Advertising
44

Jean Paul Gaultier au Grand Palais

 

Interview exclusive du créateur Jean Paul Gaultier à l'occasion de son exposition événement à Paris du 1er avril au 3 août 2015.

Iconoclaste et visionnaire, Jean Paul Gaultier célèbre depuis plus de trente ans le corps de la femme sous toutes les coutures. Avec irrévérence et humour, le couturier a semé le trouble en féminisant le masculin, en masculinisant le féminin. Après avoir fait le tour du monde, la rétrospective La planète mode de Jean Paul Gaultier De la rue aux étoiles, rend hommage à son immense talent à Paris, au Grand Palais, à partir du mois d’avril. L’occasion pour Numéro de pénétrer dans l’univers riche et joyeux de cet amoureux de la vie et dans sa galaxie peuplée de pop stars mythiques.

Photo Peter Lindbergh.

Visionnaire, espiègle et provocateur, il a, dès la fin des années 70, projeté la mode dans une tout autre dimension, en en réinventant les codes. L’entrée fracassante de Jean Paul Gaultier dans ce monde encore policé fait alors l’effet d’une bombe, d’une véritable entreprise de transgression qui reflète à la perfection l’avènement de la culture et de la musique pop en France. Les icônes de son univers personnel se nomment ainsi Madonna – dont le fameux corset aux seins pointus contribuera à dessiner l’image provocatrice –, Catherine Ringer, Boy George et tant d’autres encore. Dans un dialogue constant avec son époque, Jean Paul Gaultier s’est acoquiné avec les représentants les plus iconiques des contre-cultures qui ont marqué les décennies successives. “Il s’est inspiré de tous les mouvements culturels, collaborant avec Nirvana à ses débuts, avec NTM, avec Cindy Sherman comme avec Pierre et Gilles, avec Pedro Almodóvar comme avec Luc Besson. Pour dialoguer avec ces fortes personnalités, il s’est construit un personnage, un peu à la façon d’Andy Warhol”, souligne Thierry- Maxime Loriot, le curateur de l’exposition itinérante consacrée au couturier. Ironie de l’histoire, alors que ce mois de mars marquait sa toute première absence des podiums du prêt-à-porter parisien – Jean Paul Gaultier a annoncé sa décision de se concentrer sur la haute couture – l’exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier – De la rue aux étoiles arrive maintenant au Grand Palais, après avoir fait le tour du monde. Initiée par le musée des Beaux-Arts de Montréal, elle a déjà été accueillie à New York, Dallas, San Francisco, Londres, Rotterdam, Stockholm ou encore Madrid. Cette magnifique rétrospective articule de façon thématique les grandes inspirations du couturier, éternellement surnommé “l’enfant terrible de la mode”, qui a toujours fait rimer humour et amour. “C’est évidemment son immense talent, mais surtout son humanisme et sa générosité que j’entends mettre en avant, précise Thierry-Maxime Loriot. Jean Paul Gaultier a toujours été transgressif. Refusant de se conformer aux modèles établis, il a brisé les tabous en célébrant la beauté sous toutes ses formes.” Témoins de cette épopée, les compagnons fidèles de Jean Paul Gaultier se nomment Jean-Baptiste Mondino et Stéphane Sednaoui. Au fil de leurs clichés, les deux grands photographes ont écrit en images l’histoire fascinante du couturier. L’exposition, qui s’ouvre le 1er avril, puise abondamment dans cette riche matière pour donner corps à son propos. Pour Numéro, Jean Paul Gaultier revient, avec le journaliste Gérard Lefort, sur son parcours exceptionnel.

Madonna, c’est un macho dans un corps de femme. Une material businesswoman à l’américaine. Aujourd’hui la question est : jusqu’où peut-elle aller ? Quand elle veut quelque chose, rien ne l’arrête.
Jean Paul Gaultier

Photo Jean-Baptiste Mondino.

Numéro : La mode vous intéressait tout petit déjà ?
Jean Paul Gaultier : Tout a commencé dans l’atelier secret et magique de mon enfance, sur le corps de mon nounours à qui j’ai fait subir bien des outrages de modification. J’étais comme un petit docteur Frankenstein qui espérait qu’au sortir du laboratoire sa créature modifiée prendrait vie. D’ailleurs la première opération que j’ai pratiquée sur lui était une opération du coeur. C’était l’époque où, en Afrique du Sud, le professeur Barnard avait réalisé la première greffe du coeur. Je vois ça à la télé en noir et blanc, et aussitôt je m’enferme dans mon bloc opératoire personnel pour pratiquer sur nounours une opération à coeur ouvert. Peu après, en improvisant avec du carton, je lui ai fait une greffe de seins, pointus et coniques. Ma première “trans(e)” en quelque sorte. Nounours restait un garçon mais avec des seins de fille. L’idée, encore nébuleuse, c’était de sortir de l’impasse des genres, bêtement sexués, d’inventer un entre-deux. La part plus ou moins visible des femmes, ce qui les distingue, ce sont les seins, qu’ils soient vrais ou faux. Ce qui m’intriguait, c’est ce mélange d’évidence et de dissimulation. Par exemple les seins des pin-up de cartes postales. Des seins pointus, dressés, des seins de pierre vivement moulés dans un pull noir, disons Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe, deux icônes du genre, et en même temps complètement mystérieux. Comment ça tient ? Comment ça marche ? J’aime bien l’histoire plus ou moins légendaire qui raconte que le constructeur d’avions Howard Hughes avait fait dessiner par ses ingénieurs un soutien-gorge spécial pour exalter la belle poitrine de sa fiancée, Jane Russell. 

 

[...]

 

Propos recueillis par Gérard Lefort.

 

 

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro d'avril, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes
561

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes

Cinéma Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee. Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee.

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood
589

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood

Cinéma À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée. À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée.

Advertising
Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année
765

Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année

Musique Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral. Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral.

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs
978

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs

Musique À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville. À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville.

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”
873

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”

Cinéma Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier. Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier.

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly
973

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly

Cinéma Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France.  Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France. 



Advertising