Advertising
James Gray, un maître du film noir à la Cinémathèque
16

James Gray, un maître du film noir à la Cinémathèque

Cinéma

Dans “Ad Astra”, nouveau long-métrage de James Gray en salle le 18 septembre, Brad Pitt incarne Roy McBride, un astronaute à la recherche de son père disparu. En parallèle, le cinéaste américain est célébré à la Cinémathèque du 16 au 19 octobre dans le cadre d’une rétrospective à l’image de ses films, mélancolique. L’occasion pour Numéro de revenir sur l’interview culte du réalisateur.

James Gray, un maître du film noir à la Cinémathèque
866

James Gray, un maître du film noir à la Cinémathèque

Cinéma Dans “Ad Astra”, nouveau long-métrage de James Gray en salle le 18 septembre, Brad Pitt incarne Roy McBride, un astronaute à la recherche de son père disparu. En parallèle, le cinéaste américain est célébré à la Cinémathèque du 16 au 19 octobre dans le cadre d’une rétrospective à l’image de ses films, mélancolique. L’occasion pour Numéro de revenir sur l’interview culte du réalisateur. Dans “Ad Astra”, nouveau long-métrage de James Gray en salle le 18 septembre, Brad Pitt incarne Roy McBride, un astronaute à la recherche de son père disparu. En parallèle, le cinéaste américain est célébré à la Cinémathèque du 16 au 19 octobre dans le cadre d’une rétrospective à l’image de ses films, mélancolique. L’occasion pour Numéro de revenir sur l’interview culte du réalisateur.

978

“Swallow” : prix spécial du Festival de Deauville

Cinéma “Swallow” dépeint la détresse d’une femme au foyer qui s’ennuie à mourir et développe un trouble du comportement alimentaire : elle ingère des substances non comestibles… Un long-métrage “féministe”, pour reprendre les termes de son réalisateur Carlo Mirabella-Davis, qui a remporté le Prix spécial du 45e anniversaire du Festival du film américain de Deauville. “Swallow” dépeint la détresse d’une femme au foyer qui s’ennuie à mourir et développe un trouble du comportement alimentaire : elle ingère des substances non comestibles… Un long-métrage “féministe”, pour reprendre les termes de son réalisateur Carlo Mirabella-Davis, qui a remporté le Prix spécial du 45e anniversaire du Festival du film américain de Deauville.

“Portrait de la jeune fille en feu” : les vertiges de l’amour avec Adèle Haenel
867

“Portrait de la jeune fille en feu” : les vertiges de l’amour avec Adèle Haenel

Cinéma Pour son quatrième film, Céline Sciamma nous emporte dans une maison isolée au bord de la mer, en 1770. La jeune artiste Marianne (Noémie Merlant) est embauchée pour peindre la noble Héloïse (Adèle Haenel), promise à un mariage en Italie. Une histoire d’amour entre cette peintre et celle qui fut pendant quelques jours son modèle. Pour son quatrième film, Céline Sciamma nous emporte dans une maison isolée au bord de la mer, en 1770. La jeune artiste Marianne (Noémie Merlant) est embauchée pour peindre la noble Héloïse (Adèle Haenel), promise à un mariage en Italie. Une histoire d’amour entre cette peintre et celle qui fut pendant quelques jours son modèle.

Advertising
Advertising
The “Lighthouse”, prix du Jury au Festival de Deauville
654

The “Lighthouse”, prix du Jury au Festival de Deauville

Cinéma Prix du jury du 45e festival de Deauville, “The Lighthouse”, réalisé par Robert Eggers, sortira en France le 18 décembre.  En attendant, découvrez la bande-annonce de ce thriller confiné au décor d'un phare sur une île mystérieuse, mettant en scène Robert Pattinson et Willem Dafoe.  Prix du jury du 45e festival de Deauville, “The Lighthouse”, réalisé par Robert Eggers, sortira en France le 18 décembre.  En attendant, découvrez la bande-annonce de ce thriller confiné au décor d'un phare sur une île mystérieuse, mettant en scène Robert Pattinson et Willem Dafoe. 

En direct de Deauville: “Swallow”, une fable terne et écœurante
879

En direct de Deauville: “Swallow”, une fable terne et écœurante

Cinéma Le réalisateur Carlo Mirabella-Davis, présentait son premier long-métrage au festival du film américain de Deauville. Inspiré de la vie de sa propre grand-mère, “Swallow” dépeint la détresse d’une femme au foyer atteinte de la maladie de Pica, trouble du comportement alimentaire qui la pousse à ingérer des substances non comestibles… Le réalisateur Carlo Mirabella-Davis, présentait son premier long-métrage au festival du film américain de Deauville. Inspiré de la vie de sa propre grand-mère, “Swallow” dépeint la détresse d’une femme au foyer atteinte de la maladie de Pica, trouble du comportement alimentaire qui la pousse à ingérer des substances non comestibles…

“Women’s Tales” : quand Miu Miu honore la créativité féminine
899

“Women’s Tales” : quand Miu Miu honore la créativité féminine

Cinéma Présenté en avant-première à la Mostra de Venise, “BRIGITTE”, le prochain court-métrage de la série “Miu Miu Women’s Tales” rend hommage à la photographe française Brigitte Lacombe. Réalisé par Lynne Ramsay, cinéaste britannique primée à Cannes, ce film intimiste dévoile les mille visages d’une portraitiste au travail.   Présenté en avant-première à la Mostra de Venise, “BRIGITTE”, le prochain court-métrage de la série “Miu Miu Women’s Tales” rend hommage à la photographe française Brigitte Lacombe. Réalisé par Lynne Ramsay, cinéaste britannique primée à Cannes, ce film intimiste dévoile les mille visages d’une portraitiste au travail.  

En direct de Deauville : “Ham On Rye“, teen movie proche du nanar
988

En direct de Deauville : “Ham On Rye“, teen movie proche du nanar

Cinéma Présenté en compétiton au festival de Deauville, le premier long-métrage de Tyler Taormina reprend le titre d’un roman de Charles Bukowski. Mais “Ham On Rye” ne fait pas vraiment honneur à l’immense écrivain américain. Numéro n’a pas échappé à la projection de ce teen movie raté et revient sur cet échec cuisant. Présenté en compétiton au festival de Deauville, le premier long-métrage de Tyler Taormina reprend le titre d’un roman de Charles Bukowski. Mais “Ham On Rye” ne fait pas vraiment honneur à l’immense écrivain américain. Numéro n’a pas échappé à la projection de ce teen movie raté et revient sur cet échec cuisant.

En direct de Deauville : Miles Davis, monstre du jazz ou jazzman monstrueux
788

En direct de Deauville : Miles Davis, monstre du jazz ou jazzman monstrueux

Cinéma Images d’archives, concerts, séances d’enregistrement et interviews exclusives, le documentaire Miles Davis : Birth of the cool dresse le portrait d’une véritable icône culturelle. Tel un serial killer, le trompettiste Miles Davis perfore les mélomanes à coups de gammes et de silences. Images d’archives, concerts, séances d’enregistrement et interviews exclusives, le documentaire Miles Davis : Birth of the cool dresse le portrait d’une véritable icône culturelle. Tel un serial killer, le trompettiste Miles Davis perfore les mélomanes à coups de gammes et de silences.

Todd Philips : de “Very Bad Trip” au Lion d'or pour “Joker”
879

Todd Philips : de “Very Bad Trip” au Lion d'or pour “Joker”

Cinéma Samedi soir, la présidente du jury de la 76ème Mostra de Venise a remis le Lion d’or du meilleur film à Todd Philips pour son film “Joker”, vision psychologique du célèbre ennemi de Batman.  Samedi soir, la présidente du jury de la 76ème Mostra de Venise a remis le Lion d’or du meilleur film à Todd Philips pour son film “Joker”, vision psychologique du célèbre ennemi de Batman. 

En direct de Deauville : Jamie Bell en néonazi repenti
887

En direct de Deauville : Jamie Bell en néonazi repenti

Cinéma Oscar du meilleur court-métrage en 2019, “Skin” a été projeté pour la première fois à Deauville dans sa version long-métrage. Comme “American History X” l’a fait il y a vingt ans, le film de Guy Nattiv, raconte l’histoire d’un suprémaciste blanc tourmenté par ses états d’âme. Oscar du meilleur court-métrage en 2019, “Skin” a été projeté pour la première fois à Deauville dans sa version long-métrage. Comme “American History X” l’a fait il y a vingt ans, le film de Guy Nattiv, raconte l’histoire d’un suprémaciste blanc tourmenté par ses états d’âme.

loading
Plus d'articles

Advertising