16 Mai

Le dos a enfin droit à son exposition entre tabou et tradition

 

Du 5 juillet au 17 novembre 2019, le Palais Galliera présente une exposition hors de ses murs, au musée Bourdelle,  qui interroge les liens entre la mode une partie du corps… le dos. 

Par La rédaction

Azzedine Alaïa, Ensemble body et jupe, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 1986. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
1/17
Balenciaga, Robe du soir, Automne Hiver 1961-62. © Balenciaga Archives Paris © Aurélie Dupuis/ Azentis.
2/17
Anonyme, Camisole de force, Milieu du XXe siècle. ©Musée du Dr Guislain, Gand © Aurélie Dupuis/ Azentis.
3/17
Comme des Garçons, Tailleur bermuda, Prêt-à-porter, Automne-Hiver 2013-14.© Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
4/17
Jean Paul Gaultier, Combinaison corset, Automne-Hiver 2003-04. © Jean Paul Gaultier © Aurélie Dupuis/ Azentis.
5/17
Comme des Garçons, Ensemble, Printemps-Eté 1997. © Comme des Garçons © Aurélie Dupuis/ Azentis.
6/17
Corset, dernier quart du XIXe siècle. © Aurélie Dupuis/ Galliera/ Azentis.
7/17
John Galliano, Robe fourreau fermée par 51 boutons, Automne-Hiver 1998-99.© Patrimoine John Galliano © Aurélie Dupuis/ Azentis.
8/17
Jean Patou par Christian Lacroix, Robe du soir, Haute couture, Automne-Hiver 1986-87. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
9/17
Prisunic, Robe, Prêt-à-porter, 1967. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
10/17
Robe du soir, vers 1925. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
11/17
Yves Saint Laurent, Robe du soir courte, Automne-hiver 1970-71. © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet.
12/17
Schiaparelli, Robe du soir portée par Carina Lau, Haute couture, Printemps- Été 2015 (variation). © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
13/17
Raf Simons, Manteau masculin, Prêt-à-Porter, Printemps-Été 2015. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
14/17
Yohji Yamamoto, Robe et chapeau, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2018. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
15/17
Yohji Yamamoto, Robe à traîne sac à dos, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2001. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
16/17
Zara, I really don’t care, do u ?, Parka, Printemps-Eté 2016. © Aurélie Dupuis/ Azentis.
17/17
 Azzedine Alaïa, Ensemble body et jupe, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 1986. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
Balenciaga, Robe du soir, Automne Hiver 1961-62. © Balenciaga Archives Paris © Aurélie Dupuis/ Azentis.
Anonyme, Camisole de force, Milieu du XXe siècle. ©Musée du Dr Guislain, Gand © Aurélie Dupuis/ Azentis.
Comme des Garçons, Tailleur bermuda, Prêt-à-porter, Automne-Hiver 2013-14.© Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
 Jean Paul Gaultier, Combinaison corset, Automne-Hiver 2003-04. © Jean Paul Gaultier © Aurélie Dupuis/ Azentis.
Comme des Garçons, Ensemble, Printemps-Eté 1997. © Comme des Garçons © Aurélie Dupuis/ Azentis.
Corset, dernier quart du XIXe siècle. © Aurélie Dupuis/ Galliera/ Azentis.
John Galliano, Robe fourreau fermée par 51 boutons, Automne-Hiver 1998-99.© Patrimoine John Galliano © Aurélie Dupuis/ Azentis.
Jean Patou par Christian Lacroix, Robe du soir, Haute couture, Automne-Hiver 1986-87. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
 Prisunic, Robe, Prêt-à-porter, 1967. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
Robe du soir, vers 1925. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
Yves Saint Laurent, Robe du soir courte, Automne-hiver 1970-71. © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet.
Schiaparelli, Robe du soir portée par Carina Lau, Haute couture, Printemps- Été 2015 (variation). © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
Raf Simons, Manteau masculin, Prêt-à-Porter, Printemps-Été 2015. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
Yohji Yamamoto, Robe et chapeau, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2018. © Aurélie Dupuis / Galliera / Azentis.
Yohji Yamamoto, Robe à traîne sac à dos, Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2001. © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.
Zara, I really don’t care, do u ?, Parka, Printemps-Eté 2016. © Aurélie Dupuis/ Azentis.
  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

  • Après avoir présenté en 2018 deux expositions monographiques respectivement dédiées aux œuvres de Martin Margiela et du couturier espagnol Mario Fortuny, le Palais Galliera explore cette année une thématique particulière : le lien entre la mode et le dos.

    Cette partie de notre corps – que nous sommes incapable de voir – a fasciné de nombreux couturiers depuis le XVIIIe siècle. Nu, brodé, agrémenté d’une traîne ou exagéré par des volumes en saillie, les parures du dos révèlent les traditions et les tabous de chaque époque.

     

    Au musée Bourdelle, cadre délicat qui avait accueilli Balenciaga l’oeuvre au noir en 2017, cette nouvelle exposition, intitulée Back Side – Dos à la mode, propose un parcours thématique, dévoilant une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours, entre extraits de films et photographies. Du Grand Hall à l’extension édifiée par Christian de Portzamparc, les œuvres aux allures helléniques du sculpteur Bourdelle dialogueront avec les pièces de Yohji Yamamoto, Azzedine Alaïa ou encore Jean Paul Gaultier. 

     

    “Back Side - Dos à la mode ”,

    du 5 juillet au 17 novembre 2019 

    Musée Bourdelle 

    18 rue Antoine Bourdelle, 

    Paris XV.

     

NuméroNews