Advertising
14 Novembre

Comment Le Gramme réinvente la boutique de bijoux

 

Le 26 octobre dernier, le label de bijoux français Le Gramme inaugurait sa toute première boutique permanente. Installée en plein cœur du Marais, celle-ci propose ses créations les plus récentes mais aussi ses modèles phares dans un espace intimiste, savamment mis en scène par son fondateur Erwan Le Louër. 

Par Matthieu Jacquet

Dans le nord du Marais, incontournable quartier parisien où cohabitent les mondes de la mode et de l’art, c’est dans un petit espace tout en profondeur que nous accueille Le Gramme pour sa toute première boutique. Lorsque l’on y pénètre, on peut lire immédiatement sur le mur de gauche l’éventail des grammages, des matériaux, des familles de bijoux et de leur finition : cette attention méthodique au concret est certainement ce qui a fait l’identité du label de bijoux depuis sa fondation il y a six ans. Des murs gris et surfaces argentées relevés par des jeux d’ombres et de lumières subliment les créations présentées par catégories de modèles, dessinant une esthétique nette et épurée. Nul ne fait doute, cette nouvelle boutique est définitivement le reflet de son propriétaire.

Depuis sa création par Erwan Le Louër et Adrien Messié en 2013, Le Gramme propose ses créations dans des grands magasins tels que le Bon Marché, des boutiques éphémères ainsi que son propre magasin en ligne. Inauguré fin octobre rue Vieille du Temple, ce lieu représente donc son premier espace permanent : un intérieur intimiste, par son étroitesse, mais optimisé par l’ergonomie de sa présentation. Ici, les créations du label jalonnent les deux murs, espacées par des tablettes électroniques qui permettent de parcourir leurs prix et le détail de leur composition. Pour imaginer son organisation, Erwan Le Louër a été nourri par les Japonais : “Les boutiques tokyoïtes qui m’inspirent beaucoup, sur la façon dont leurs designers parviennent à intégrer tant de choses et de détails dans de tout petits espaces”, confie ce passionné de design et d’architecture.

Fidèle à son désir de transparence sur la conception de ses pièces, Le Gramme installe au milieu de sa boutique une balance et une poinçonneuse – pour personnaliser les bijoux, avec notamment des lettres ou des symboles –, ainsi qu’une machine pour les emballer sous vide. Si ce minimalisme et ce fonctionnalisme assumés pourraient susciter un sentiment de froideur et de distance pour le visiteur, ils se voient contrecarrés par la présence surprenante de fragments de bras peints en gris sombre et parés de certaines créations. Moulées en plâtre sur le danseur étoile Germain Louvet par l’artiste Arnaud Kalos, ces sculptures amènent avec la lumière une forme de dramatisation, qui permet au potentiel acquéreur de mieux se projeter en voyant les modèles incarné sur les corps. “Ces sculptures apportent une certaine poésie dans l’ensemble de la boutique”, explique Erwan Le Louër. Un pari réussi, prouvant par l’expérience spatiale et matérielle comment l’émotion peut prendre racine dans l’essentialisme.

 

Boutique Le Gramme, 123 rue Vieille du Temple, Paris 3e.

NuméroNews


Advertising