Advertising
Advertising
28 Janvier

Les 5 expositions à voir au mois de février

 

Steve McQueen à la Tate Modern, Claudia Andujar à la Fondation Cartier pour l'art contemporain ou encore Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo : découvrez les cinq expositions à ne pas manquer au mois de février.

Par Matthieu Jacquet

Ulla von Brandenburg, “C, Ü, I, T, H, E, A, K, O, G, N, B, D, F, R, M, P, L, II” (2019). Photo : Andrés Lejona, Casino Luxembourg. Courtesy de l'artiste and Art : Concept, Paris; Meyer Riegger, Berlin/Karlsruhe ; Pilar Corrias Gallery, London and Produzentengalerie Hamburg
1/6
Claudia Andujar, “The young Susi Korihana Thëri swimming”, Catrimani, Roraima (1972–74) © Claudia Andujar
2/6
3/6
Steve McQueen, “Ashes” (2002-2015) © Steve McQueen. Courtesy the artist, Thomas Dane Gallery and Marian Goodman Gallery
4/6
Tim Walker, “Radhika Nair”, Pershore, Worcester (2018) © Tim Walker Studio
5/6
Tim Walker, “Lil' Dragon, 'Ling Ling and the Dragon”. Fashion Marta Hermosillo Lopez and Eelko. London (2018) © Tim Walker Studio
6/6
Ulla von Brandenburg, “C, Ü, I, T, H, E, A, K, O, G, N, B, D, F, R, M, P, L, II” (2019). Photo : Andrés Lejona, Casino Luxembourg. Courtesy de l'artiste and Art : Concept, Paris; Meyer Riegger, Berlin/Karlsruhe ; Pilar Corrias Gallery, London and Produzentengalerie Hamburg
Claudia Andujar, “The young Susi Korihana Thëri swimming”, Catrimani, Roraima (1972–74) © Claudia Andujar
Steve McQueen, “Ashes” (2002-2015) © Steve McQueen. Courtesy the artist, Thomas Dane Gallery and Marian Goodman Gallery
Tim Walker, “Radhika Nair”, Pershore, Worcester (2018) © Tim Walker Studio
Tim Walker, “Lil' Dragon, 'Ling Ling and the Dragon”. Fashion Marta Hermosillo Lopez and Eelko. London (2018) © Tim Walker Studio
  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

  • 1. Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo

     

    Adepte des grands rideaux colorés et tentures suspendues, l’artiste allemande Ulla Von Brandenburg structure l’espace par le tissu en composant des environnements immersifs dans lequel le public est invité à déambuler. Au Palais de Tokyo, celle-ci propose pendant quelques mois un nouveau “théâtre” textile animé par des performances, sculptures et vidéos.

     

    Du 21 février au 17 mai, Paris 16e.

Thomas Ruff, “Substrat 8 II” (2002) © ADAGP, Paris 2019 / CNAP © Photo Galerie Nelson, Paris

2. Le supermarché des images au Jeu de paume

 

Quel avenir pour les images à l’ère de leur massive et incessante production? Articulée autour de la notion d’“iconomie”, la nouvelle économie des archétypes de l’information et de la connaissance née après Internet, l’exposition du Jeu de paume se propose de montrer comment les artistes et photographes eux-mêmes ont su s’emparer de ses questionnements contemporains dans leur propre pratique. On y retrouve, entre autres, des œuvres d’Andreas Gursky, Martha Rosler, Thomas Ruff ou encore Geraldine Juárez.

 

Du 11 février au 7 juin, Paris 8e.

Claudia Andujar, “The young Susi Korihana Thëri swimming”, Catrimani, Roraima (1972–74) © Claudia Andujar

3. Claudia Andujar à la Fondation Cartier

 

En 1971, l’artiste d’origine suisse Claudia Andujar fait au Brésil la connaissance de la communauté indigène des Yanomami, installée dans le nord du pays, en Amazonie. Cette rencontre fait germer chez la photographe un travail qui durera plus de cinquante années, pendant lesquelles elle capturera les instants de vie de cette population jusqu’à les inciter à réaliser leurs propres représentations de leur culture et de leurs mythes. La Fondation Cartier revient sur l’œuvre de cette artiste activiste, nourrie par cette longue et riche expérience.

 

Du 30 janvier au 10 mai, Paris 14e. 

Tim Walker, “Radhika Nair”, Pershore, Worcester (2018) © Tim Walker Studio

Tim Walker, “Lil' Dragon, 'Ling Ling and the Dragon”. Fashion Marta Hermosillo Lopez and Eelko. London (2018) © Tim Walker Studio

4. Tim Walker au Victoria and Albert Museum

 

Plongée dans les rêveries fantastiques de Tim Walker. Pour cette rétrospective majeure au Victoria and Albert Museum, l’illustre photographe britannique a lui-même orchestré avec brio la présentation de son travail, appuyé par une scénographie épatante. En plus de ses portraits surréalistes des plus grandes figures de notre époque et ses célèbres mises en scène de mode oniriques, gourmandes et érotiques, l’artiste expose également dix séries inédites inspirées par des artefacts issus de la vaste collection du musée.

 

Du 21 septembre au 8 mars, Londres.

Steve McQueen, “Ashes” (2002-2015) © Steve McQueen. Courtesy the artist, Thomas Dane Gallery and Marian Goodman Gallery

5. Steve McQueen à la Tate Modern et à la Tate Britain

 

Depuis novembre, la Tate Britain accueille la dernière œuvre du vidéaste et réalisateur britannique Steve McQueen compilant des portraits d’élèves de Londres. Afin de compléter cette exposition, la Tate Modern lui consacre une rétrospective riche d’une dizaine de ses œuvres majeures, entre films, photographies et sculptures. L’occasion de revenir sur sa démarche visionnaire teintée d’engagement de l’artiste, qui dépeint avec poésie les mécanismes de domination, de représentation et de construction de l’identité.

 

Du 13 février au 11 mai, Londres.

Advertising

NuméroNews