaculaire avec des danses aux acrobaties plus élaborées. Au XIXe siècle, à la naissance du cheerleading, les équipes étaient essentiellement composées d’hommes. Mais la pratique consistait simplement à encourager les sportifs par des cris et des chants. Aujourd’hui, de nombreux autres sports tendent à se masculiniser à l’image de la natation synchronisée, exclusivement réservée aux nageuses lors des Jeux Olympiques. Avec l’arrivée d’une nouvelle épreuve, le duo mixte, initié aux mondiaux de natation de Kazan (Russie) en 2015, le sport s’ouvre progressivement aux hommes. La gymnastique rythmique subit le même sort : il n’existe aucune catégorie masculine lors des olympiades. Pourtant, l’Espagne et le Japon ont vu naître des gymnastes qui excellent en ce sport. En France, Peterson Ceus, jeune athlète de 20 ans, pratique la gymnastique rythmique à haut niveau. Pour résoudre cette situation jugée discriminatoire, le gymnaste a fondé l’association Gr-ade visant à promouvoir l’ouverture de la discipline aux hommes lors des Jeux Olympiques, notamment ceux de Paris en 2024.

NuméroNews