Historiquement, dans notre imaginaire, son œuvre des années 60 et 70 est dominée par le bleu des piscines californiennes, qui éclate à la surface de ses célèbres tableaux A Bigger Splash (1967) ou Portrait of an Artist (Pool with Two Figures) [1972]. Né en 1937, David Hockney peint alors à l’acrylique, une technique plutôt nouvelle pour l’époque, qui ne permet pas de dégradés très précis, mais autorise de grands aplats colorés. Le miroir d’eau des piscines de Los Angeles – l’exposition en témoigne – lui servit de prétexte à toutes sortes d’expérimentations picturales, la surface de la toile devenant le lieu d’une conversation entre figuration et abstraction, tandis que les reflets de l’eau sont exprimés par des résilles ondulées de traits blancs – Peter Getting Out of Nick’s Pool (1966) –, ou qu’une bouée, soudain, devient le pivot d’une composition quasi abstraite – Rubber Ring Floating in a Swimming Pool (1971).

 

C’est en Angleterre que commence la carrière de David Hockney, qui naquit à Bradford en 1937. À la Bradford School of Art, en 1953, il apprit la peinture à l’huile, puis rejoignit le Royal College of Art de Londres en 1959. Les toiles de ses débuts frappent par le caractère ouvertement gay de leur narration, alors que l’homosexualité restera considérée comme un crime dans le pays jusqu’en 1967. Il fut associé, avec Richard Hamilton, à l’émergence du pop art anglais (qui précède le pop art américain), mais réfuta rapidement cette association, construisant ainsi un isolement stylistique qui, de toute évidence, compliqua la réception de son œuvre : comment prendre au sérieux un type qui peint des piscines et un lifestyle désinvolte et hédoniste ?

 

C’est un tout autre genre d’œuvres que les éditions Taschen présentent dans l’ouvrage David Hockney – My window : 120 dessins réalisés sur iPhone et iPad. Entre natures mortes et matinées multicolores, le peintre transcrit la poésie des saisons en images digitales, directement sur l’écran de son Smartphone. Des dessins produits entre 2009 et 2012, sélectionnés et classés par ordre chronologique par le peintre le plus cher du moment en personne.

 

David Hockney. My Window [ed. Taschen]

Édition de 1.000 exemplaires

 

Édition collector (no 1.001 à 2.000) signée par David Hockney.

Également disponible en quatre Éditions dart de 250 exemplaires (no 1 à 1.000) comprenant chacune un tirage signé par David Hockney.

 

Taschen.com