47


Commandez-le
Numéro
30 Jean-Paul Gaultier

Jean-Paul Gaultier

  • Lieu de naissance Bagneux, France
  • Âge 72
  • Activité Créateur de mode, costumier
  • Nationalité Français

Iconique couturier français qui s’est imposé dans l’industrie de la mode au début des années 80, Jean Paul Gaultier n’a eu de cesse durant ses 50 ans de carrière de révolutionner les canons de beauté et repousser les frontières du genre. Autodidacte ayant grandi dans un milieu modeste, il va puiser dans le cinéma son goût pour la mise en scène et dans la culture populaire un goût pour l’anticonformisme. 

 

Dans les années 90, à l’instar de son contemporain Thierry Mugler, il lance avec un succès retentissant une ligne de parfums, notamment Le Mâle, reconnaissable à son odeur suave et son packaging musclé, qui sera la fragrance masculine la plus vendue au monde pendant plusieurs années. 

 

Outre des collections aussi révolutionnaires que provocantes qui affolent la presse et les foules, Jean Paul Gaultier devient mondialement célèbre en habillant de nombreuses célébrités issues de pays et milieux très différents, la plus connue étant la sulfureuse Madonna, qui arbora pour la première fois le célèbre corset au sein conique pour sa tournée Blond Ambition en 1990.

 

Créateur accessible qui séduit par sa personnalité malicieuse et son franc-parler chaleureux, Jean Paul Gaultier occupera de 2004 à 2010 le poste de directeur artistique de Hermès, période au cours de laquelle il insuffle insolence à l'héritage équestre de la très sage maison.

 

Plusieurs fois exposés de son vivant - notamment au Grand Palais en 2015 et à la cinémathèque en 2021 - il a également signé de nombreux costumes de films (Le Cinquième Elément de Luc Besson en 1997), et met en scène un spectacle électrique aux Folies Bergères en 2021 inspiré de sa vie et de son univers.

 

Après avoir fermé son activité prêt-à-porter en 2014, fustigeant une industrie moins intéressée par le chiffre d'affaires que par la créativité, il se retire définitivement de sa maison en 2020 avec un défilé haute couture grandiose qui retrace ses 50 ans de carrière. Depuis, avec sa nouvelle directrice créative Florence Tétier, il ouvre régulièrement les portes de ses archives à des créateurs qui revisite saison après saison son héritage foisonnant, à l'instar de Glenn Martens, directeur artistique de Y/Project et Diesel, ou encore Olivier Rousteing

 

En 2022, c'est tout naturellement que Jean Paul Gaultier prend part à la première saison de l'adaptation française de l'émission de téléréalité américaine Drag Race, un concours de drag queens haut en couleurs et en punchlines. 

Les débuts d'un créateur autodidacte

 

Né le 24 avril 1952 à Bagneux, en banlieue parisienne, d’un père comptable et d’une mère caissière, Jean-Paul Gaultier développe dès son enfance une passion pour la mode et le cinéma. C'est grâce à sa grand-mère, qui lui fait découvrir le long-métrage Falbalas (1945) de Jean Becker, un mélodrame dans lequel un créateur éprouve une passion ravageuse pour un de ses mannequins et révèle pour la première fois les dessous d'une maison de couture parisienne, avec des costumes signées du couturier Marcel Rochas, qu'il se découvre une appétence pour la mode. Enfant et adolescent, il n'aura de cesse de dessiner des vêtements.  

 

À l'âge de dix-huit ans, Jean-Paul Gaultier se forme auprès du couturier Pierre Cardin, devenu célèbre pour ses looks futuristes, puis chez le maroquinier Jacques Esterel, et au sein de la maison Jean Patou. En 1974, il retourne chez Cardin pour s'occuper du marché américain. 

 

En 1976, il fonde sa maison avec Francis Menuge (son compagnon décédé en 1990 des suites du SIDA, après quinze ans de vie commune) dont le premier défilé sera un échec retentissant selon ses dires. Il faudra attendre 1982 pour que Jean-Paul Gaultier se lance avec succès.

 

À l'époque, la capitale française voit émerger une nouvelle garde de créateurs, parmi lesquels Thierry Mugler et Azzedine Alaïa, qui s'affranchit des codes de la haute couture à travers une mode libre voire fantasque.

 

 

Le style Gaultier : de l'humour, de la provocation et des détournements

 

Au fil de ses collections, qu'il met en scène dans des défilés aux allures de show - très éloignées du calme des salons de couture, il révèle un univers foisonnant, peuplé de références aux cultures populaires et underground ainsi qu'aux mondes de la musique, du cinéma et du spectacle et bouleverse régulièrement les codes du genre et de la bienséance de l'époque. 

 

Parmi les créations les plus emblématiques de Jean-Paul Gaultier, on retrouve la jupe pour homme - inspirée des tabliers blancs des garçons de café - introduites en 1985, la marinière empruntée au drame chargé de tension homoérotique Querelle, réalisé en 1982 par Rainer Werner Fassbinder, des pièces trompe-l'œil en mèche chair orné de tatouages saisissants de réalisme (printemps-été 1994) à une époque où ils sont encore mal vu. 

 

Mais aucune n'aura davantage marqué l'héritage du créateur que le corset surmonté d'un soutien-gorge conique, lancé en 1983 avec sa collection Le Dadaïsme, dont le nom en hommage au mouvement surréaliste, évoque le caractère hybride des silhouettes. Sous-vêtement contraignant habituellement caché, le corset se retrouve au premier plan, servant de base à des robes rose pâle moulantes frôlant l'indécence. Arborée en 1990 par Madonna, alors au sommet du succès et de la transgression, le corset conique de Jean-Paul Gaultier entrera au panthéon de la mode.

Autant dans ses créations qu'à travers ses castings et ses mises en scène, Jean-Paul Gaultier aborde dès ses débuts les questions de diversité, du genre et de parité, alors tabous dans la société. Privilégiant les physiques atypiques et indifférents à l'origine ou à la couleur de peau, il invite sur ses podiums des mannequins professionnels, des anonymes dénichés par le biais de castings sauvages, mais aussi des célébrités à la beauté non-conventionnelle. Aux côtés des mannequins Anna Cleveland, Coco Rocha, Andreja Pejic et Kristin McMenamy, se distinguent sa muse Farida Khelfa, la chanteuse corpulente Beth Ditto ou encore les actrices Rossy de Palma et Valérie Lemercier ainsi que son mannequin fétiche Tanel Bedrossiantz et Conchita Wurst, la gagnante de l'EuroVision 2014.

 

Le lancement de la couture et les années Hermès

 

En 1995, lors de la saison du prêt-à-porter masculin, Jean-Paul Gaultier va bousculer une fois de plus les conventions avec une collection haute couture… réservée aux hommes. Une audace qui lui ouvrira les portes du monde très fermé de la haute couture, puisqu'en 1997 il intègre le calendrier officiel.  Parmi les 72 silhouettes, au sein desquelles son approche gagne en technique et en maîtrise sans rien perdre de son aura dramatique, le créateur réitère le pari d'y ajouter des looks hommes, avec succès. La collection est acclamée par les professionnels du milieu. 

 

En 2004, Jean-Paul Gaultier succède à son protégé Martin Margiela, créateur belge avant-gardiste, à la direction artistique de Hermès. Durant sept ans, il va insuffler sensualité et théâtralité à l'héritage équestre de l'illustre maison française. Les accessoires comme la cravache et la bombe prennent des accents fétichistes, l'esprit du voyage cher à la maison exacerbe l'élégance parisienne, tandis que sur les podiums naissent des personnages théâtraux habillés de cuir et de cachemire. Une époque Hermès marquée du sceau de la créativité et du faste qui n'a perdu de sa pertinence.

 

Le parfum Le Mâle ou l'odeur de la virilité

 

Si afficher fièrement dans la rue les créations de celui que l'on appelle désormais l'enfant terrible de la mode a pu en effrayer plus d'un.es, c'est par le biais de ses parfums que le créateur va distiller aux quatre coins du monde son aura subversive. En 1993, il lance Le Classique, une fragrance poudrée contenue dans un buste de femme voluptueux corseté commercialisé dans une boite de conserve, qui sera un succès retentissant. Dévoilé en 1993, Le Mâle va révolutionner la parfumerie masculine. D'abord grâce à son jus, aussi sexy qu'un torse luisant, immédiatement reconnaissable et signé du nez de Francis Kurkdjian, ensuite pour sa bouteille, un buste également, musculeux et habillé de la célèbre marinière. Et surtout pour son image ouvertement homoérotique faisant écho au film de Fassbinder. Balayant la concurrence, notamment Eau Sauvage de Dior, Le Mâle deviendra le parfum pour hommes le plus vendu au monde pendant plusieurs décennies.

 

Par la suite, Jean Paul Gaultier étoffera son offre à deux reprises avec des produits d'hygiène et de beauté pour homme, une première fois en 2005 avec “Tout beau tout propre” puis en 2009 avec “Monsieur”.

 

Le cinéma et le spectacle, ses secondes passions

 

Née par le biais d'un film, sa passion pour la mode reste toujours étroitement liée au monde du cinéma. Outre de nombreuses références au sein de ses collections, Jean-Paul Gaultier va également collaborer avec de grands réalisateurs, en dessinant les costumes de leur film, détournant alors à son tour les archétypes genrés qui ont forgé son inconscient.

 

Après une robe de vamp gore pour l'actrice espagnole Victoria Abril dans le film Kika de Pedro Almodovar en 1993, il collabore une nouvelle fois avec le réalisateur espagnol pour La Mauvaise Éducation en 2004 où apparaît Gael García Bernal, travestie dans une robe fourreau imitant un corps nu. Puis pour La Piel Que habito, qui raconte l'histoire d'un chirurgien esthétique hanté par la mort de son épouse, présenté au Festival de Cannes en 2011, au sein duquel il signe des créations organiques minimalistes.

 

En 1995, il accompagne Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro dans leur aventure steampunk La Cité des enfants perdus pour laquelle il obtient une première nomination aux César grâce à ces costumes étranges où l'univers de l'enfance se frotte à un monde dystopique angoissant.

 

Deux ans plus tard, il fait une fois de plus sensation avec les looks extravagants, mélangeant esthétiques punk, monacales et futuristes, qu'il imagine pour la superproduction européenne Le Cinquième Élément de Luc Besson. Bruce Willis vêtu d'un marcel fluo et treillis, Milla Jovovitch habillée de bandes chirurgicales, Chris Tucker en combi léopard ou Gary Oldman dans un uniforme enduit façon dictateur rétrofuturiste, propulsent le film au rang de culte et lui octroient une seconde nomination aux César.

 

En 2008, c'est l'immense chorégraphe Angelin Preljocaj qui fait appel au couturier français pour son ballet Blanche-Neige qui met en scène vingt-six danseurs dans une réinterprétation troublante du classique des frères Grimm. Jamais l'innocente héroïne n'aura autant dévoilée sa sensualité que dans les créations dénudées du créateur.

 

Dix ans plus tard, Jean Paul Gaultier change de casquette et met en scène son univers pétillant et fantasque dans un spectacle extravagant présenté aux Folies Bergère. Pour le Fashion Freak Show, il revisite son histoire personnelle à travers des tableaux successifs truculents où se rencontrent ses muses et amies, des personnages historiques ou imaginaires, habillés de costumes éblouissants.

 

En 2021, Jean Paul Gaultier reviendra sur sa grande histoire d'amour avec le cinéma au sein de l'exposition CinéMode à la Cinémathèque française. 

 

Son retrait progressif de la mode

 

Trente-huit ans après avoir fondé sa marque, rachetée en 2011 par le groupe espagnol Puig, Jean-Paul Gaultier annonce en 2014 mettre fin à sa ligne de prêt-à-porter, préférant se consacrer à la couture et au parfum, et réfutant une industrie davantage intéressée par l'aspect commercial que créatif. Au Grand Rex à Paris, son dernier défilé prend des allures de célébration alors qu'il présente quelques unes de ces silhouettes les plus iconiques comme ces caricatures des Miss France affublées de combi Lycra, des Rédactrices de mode pastichant les looks d'Anna Wintour ou Carine Roitfeld, ou encore les des femmes de footballeur, ultra-bling. Bien sûr, le smoking, le corset et la marinière sont de la partie.

 

En 2015, le Grand Palais lui consacre une exposition grandiose, aussi ludique qu'exhaustive qui met en lumière des pièces d'archive de prêt-à-porter et de haute couture créées entre 1970 et 2015, mais aussi des croquis, costumes de scène, extraits de films, concerts et défilés. Au cours de sa tournée, l'exposition attire plus d'un million et demi de visiteurs. 

 

En 2020, Jean Paul Gaultier met définitivement fin à sa carrière de couturier avec un nouveau spectacle, cette fois-ci au théâtre du Châtelet, dont la magnificence n'a rien à envier à ses précédents adieux et qui sera accueilli par une standing ovation. Ce soir-là, les 174 passages incluant des silhouettes pour hommes et femmes soulignent sa vision précurseuse mais aussi la force intemporelle de ses créations tandis que sont présents sur la scène les chanteurs Boy George, Mylène Farmer, Amanda Lear, Paris Jackson, Rossy de Palma, Kiddy Smile, la performeuse Diva Von Teese, l’actrice Dita Von Teese, le danseur Germain Louvet, la Miss Univers Iris Mittenaere, et les mannequins Gigi et Bella Hadid, Irina Shayk, Winnie Harlow, Cindy Bruna, Coco Rocha, Anna Cleveland, Raya Martini, Lily McMenamy et sa muse de toujours Tanel Bedrossiantz.

 

Depuis cette date, Jean Paul Gaultier continue de faire vivre son héritage foisonnant grâce à sa directrice créative Florence Tétier, fondatrice de Novembre magazine et de la marque de bijoux oniriques Tétier. Sous sa houlette, des créateurs sont régulièrement invités à réinterpréter les classiques Gaultier. Pour les collections couture, c'est d'abord Chitose Abe, fondatrice du label japonais avant-gardiste Sacai (2020), puis Glenn Martens, directeur artistique de Y/Project et de Diesel (2022), qui signent des silhouettes exaltées et dramatiques, avant de laisser place à Olivier Rousteing, directeur artistique, qui livrait une version évidemment ultra-pop (2022). 

 

En parallèle, Florence Tétier renoue également avec le prêt-à-porter avec différents projets créatifs. Au mois de mai 2021, cinq jeunes créateurs parmi les plus talentueux de leur génération, qui partagent les valeurs de liberté et d'inclusivité du couturier, revisitent un de ses thèmes emblématiques, Les Marins. Flamboyantes chez Nix Lecourt Mansion, expérimentales chez Ottolinger, flamboyantes chez Palomo Spain, bijoux bruts chez  Alan Crocetti et ludiques chez Marvin M’Toumo, les pièces transcendent l'héritage foisonnant du couturier. En septembre, c'est le chanteur américain Lil Nas X qui combine un imprimé de la collection printemps-été 2001 à son imagerie quer  sur un tee-shirt en mesh. En mai 2022, Florence Tétier invite la styliste russe Lotta Volkova, ancienne collaboratrice de Demna chez Vetements et Balenciaga, qui propose alors une collection subversive à l'esthétique Baby Doll au sein de laquelle on retrouve le fameux soutien-gorge conique. Enfin, en juillet 2022, la maison dévoile une collection estivale incarnée par Irina Shayk qui évoquent les icônes glamour des années 2000 que sont Pamela Anderson, Paris Hilton et Britney Spears.