Un jour, le Prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe prétexta avoir oublié une des ses montres chez sa tante. Il l’avait en fait mis en gage pour éponger ses dettes de jeu. Depuis cette légende urbaine, le Crédit Municipal de Paris a donc pris le nom de “chez ma tante”. Installée dans le Marais, cette institution française permet de donner une seconde vie à certaines pièces mises en gages par des parisiens qui ne viendront jamais les récupérer.

 

Sautoir en perles de la collection “Continue” de Chanel, bracelet “Coucle sellier” à maille américaine Hermès, montre "Tambour” en or jaune Louis Vuitton… Plus de 250 lots des trois maisons de couture française dont 140 bijoux mais aussi des vêtements, porcelaines ou livres passeront sous le marteau. Avec leurs prix de départs relativement bas, ces objets de désirs deviennent soudainement accessibles.

 

Vente aux enchères publique au Crédit Municipal, le 16 février au 55 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris